Une rencontre de passage printanière dans les sextuors de Brahms

par
Brahms

Johannes BRAHMS
(1833 - 1897)
Sextuors à cordes, n°1, op. 18 en si bémol majeur et n°2, op. 36 en sol majeur
Renaud Capuçon et Christoph Koncz, violons, Gérard Caussé et Marie Chilemme, altos, Gautier Capuçon et Clemens Hagen, violoncelles
2017- DDD-76'49"-Textes de présentation en français, anglais et allemand - ERATO 0190295888374

En cette période d'hommage à Jeanne Moreau, il est impossible de ne pas faire le lien entre le premier sextuor de Brahms et le film Les amants de Louis Malle tourné en 1958. Dès les premières secondes du film, on est, en effet, plongé dans le superbe thème du second mouvement, dans la version historique de Pablo Casals, Isaac Stern et leurs complices en 1952. Pas étonnant donc que ce sextuor soit parfois affublé du sous-titre apocryphe de Les amants à la place du tout aussi apocryphe Sextuor du printemps prôné par certains éditeurs ! Ces deux sextuors reflètent, en effet, la spontanéité et la plénitude du jeune compositeur - il a respectivement 26 et 31 ans - qui vient de rompre avec la chanteuse Agathe von Siebold pour se consacrer entièrement à la composition. Dans son second sextuor, il utilise le prénom de cette dernière comme un des thèmes : AGATHE = la-sol-la-si-mi. Il aurait dit à ce sujet au grand violoniste Joseph Joachim : Ici, je me suis libéré totalement de mon dernier amour. Dans ces deux oeuvres, Brahms reste dans le cadre classique qu'il domine par l'équilibre des six voix dont il dispose avec les trois instruments à cordes habituels (violon, alto, violoncelle) doublés. Chaque sextuor a quatre mouvements ; le mouvement lent précède le scherzo dans le premier sextuor, il le suit dans le second.
Le festival d'Aix en Provence 2016 a réuni des artistes de premier plan pour cet enregistrement live qui a bénéficié de la prise de son exemplaire de Nicolas Bartholomée : les frères Capuçon, les grands Gérard Caussé et Clemens Hagen, Christoph Koncz, second violon principal du Wiener Philharmoniker, et la jeune Marie Chilemme. Les six artistes réunis exceptionnellement ici s'accordent à la perfection dans leurs phrasés et leurs intonations que ce soit dans les passages lyriques ou dans les moments plus denses. Grâce à cette association toute temporaire, nous accédons à deux rares moments de grâce "printaniers". Un sommet de la discographie de ces sextuors à savourer pleinement.
Jean-Marie André

Son 10 – Livret 8 –  Répertoire 10 – Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>