Saint-Saëns à l’italienne

par
Pappano Argerich
Camille SAINT-SAËNS (1835 - 1921) Symphonie n°3 en ut mineur op.78 « symphonie avec orgue » - Le Carnaval des Animaux, fantaisie zoologique pour 2 pianos et ensemble Martha Argerich et Antonio Pappano, piano, Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia, Antonio Pappano 2017-DDD-71’26’’-Notice de présentation en anglais, français, allemand-Warner Classics. 0190295755553 Pas la peine d’y aller par quatre chemins : cet album est phénoménal ! Tout d’abord le Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns connait ici l’un de ses plus belles interprétations, si ce n’est la plus belle ! L’équipe pianistique regroupe rien moins que Martha Argerich et Antonio Pappano avec les solistes de l’Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia. Dès lors ça piaffe et ça caquette avec une dynamique et une énergie qui renversent la fantaisie zoologique du vénérable compositeur. Chaque morceau est galvanisé par des musiciens qui se prêtent au jeu d’échanger les notes avec un tel duo pianistique. L’esprit d’équipe et la complicité sont les maîtres mots de cette lecture et on ne peut que saluer le travail accompli par le chef anglo-américain au pupitre de cet orchestre d’exception, dont les solistes instrumentaux sont aussi à l’aise en musique de chambre qu’en tutti ! De plus, les amoureux des bons mots peuvent télécharger gratuitement le texte de Francis Blanche narré par Annie Dutoit. Changement de registre avec la « colossale » symphonie avec orgue, autre cheval de bataille du compositeur. Nous avons souvent salué dans ces colonnes le niveau vertigineux atteint par l’orchestre romain, il fait naturellement feu de tous ses pupitres pour servir la lecture charpentée et mélodieuse d’Antonio Pappano. La discipline d’orchestre, la puissance des dynamiques et la superbe sonorité des pupitres sont bien mises en avant. Cet ensemble est bien servi par l’acoustique de la grande salle du Parco della Musica où la phalange est captée live. Jamais lourde ou démonstrative, cette lecture avance à bon rythme et fait briller la mécanique de l’orchestre. Certes, la discographie est de très haut niveau, mais on avoue adorer cette vision d’Antonio Pappano. Dès lors, les mots sont limités face à un tel festin musical, on range le lexique et on passe cet album en boucle ! Pierre-Jean Tribot

Son 10 - Livret 8 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>