Soirée de clôture à Bozar : Kramer joue un remarquable Prokofiev pour s'offrir la deuxième place et Vondracek est sacré !

par http://www.ikaho-kankou.com/blog_/index.php/casual-dating-services/

Au moment d'écrire ces lignes, le palmarès de ce concours 2016 est d'ores et déjà connu de tous. Et à moins que vous ne vous soyez exilé pendant une semaine, vous avez dû entendre parler du troisième concerto de Rachmaninov version Lukas Vondracek. Cet ovni de 29 ans a sorti un moment d'anthologie et son exécution pourrait fort bien entrer dans l'histoire comme une des plus belles de ce concerto. Il remporte donc fort logiquement le Premier Prix sous les acclamations du public de la salle Henry LeBoeuf, debout et pleine à craquer pour l'occasion.

Kana_Okada30077

Mais avant ce moment de gloire pour le Tchèque de 29 ans, deux derniers candidats devaient encore jouer leur programme. La japonaise Kana Okada s'élance en premier. Elle est seulement la deuxième femme de cette finale. Elle est très élégante, elle a parfois de bonnes idées et elle fait preuve d'une belle souplesse dans sa gestique mais globalement le son est petit, bien trop petit pour pouvoir briller dans le deuxième concerto de Rachmaninov. Elle est trop souvent couverte par l'orchestre à qui on ne peut vraiment pas jeter la pierre. Tout le Henry_Kramer30078contraire de Henry Kramer. Son Prokofiev est superbe. Brillant, inspiré, contrasté et bien caractérisé. Et surtout, même si son engagement est total, le son ne sera jamais agressif même dans les passages « violents » . Sa gestique est impressionnante, virevoltante voire risquée mais totalement assumée. Il tient le public en haleine dans une interprétation générale bien construite et tout en crescendo. Il clôture de belle manière cette semaine de finale et on se dit qu'il peut se trouver une place au soleil dans ce millésime 2016. Suivent alors tous les discours de circonstance au fil de cette soirée. Arie van Lisbeth congratule tour à tour Sa Majesté La Reine Mathilde pour sa présence réconfortante, Claude Ledoux pour son imposé de qualité et unanimement apprécié, Marin Alsop et l'ONB pour leur remarquable et difficile travail et enfin le public pour sa présence massive tout au long du mois. Non sans une pointe d'humour, il a émis l'espoir que ce même public sera présent en nombre pour l'historique premier concours de violoncelle en 2017.

Parlons du palmarès. Il est somme toute logique et il a consacré des pianistes matures et expérimentés puisque les deux premiers ont chacun 29 ans. Vient ensuite la jeunesse avec Alexander Beyer qui avait offert le premier temps fort du concours mardi. On peut bien évidemment regretter la sixième place d'Alberto Ferro. On aurait aimé ce pianiste racé bien plus haut dans la hiérarchie comme en témoigne son ovation à la remise du bouquet et le prix du public Musiq'3. Et enfin, on se réjouit du cinquième Prix de Jurinic (qui a peut-être offert les plus belles émotions à votre serviteur). C'est la preuve que, fort heureusement, la poésie, tendre et intime de même que l'extrême virtuosité dans le raffinement du toucher ont encore leur place dans le palmarès d'un grand concours international.
Bon vent à tous ces jeunes artistes !
Michel Lambert
Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, le 28 mai 2016

Les commentaires sont clos.