Mots-clé : Tragédie lyrique

Sur les ailes de la danse

par
Jean-Philippe RAMEAU (1683 - 1764) DARDANUS, version 1739 Karina GAUVIN, Vénus, Gaëlle ARQUEZ, Iphise, Reinoud van MECHELEN, Dardanus, Florian SEMPEY, Anténor, Nahuel di PIERRO, Tencer, Isménor, Katherine WATSON, Amour, une Bergère, un Songe, Etienne BAZOLA, Un Berger, Virgile ANCELY, Guillaume GUTIERREZ, un Songe, ENSEMBLE PYGMALION, dir.: Raphaël PICHON. Mise en scène : Michel FAU. Décors : Emmanuel CHARLES. Costumes : David BELUGOU. Chorégraphie : Christopher WILLIAMS. Lumières : Joël FABING. Opéra de Bordeaux, avril 2015 1 DVD NTSC + 1 BLU-RAY- 3h12'24- format 16/9- DTS 5.1- sous-titres allemand, anglais et français- chanté en français-HMD 9859051.52

Un lent et poignant crescendo

par

© Vincent Pontet

La Vestale aux Champs Elysées Phare de l'art napoléonien, La Vestale de Spontini (1807) poursuit la réforme de la tragédie lyrique entreprise par Gluck, sublime les opéras de l'époque (Méhul, Lesueur) et annonce le Grand Opéra français par un saisissant climat préromantique. Elle n'est jamais vraiment tombée dans l’oubli, grâce à des reprises périodiques dues à certaines grandes interprètes telles Maria Callas ou, plus près de nous, Montserrat Caballé ou Renata Scotto.

Quand Dauvergne troque la sandale pour le cothurne

par
Antoine DAUVERGNE (1713-1797) Hercule mourant, tragédie lyrique en cinq actes A. Foster-Williams (Hercule), V. Gens (Déjanire), E. Gonzalez Toro (Hilus), E. Crossley-Mercer (Philoctète), J. Fuchs (Iole), J. Azzaretti (Dircé), solistes, Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles, Les Talens Lyriques, dir.: Christophe ROUSSET

Un Belge sous Louis XVI

par
Thésée de Gossec à Liège Décidément, la tragédie lyrique post-gluckiste a le vent en poupe ces derniers temps. Après Catel ou Sacchini, voici Gossec. Non, ce musicien originaire du Hainaut belge n’est pas seulement l’auteur de symphonies remarquables ni de chants révolutionnaires, mais aussi de deux tragédies lyriques dont ce Thésée de 1782, écrit sur le même texte de Quinault déjà utilisé par le vieux Lully, ainsi que le voulait Devismes, directeur de l’Opéra, dans un effort de relance du patrimoine, à l’instar de l’Armide de Gluck ou de l’Amadis de Gaule de Jean-Chrétien Bach.