Pour gourmets !

par
Saint-Saëns
Camille SAINT-SAËNS (1835 - 1921) Mélodies persanes – Cinq Poèmes de Ronsard - Vieilles Chansons – La Cendre rouge Tassis Christoyannis (baryton) Jeff Cohen (piano) 2016-DDD-72’-Textes de présentation et textes des mélodies en français et anglais   Aparté/BruZane AP 132 Camille Saint-Saëns n’est pas connu en premier lieu pour ses mélodies. Il en a pourtant composé cent-cinquante entre 1841 et 1921, une production qui reflète, selon Marie-Gabrielle Soret dans son commentaire « l’éclectisme et la curiosité du musicien -à la fois dans le choix des auteurs, des textes, des sujets et dans la façon de les mettre en musique- en même temps qu’elle illustre ses recherches harmoniques, son attachement à la langue française et sa pratique intime de la poésie ». Les « Mélodies persanes » (1870-71) poésie d’Armand Renaud dont Saint-Saëns choisit six poèmes qu’il dédie à des amis, entre autre Pauline Viardot, ne sont pas vraiment tributaire de l’orientalisme à la mode. « La Cendre rouge » (1914 - allusion à la Grande Guerre) sur des poèmes de Georges Docquois est dédié à Gabriel Fauré son ancien élève et ami. Les « Cinq Poèmes de Ronsard » (1920-21) sont le témoignage du faible que le compositeur a toujours eu pour le poète et apparemment « il prit grand plaisir à écrire la charmante et trépidante « Grasselette et Maigrelette ».  Les «Vieilles Chansons », (1921) rassemblent « Avril » de Rémy Belleau, « Villanelle » de Jean Vauquelin de la Fresnaye et « Temps nouveau » de Charles d’Orléans, trois auteurs anciens dans des compositions de fraîcheur et de légèreté. Un chant de cygne remarquable. Le baryton grec Tassis Christoyannis et le pianiste américain Jeff Cohen défendent ce patrimoine français de façon admirable. Erna Metdepenninghen Son 8 - Livret 10 - Répertoire 9 - Interprétation 8

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>