Trio Brancusi

par

Georges ENESCO   (1881-1955)
Trio en sol mineur – Sérénade lointaine – Trio en la mineur
Trio BRANCUSI: Saténik KHOURDOÏAN (violon), Laura BURUIANA (violoncelle), Mara DOBRESCO (piano)
DDD-53’ 22’’- Livret de présentation en français et en anglais - Territoires/Outhere ZZT 303Georges Enesco est un cas. Dans toutes les histoires consacrées à la musique du XXe siècle, il est considéré comme un compositeur important mais en même temps son œuvre n’est guère connue à l’exception de ses deux Rhapsodies roumaines et, ces toutes dernières années, de son magnifique opéra Œdipe -un opéra qui commence seulement à entrer au répertoire alors qu’il a été achevé en 1931. Georges Enesco, il est vrai, n’a publié de son vivant que la moitié de ce qu’il a écrit (une centaine d’opus) et s’est surtout illustré en Europe et aux États-Unis, par ses activités de violoniste, de chef d’orchestre et de promoteur de jeunes talents en Roumanie, son pays natal. Sans oublier ses activités de professeur, en particulier à l’École normale de musique de Paris dans les années 1920 et 1930. Il peut se targuer d’avoir eu parmi ses élèves des interprètes devenus aussi célèbres que Yehudi Menuhin, Arthur Grumiaux, Ivry Gitlis ou Christian Ferras.

Sur le présent CD figurent trois pièces de musique de chambre qu’on croyait perdues et qui ont été retrouvées récemment. Composé en 1897, le Trio en sol mineur est l’œuvre d’un jeune homme de seize ans sous influence (Schumann, Brahms…) mais d’un jeune homme qui possède déjà le sens de l’équilibre et qui sait faire, comme le dit l’expression populaire, chanter ses instruments. Des qualités qui transparaissent aussi dans la très romantique Sérénade lointaine écrite à Londres en 1903, en hommage au roi et à la reine de Roumanie en Angleterre et, surtout, dans le Trio en la mineur. Il y va en l’occurrence d’une œuvre plus tardive (1916) et, à l’évidence, davantage mâtinée de couleurs locales, Georges Enesco l’ayant nourrie de motifs folkloriques et d’emprunts à des airs traditionnels, un peu à la manière de ses Rhapsodies roumaines. Que ce CD ait vu le jour est une bonne chose (c’est le premier enregistrement mondial du Trio en sol mineur). Mais s’il y a des joyaux à découvrir chez Georges Enesco, il faudrait les chercher dans ses musiques pour orchestre.

Jean-Baptiste Baronian

Son  8  -  Livret  7  -  Répertoire  7  - Interprétation 7

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>