Rencontre : Manfred Honeck, les multiples nuances de la tradition

par

Le chef d'orchestre autrichien Manfred Honeck, directeur musical du Pittsburgh Symphony Orchestra depuis 2008, est l'artiste ICMA de l'année. Nicola Catto de Musica a rencontré début janvier l'ancien alto de la Philharmonie de Vienne (son frère Rainer y est toujours Concertmaster) à Milan, après le premier de trois concerts consacrés au répertoire traditionnel du Nouvel An viennois qui a reçu des salves d'applaudissements dans le légendaire théâtre milanais.

- Après vingt ans, vous êtes revenu à La Scala (sans compter les très récents concerts avec l'Orchestre de l'Académie). C'est un programme très lié à votre culture musicale, mais pas du tout à la tradition italienne, qui a marqué ce retour. Comment ça a-t-il fonctionné?
Tout à fait bien, parce que ces musiciens sont techniquement très bons. De plus, pour cette musique, il faut être un musicien de goût, avec une bonne technique et un sens du rythme. Vous développez beaucoup de rubato, beaucoup d'éléments stylistiques que l'orchestre de La Scala est capable de donner. Vous savez certainement que j'ai remplacé Zubin Mehta qui avait déjà programmé un concert viennois. J'ai changé quelques pièces, mais le concept était déjà là.

- Vous avez dirigé un programme similaire avec l'Orchestre de Santa Cecilia il y a quatre ans: Santa Cecilia et La Scala sont deux orchestres italiens, mais le premier est un orchestre symphonique, tandis que le second est principalement un orchestre...
Mais les deux se composent de musiciens fantastiques, de sorte que vous pouvez obtenir les mêmes résultats que ceux que vous avez en tête. Bien sûr, je connaissais mieux Santa Cecilia, parce que j'avais mené des programmes "sérieux", une musique plus lourde. Mais, croyez-le ou non, j'avais aussi remplacé un collègue, Georges Prêtre, qui avait annulé ce concert du Nouvel An. Les gens pensent que ce genre de musique est facile, et en fait il est facile de l'écouter, comme il est facile d'écouter Mozart; mais, comme pour Mozart (même si c'est d'une manière différente), les musiciens savent à quel point il est difficile de bien le jouer. Si vous en faites trop, c'est dangereux, si vous ne faites rien, c'est affreux. Vous devez trouver la bonne chose, le bon moment, et je pense que ces deux orchestres italiens ont trouvé le bon équilibre.

Manfred Honeck à La Scala

- Mais dites-moi: est-il possible d'apprendre la façon de jouer cette musique viennoise, ou vous devez être né avec ?
Disons ceci: si j'étais né en Italie, avec Verdi et Puccini, ils me seraient plus familiers. Il y a des éléments stylistiques dans le Belcanto, que vous devez apprendre et connaître, et cela est possible. A Vienne, c'est la même chose: si vous êtes né avec ce style et que vous le comprenez, c'est merveilleux. Mais vous pouvez l'apprendre parce que nous sommes des humains. L'amour et le rire ont des paramètres communs.

- La tradition comme une chose positive, mais également un risque ?
Les deux, exactement. J'aime beaucoup la tradition, car elle fait partie de notre histoire, et nous, artistes, sommes obligés de ne pas l'oublier. Comment puis-je ignorer la façon de jouer, le style de nos grands compositeurs? Mais il y a un danger, si vous vous sentez trop à l'aise, si vous n'y pensez plus. J'aime citer Gustav Mahler, qui disait que "la tradition est la conservation du feu, pas l'adoration des cendres". Ce que j'essaie dans ma carrière de chef d'orchestre, c'est de repenser de nouvelles pièces. Je reviens tout juste de Berlin, où j'ai dirigé le Deutsche Symphonie-Orchester dans la Septième de Beethoven, une grande pièce connue de tous. Donc je suis retourné aux racines. Pourquoi devrais-je le faire? Pour quelles raisons? Quels métronomes? Quel était le concept de Beethoven? Prenons le début du deuxième mouvement, par exemple: est-ce une marche funèbre? Parce que traditionnellement, il est joué comme un Adagio. Mais ce n'est pas un Adagio, ni un Andante. C'est un Allegretto: une différence remarquable! Pour moi, c'est une chanson de pèlerin, une procession, comme celle de Vienne à Mariazell, commençant pianissimo jusqu'au dernier fortissimo. Par conséquent, j'ai demandé de le jouer d'une manière plus chantante, comme vous diriez "Sancta Maria, ora pro nobis". Cela correspond parfaitement! Beethoven a écrit 'tenuto', 'legato' comme vous le feriez en marchant et en chantant. Ceci est un exemple, mais vous devez toujours vous demander si ce que vous faites est juste: une recherche sans fin...

- Le répertoire de Strauss est souvent joué de manière très polie et surdimensionnée. Au contraire, vous avez choisi de souligner son côté autrichien, folklorique...
Strauss, mais aussi Haydn et Mozart, ont sont partis de la musique que les gens chantaient dans les rues et l'ont élevée à une forme d'art. L'élément folklorique de Strauss est profond, nous pouvons voir ce que l'Autriche était à cette époque. En parlant de la Septième de Beethoven, dans le troisième mouvement, il y a un Trio qui se transforme en une danse très rustique, comme Haydn et Mozart l'avaient fait en de nombreuses occasions...

- ... et Mahler a fait de même...
Mahler est un exemple parfait: il a souvent utilisé de la musique folklorique. Dans mes interprétations, j'ai tendance à travailler sur ces éléments idiomatiques. Mais Mahler ne serait pas Mahler sans Johann Strauss!

- Et Johann Strauss a été admiré par des musiciens très sérieux comme Brahms, Richard Strauss, Verdi: cela doit nous faire réfléchir !
Absolument: la soi-disant "musique légère" est peut-être la plus difficile à obtenir!

- Au cours de votre carrière en tant que membre de l'Orchestre Philharmonique de Vienne, vous avez participé à quelques concerts de Nouvel An : il y a-t-il des chefs d'orchestre qui vous ont impressionné plus profondément dans ce répertoire spécifique ?
J'ai eu beaucoup d'impressions vraiment merveilleuses : Riccardo Muti a fait un concert merveilleux, il avait - et a toujours - une relation merveilleuse avec l'orchestre, il comprend très bien le style viennois. Malheureusement, durant mes 8 années à l'orchestre (je suis parti en 1991), je n'ai pas joué de concert du Nouvel An sous la direction de Carlos Kleiber, mais j'ai joué avec lui pour ma première tournée avec l'Orchestre Philharmonique de Vienne au Mexique. Son style de direction mais aussi sa façon de penser, connaissant toutes les nuances de la partition, était fascinants. Il n'a pas "exécuté" de la musique, il l'a sentie. J'ai aussi joué sous Mehta, Abbado, Maazel ; chacun était différent mais j'ai appris de tous.

- Assez étrangement, vous n'avez jamais dirigé le concert du Nouvel An de Vienne...
Je suis heureux de diriger partout mais, évidemment, Vienne occupe une place particulière dans mon cœur. Beaucoup de gens ne cessent de m'interroger à ce sujet. Mais je peux mourir aussi sans ça !

© Felix Broede

- Vous parlez ouvertement de l'importance de la foi dans votre vie. Est-ce aussi un moyen de comprendre la musique ?
Je ne peux parler que pour moi-même, et pour moi c'est important. L'influence de ce que je ressens dans la foi est forte dans ma pensée musicale, parce que la pensée musicale a à voir avec la compréhension de l'homme lui-même, pourquoi nous sommes ici maintenant dans ce monde. Par exemple, vous ne pouvez pas comprendre Mahler sans avoir un sentiment pour l'éternité, pour Dieu: comment, autrement, pouvez-vous jouer "Résurrection" ou "Wunderhorn", ou la Neuvième Symphonie? Il ne pratiquait pas, mais il y a, dans sa musique, des signes d'une harmonie que je crois divine. Parfois, la musique est extrêmement terrestre (elle est composée par des humains!), Mais parfois il y a quelque chose de si spécial qui me fait penser qu'il doit y avoir l'empreinte digitale de Dieu. Ne vous méprenez pas : même si un compositeur, comme Richard Strauss, n'était pas religieux, sa musique peut être aussi fantastique et j'aime la diriger. La naissance, la vie, la mort sont les principales étapes de la vie humaine, et chaque être humain doit affronter ces questions de manière très différente.

- Vous trouvez le sens de la vie, de la religion, pas seulement dans le répertoire sacré, alors !
Partout, même dans une valse de Strauss, peut-être : le bonheur fait aussi partie du secret de la vie.

- Nous avons parlé de la tradition. Vous êtes directeur musical du Pittsburgh Symphony Orchestra depuis de nombreuses années (depuis 2008). La tradition est très différente en Europe et en Amérique. Quel genre d'orchestre avez-vous trouvé quand vous êtes arrivé là-bas ?
Oui, les traditions sont différentes en Europe et en Amérique. Mais qu'est-ce que l'Europe et qu'est-ce que l'Amérique? Le London Symphony joue différemment de l'Orchestre philharmonique de Vienne, de La Scala, de Saint-Pétersbourg, de Berlin, de l'Orchestre philharmonique tchèque, et il en va de même en Amérique, où Pittsburgh est très différent de New York, Los Angeles et Chicago. Les différents orchestres sont le fruit du travail de différents êtres humains et de différents directeurs musicaux qui jouent un grand rôle aux USA, car normalement, ils restent longtemps avec leurs orchestres et laissent leurs marques sur le son et sur la façon de jouer. La plupart des orchestres américains jouent de manière extrêmement précise et brillante, parfois parce qu'ils jouent pour des salles beaucoup plus grandes qu'en Europe, des salles jusqu'à 4000 personnes ! Vous devez être plus fort ! Dans certaines écoles, les cordes sont entraînées pour produire un gros son, car elles doivent être entendues aussi dans la dernière rangée. Et c'est ce que j'ai vécu au début à Pittsburgh. Mais la raison pour laquelle ils m'ont élu comme directeur musical est aussi due à la tradition: Steinberg, Previn, Maazel, Jansons. Ils veulent comprendre plus profondément les couleurs de la musique. Et je leur ai apporté ces différents sentiments. La musique n'est pas faite d'une seule couleur ! Cela peut dépendre de la vitesse de l'archet, de l'utilisation du vibrato (rapide, gros, accelerando: pas seulement avec ou sans!): vous pouvez travailler sur beaucoup de détails. Et j'aimerais continuer à travailler sur Haydn, Mozart. Dans ce répertoire, vous pouvez vraiment former un orchestre, c'est comme boire un verre d'eau pure, où vous pouvez voir toutes les taches. Vous ne pouvez rien cacher.

Le Pittsburgh Symphony Orchestra © Michael Sahalda

- La conséquence de cet engagement à Pittsburgh est aussi que l'opéra est une partie mineure de votre carrière...
Malheureusement, oui, c'est dommage, mais c'était ma décision. Mon dernier opéra était les Dialogues des Carmélites de Poulenc, à Stuttgart, et j'ai quelques projets pour l'avenir, parce que j'aime beaucoup l'opéra.

- Aimez-vous la vie du chef d'orchestre dans son intégralité ? Y a-t-il un inconvénient ?C'est une joie énorme de faire de la musique et d'avoir la liberté de choisir - quand on est à un certain niveau - de faire ce qu'on veut, quand on veut. Le côté négatif est que vous voyagez beaucoup, n'étant pas à la maison aussi longtemps que vous le souhaitez. Je suis un homme de famille, et plus je vieillis, plus je veux rester avec ma famille.

- Je voudrais vous provoquer amicalement en tant qu'ancien membre de la Philharmonie de Vienne. Est-il vrai que cet orchestre prétend suivre le chef d'orchestre mais, en réalité, n'en suit que très peu ?
Ce n'est pas vrai, c'est l'un des contes de fées du monde de la musique. Aucun orchestre au monde ne peut y aller seul dans certains passages. Un orchestre a besoin de conseils. Quand, au début de l'ère soviétique, ils ont essayé de créer des orchestres sans chef, ils ont échoué. Ce n'est pas de rythme qu'un orchestre a besoin, mais d'une direction artistique. Quand je jouais dans l'orchestre, je détestais les chefs qui venaient et nous laissaient jouer la pièce ("Tu le sais, je le sais"). Les musiciens veulent être mis au défi. Se battre pour une pièce, se battre pour une interprétation, c'est ce que je crois nécessaire de nos jours, quand le niveau des orchestres est partout plus élevé qu'il y a 20-30 ans. Je ne supporte pas la mauvaise routine, c'est un danger.

Propos recueillis par Nicola Catto à Milan

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>