Superbe hommage à Ysaye

par
Bouchkov

Eugène YSAYE
(1858 - 1931)
Fantaisie, op. 32*/ Sonates, op. 27 nos 5 et 6/ Légende norvégienne*/ « Si vous saviez »*
Ernest CHAUSSON
(1855 - 1899)
Poème*
Marc Bouchkov
(° 1991)
Fantaisie/Mélodie
Marc Bouchkov (violon), Georgiy Dubko (piano)*
2017-DDD-76’55- Textes de présentation en français et anglais-Harmonia Mundi HMN 916106

Voici un disque qui ravira à la fois les admirateurs d’Ysaye compositeur et ceux de très beau violon. Finaliste du Concours Reine Elisabeth en 2012 et vainqueur de celui de Montréal l’année suivante, le violoniste belge Marc Bouchkov s’attaque, pour son premier disque, aux redoutables exigences d’un répertoire où Eugène Ysaÿe qui se taille la part du lion, mais où figurent aussi le Poème de Chausson (dédié à Ysaÿe) et deux oeuvres pour violon seul de Bouchkov lui-même.
Ce disque porte l’empreinte d’un très grand, et surtout personnel, talent. Loin en effet des interchangeables violonistes-bêtes à concours, on décèle d’emblée chez le jeune violoniste une vraie personnalité. Formé aux Conservatoires de Lyon et Paris, Bouchkov se révèle un digne héritier de l’école franco-belge. Un style à la fois élégant et rigoureux loin de tout sentimentalisme racoleur, un son clair et transparent sans une once de mauvaise graisse, un usage subtil et juste du vibrato, l’absence totale de fautes de goût ou d’effets inutiles- tout cela rappelle beaucoup Christian Ferras à son meilleur.
Dès les premières notes de la méconnue Fantaisie d’Ysaÿe (écrite à l’origine pour violon et orchestre, mais dont seule survit la réduction pour piano et violon parue en 1924), le violoniste séduit par son approche interprétative qui vise davantage la franchise que la séduction, et sa maîtrise technique sans faille lui permet de donner libre cours à sa remarquable sensibilité. Les mêmes remarques valent bien sûr pour les deux Sonates, enlevées avec imagination et intelligence, une virtuosité acérée et, plus que tout, cet art de laisser respirer la musique.
Outre la Fantaisie, l’autre révélation de cet enregistrement est la première discographique de la Légende norvégienne, oeuvre de jeunesse écrite par Ysaÿe à la suite d’un séjour en Norvège. (La Bibliothèque royale de Belgique, ayant reçu le manuscrit d’un généreux donateur anonyme, confia à Marc Bouchkov l’honneur d’en donner de donner la première exécution depuis 1882.) L’oeuvre -qui lorgne plutôt du côté de Tchaikovsky que de Grieg- a beaucoup de charme et se laisse écouter avec plaisir. « Si vous saviez » est la transcription pour violon d’une touchante mélodie écrite par Ysaÿe sur un poème de Sully Prudhomme.
Dans le Poème de Chausson, Bouchkov -qui opte par moments pour un son plus couvert ou plus rauque que dans Ysaÿe- passionne de bout en bout, et parvient à parfaitement rendre l’entêtant parfum fin-de-siècle de l’oeuvre, évitant avec succès le sentimentalisme comme la préciosité. Comme dans toutes les oeuvres avec piano, Dubko est un partenaire attentif.
Consacrées au violon seul, les deux dernières oeuvres du disque sont signées Marc Bouchkov. Dans la Fantaisie pour violon -en fait un thème et trois variations sur un chant ukrainien- Bouchkov montre brillamment l’étendue de son savoir-faire de violoniste, mais aussi de compositeur. Et c’est par une émouvante et sensible Mélodie, dédiée à son arrière-grand-mère -seule survivante de la Shoah dans sa famille- que Marc Bouchkov termine un enregistrement de très grande classe.
Patrice Lieberman

Son 10 - Livret 10 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>