Schumann, Schubert, Sinding et Chostakovitch chez Universal

par

Chostakovitch : la « Valse n°2 » tirée de la « Suite pour orchestre de variété » arrangée pour flûte à bec alto et piano par Irmhild Beutler et Sylvia Rosin. Mieux connue sous le nom de « Suite de Jazz n°2 » cette pièce de Chostakovitch composée pour le film « Eyes Wide Shut » rappelle le cinéma de Fellini ou la musique de cirque (UE 36 673)

SchubertSchumann : Fantasiestücke pour clarinette et piano op. 73
Basée sur les dernières recherches sur l’oeuvre du compositeur, cette nouvelle édition propose les parties à la fois pour la clarinette en la et celle en si bémol. Les Fantasiestücke pour clarinette et piano furent composées en deux jours en février 1849 et créées quelques jours plus tard à Dresde par Clara et le clarinettiste Johann Gottlieb Kotte. D’abord intitulées « Pièces de soirées », elle furent publiées sous le nom de « Pièces de Fantaisie », Schumann tenant à souligner par là leur aspect poétique. Editées d’après les sources par Michael Kube, la clarinettiste Elisabeth Eichenberg en a rédigé les notes interprétatives en se référant à l’esthétique contemporaine du son de la clarinette. L’édition est basée sur la première édition publiée en 1849 et intègre également des corrections ultérieures de la copie personnelle de Schumann. Le manuscrit de la composition qui a survécu a engendré des corrections importantes. Outre la partie de clarinette en la pour laquelle elle fut conçue, l’édition comprend une partie transposée pour la clarinette en si bémol afin de rendre ces ouvrages emblématiques du répertoire romantique de la clarinette disponibles à un cercle plus large (UT 50286).

SchubertSchumann : Fantasiestücke pour violoncelle et piano op. 73
La première édition des Fantasiestücke op. 73 contenait non seulement une partie de clarinette, mais également une partie de violon et une de violoncelle. Depuis, elles fpnt partie du répertoire romantique pour violoncelle et piano. Cette édition est basée sur le texte de la première édition, la copie personnelle de Schumann et le manuscrit. Les notes interprétatives fournissent des informations sur les indications métronomiques, les coups d’archet, les doigtés et davantage (UT 50285).

SindingSinding : Six pièces pour piano op. 32
La musique de Sinding combine le charme tonal de la fin du romantisme avec les mystérieuses cadences nordiques typiques d’Edvard Grieg ou de Niels Gade. Les Six pièces pour piano op. 32 de Christian Sinding sont devenues célèbres en raison de la troisième pièces, Gazouillement du Printemps. Leur caractère parfois virtuose ne rivalise pas avec la complexité d’un Franz Liszt, ce qui signifie quel les morceaux restent à la portée du pianiste amateur, de degré avancé toutefois. Disponible pour la première fois dans sa version originale, l’op. 32 est basée sur une comparaison critique de la première édition avec l’autographe du compositeur. Les six morceaux spnt chacune d’un caractère et de niveau de difficulté différents et constituent un ajout bienvenu au répertoire pianistique de la fin du 19ème siècle (UT 50404).

Schubert 946Schubert : Drei Klavierstücke D 946 et Zwei Fragmente D 916B/C
En complément des Impromptus op. 90 et op. posth. 142 et Moments musicaux op. 94 (UT 50297), la Wiener Urtext édition présente une nouvelle édition des trois pièces pour piano D 946. Une étude attentive des autographes de Schubert a conduit à diverses retouches dans le texte musical comme l’ajout d’une mesure dans la deuxième pièce. L’édition propose une nouvelle approche de la fin du second épisode de la première pièce D 946, supprimée par Schubert dans la partition autographe mais incluse dans la première édition posthume et adoptée dans la pratique actuelle des concerts. Comme pour l’opus 90 et opus posthume 142, cette édition comporte des notes interprétatives de Robert D. Levin, basées sur des sources contemporaines ainsi qu’une préface en allemand, anglais et français (UT 50298).

Les commentaires sont clos.