Ravel en orientalisme et en première mondiale

par
Antar
Maurice RAVEL (1875 - 1937) Antar, musique de scène d’après Rimski-Korsakov - Shéhérazade André Dussollier, narrateur ; Isabelle Druet, mezzo-soprano ; Orchestre National de Lyon, Leonard Slatkin 2014-DDD-70’47. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Naxos. 8.573448Une première mondiale de Maurice Ravel ! En effet, l’occasion est rare de pouvoir entendre au disque une partition encore inédite de l’auteur du Boléro ; mais dans le cadre de son intégrale Maurice Ravel, Leonard Slatkin et son Orchestre National de Lyon nous offrent la musique de scène basée sur la symphonie Antar de Rimski-Korsakov. Fasciné par la musique russe depuis son adolescence, Ravel saisit l’opportunité d’une commande du  mécène Serge de Diaghilev pour une pièce de théâtre du Libanais Chekri Ganem. Ravel adapta alors la Symphonie n°2  dite Antar de Rimski-Korsakov, qu’il transforma  en musique de scène. Destinée à s’intégrer entre  les actes de l’épopée d’Antar, poète et guerrier arabe,  la musique  originale est enrichie par Ravel d’un extrait  de l’opéra Mlada, et de quelques pages personnelles  pour créer un suivi narratif. Pour accompagner l’interprétation au concert, l’Orchestre National de Lyon commande un texte à l’auteur Amin Maalouf. Le présent enregistrement fut capté en 2014 lors du concert de la création mondiale de cette nouvelle version. Leonard Slatkin est particulièrement à son affaire dans cette musique à l’orientalisme aussi évocateur que rutilant et il fait briller les pupitres de sa phalange lyonnaise. Le texte d’Amin Maalouf est fort beau et superbement dit par André Dussollier. Assurément Antar mérite un retour au programme des concerts. Malheureusement la  balance de la prise de son est bâclée, le récitant est surexposé et l’orchestre apparaît lointain et étouffé dans les tutti. En complément, l’Orchestre National de Lyon accompagne la jeune mezzo-soprano Isabelle Druet dans Shéhérazade de Ravel. La chanteuse est, comme toujours exemplaire, de justesse stylistique et de musicalité. L’Orchestre se montre un accompagnateur à la subtilité de la touche impressionniste. Une belle version contemporaine aux côtés de Von Otter/Boulez (DGG) ou Stéphanie D’Oustrac (soprano) et Stéphane Denève (SWR Musik). Shéhérazade est  heureusement mieux captée, mais sans atteindre un niveau technique superlatif. On retient donc un album original et éditorialement passionnant mais que le service « low-cost » de Naxos handicape hélas techniquement ! Pierre-Jean Tribot Son 5 et 7 – Livret 8 – Répertoire 10 – Interprétation 9

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>