Strauss en mode mineur

par
Strauss
Richard STRAUSS (1864 - 1949) Ariane à Naxos, suite symphonique–Le Bourgeois gentilhomme Buffalo Philharmonic Orchestra, dir. : JoAnn FALLETTA DDD-2017-75’ 34’’–Texte de présentation en anglais–Naxos 8.573460 Ariane à Naxos et Le Bourgeois gentilhomme ont des dénominateurs communs. Ce sont deux œuvres que le Kapellmeister bavarois a composées en 1912 et qui, toutes les deux, se veulent délicates, primesautières, des sortes de vaudevilles musicaux. Chronologiquement, elles suivent donc Le Chevalier à la rose, peut-être le dernier grand avatar de l’opéra classique (ce qui explique pourquoi il fait partie intégrante du répertoire). Certains spécialistes se sont demandés si Richard Strauss et son librettiste Hugo von Hofmannsthal n’avaient pas voulu s’accorder une récréation en s’attelant à Ariane à Naxos. D’autres, s’ils n’avaient pas, plus simplement, souhaité rendre hommage à Mozart, le Mozart de Cosi fan tutte. Ou le pasticher. Voire le défigurer. Ce qui est sûr, c’est qu’avec cette partition, on a affaire à une musique des plus suaves, à partir de laquelle D. Wilson Ochoa a tiré en 2010 une suite symphonique, qu’on peut entendre ici en première mondiale dans l’interprétation du Buffalo Philharmonic Orchestra, sous la direction de JoAnn Falletta. Était-il nécessaire d’écrire cette suite ? On en doute. Elle est, en tout cas, assez fade, sans relief, sans grâce aucune – du Richard Strauss sur un mode mineur. Et comme par mimétisme, l’interprétation du Bourgeois gentilhomme en pâtit et donne l’impression d’avoir été bâclée, alors que JoAnn Falletta est en général une artiste très soucieuse de ne pas trahir les œuvres qu’elle dirige (on lui doit plus de cent-dix œuvres de compositeurs américains en première mondiale). Jean-Baptiste Baronian Son 7 – Livret 5 – Répertoire 6 – Interprétation 5

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>