Un pianiste au sommet de son art !

par
Nikolai MEDTNER (1880 - 1951) Concerto pour piano et orchestre n°2 en do mineur op. 50 Sergei RACHMANINOV (1873 - 1943) Concerto pour piano et orchestre en ré mineur op. 30 Marc-André Hamelin, piano, London Philharmonic Orchestra, dir.: Vladimir Jurowski, 2017- DDD-82'09"-Textes de présentation en anglais, français et allemand - Hyperion CDA68145Marc-André Hamelin (à ne pas confondre avec son jeune presque homonyme - notez les positions respectives du trait d'union - Charles Richard-Hamelin) est certainement l'un des plus grands pianistes de notre temps. Ici, dans deux monuments de la littérature pianistique dus à Medtner et à Rachmaninov, il affiche une fois de plus sa pleine maîtrise du clavier. Tantôt piano orchestral, tantôt délicat chambriste, il nous offre toutes les subtilités de son jeu. Le couplage de Medtner avec Rachmaninov, son aîné de sept ans, est naturel ; les deux compositeurs étaient des amis proches. Le second concerto de Medtner, écrit entre 1920 et 1927 et enregistré ici, est dédié à Rachmaninov ; quant au trop rarement joué quatrième de Rachmaninov écrit au même moment, il est, lui, dédié à Medtner. Tous deux, après l'apprentissage rigoureux du contrapuntiste Taneïev, se sont créés un langage personnel sans s'embarquer dans les innovations harmoniques et rythmiques de Prokofiev et de Stravinsky. Quoique le deuxième concerto de Medtner, en trois mouvements, Toccata, Romanza et Divertimento, frappe dès son début par une structure rythmique complètement inhabituelle. La Romanza flirte avec Scriabine et le divertimento nous entraîne dans une danse complexe qui combine les différents thèmes de l'oeuvre. Le troisième concerto de Rachmaninov est antérieur de près de vingt ans ; il a été composé en 1909 huit ans après le deuxième popularisé peu après la mort du compositeur par le film "brèves rencontres" de David Lean en 1945. Ce deuxième concerto était pratiquement le seul concerto de Rachmaninov à être connu chez nous avant que Eugène Moguilevsky ne remporte le premier prix du Concours Musical Reine Elisabeth de Belgique en 1964 avec le troisième qui, dorénavant, supplantera le second en notoriété. Contemporain de la seconde symphonie, c'est une oeuvre de pleine maturité foisonnante d'inventions. Comme pour Le concerto de Medtner, la partie de piano est noire de notes. Le pianiste a bien besoin de ses dix doigts pour venir à bout des nombreuses suites d'accords de cinq notes aux deux mains. Quels regrets que l'on ne dispose pas d'archives sonores de l'interprétation du compositeur avec l'Orchestre Philharmonique de New York sous la direction de Gustav Mahler au Carnegie Hall en 1909 ! Ce monument est évidemment devenu une oeuvre de concours, aux côtés du premier de Tchaikovski et du second de Prokofiev, qui a, depuis Moguilevski, donné plusieurs premiers prix au CMIREB (Andrei Nikolski, Vitaly Samoshko, Boris Giltburg, Lukáš Vondráček). Hamelin est impérial. Dans le deuxième concerto de Medtner, il ne fait pas la coupure de deux pages de partition que le compositeur autorise dans la terrible cadence du premier mouvement ; dans le troisième concerto de Rachmaninov, par contre, il choisit la cadence moins dense, mais, à notre avis, plus équilibrée, que le compositeur lui-même avait jouée dans son enregistrement historique avec Eugène Ormandy en 1939. On s'émerveillera aussi de la symbiose parfaite entre le soliste et le London Philharmonic Orchestra - ne pas confondre le London Philharmonic Orchestra (LPO) fondé en 1934 par Sir Thomas Beecham et dirigé plus récemment par Kurt Masur et maintenant par Vladimir Jurowski avec son aîné, le London Symphonic Orchestra (LSO) animé dernièrement par Sir Colin Davis et ensuite par Valery Gergiev. Le livret nous fournit une analyse détaillée et précise de la structure de ces deux oeuvres monumentales ; le Medtner s'écoute en 39 minutes, le Rachmaninov atteint les 43 minutes. Un CD exceptionnellement généreux donc. En conclusion, une superbe interprétation de Rachmaninov ! Une superbe découverte de Medtner ! A écouter sans tarder, vous ne le regretterez pas. Jean-Marie André Son 10 – Livret 10 –  Répertoire 10 – Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>