Rencontre à Salzbourg : Anna Netrebko ne chante que les rôles qu'elle aime...

par

Helga Rabl-Stadler, Présidente du Festival de Salzbourg et Anna Netrebko © Salzburger Festspiele/Anne Zeuner

"Quand Anna Netrebko chante, elle est toujours émue aux larmes" a déclaré la présidente du Festival Helga Rabl-Stadler à la rencontre de presse avec la chanteuse. "Anna a fait l'histoire du Festival, et j'espère qu'elle continuera à le faire."
L'artiste russe commence par souligner qu'elle a porté une tenue colorée pour contrer la pluie et, souriante, prend place sur le podium.
Le modérateur Bernhard Fleischer demande si elle se souvient de son premier grand rôle au Festival de Salzbourg. En 2002, Anna Netrebko chante Donna Anna dans Don Giovanni sous la direction de Nikolaus Harnoncourt. "C'était tout simplement merveilleux de travailler avec lui [...] Je suis arrivée pour mon audition, et après seulement deux phrases, il a dit 'Cela suffit; nous allons travailler ensemble' [...] La collaboration était tellement merveilleuse parce qu'il comprenait les choses sans beaucoup de mots."
L'apothéose fut Le nozze di Figaro avec Nikolaus Harnoncourt et Claus Guth et, sachant que tout le monde aimait La Traviata de 2005, elle dit préférer encore Figaro. Elle aimait la Susanna de Claus Guth, plus sombre et plus dépressive que d'habitude. «Je lui ai fait confiance et ai été complètement convaincue de sa mise en scène [...] Ses idées étaient si intéressantes et intelligentes."
Alors qu'elle pressentait déjà que le rôle de Susanna était trop léger pour sa voix elle a commencé à chanter des rôles écrits pour une soprano dramatique. Lorsque son enfant est né, les choses sont devenues claires : en 2009, elle a commencé sa transition vers le soprano dramatique. «Je n'aurais jamais pensé que je pouvais aller aussi loin», dit-elle, ajoutant qu'il est pas facile d'être née soprano lyrique et se déplacer dans des rôles dramatiques. «Je travaille toujours durement sur ma voix mais il faut être très prudent et avancer lentement si on ne veut pas raccourcir sa carrière".
Pour elle, le rôle de Manon Lescaut qu'elle chante actuellement avec grand succès au Festival de Salzbourg, est très difficile. "Voilà pourquoi je ne fais que chanter quelques représentations; il faut éviter de surmener la voix ". Bien sûr, la légèreté d'une Susanna n'est pas perdue; il est encore ancré en elle. "Toutefois, je ne veux tout simplement pas continuer à jouer les jeunes filles; ce qui est moins intéressant pour moi maintenant."
Son mari, Yusif Eyvazov, chante le rôle de Renato Des Grieux à ses côtés. "Je suis très fière de lui. Il a maîtrisé ses débuts à Salzbourg avec bravoure " dit-elle. "Je me souviens de la première fois où je l'ai entendu à Rome il y a un ans et demi. J'ai été impressionnée par son talent, mais il a dû apprendre à l'utiliser de la bonne façon. Il travaille dur sur lui-même et sur sa voix ", dit-elle. Sur scène, cependant, ils ne sont pas mari et femme, mais simplement collègues.
Anna Netrebko dit encore qu'elle doit aimer un rôle pour le chanter: «Je dois être honnête avec moi-même - ces grands rôles prennent tout de moi. Si le sentiment n'est pas juste et si je n'aime pas vraiment le rôle, je ne peux pas chanter;  Norma était un tel exemple." Elle se sentait tout simplement incapable d'aimer le rôle, elle préfère donc ne pas le chanter.
Par ailleurs, elle se sent une telle affinité pour Turandot qu'elle a terminé l'enregistrement des grands aria de l'opéra en seulement deux séances. La sortie du nouveau CD Verismo, est prévue pour le 2 septembre prochain.

Les commentaires sont clos.