Trois Quatuors

par
Meyer

Roland LEISTNER – MAYER
(° 1945)
5è, 6è et 7è quatuors à cordes (2014-16)
Sojka Quartet : quatuor à cordes
2017 DDD 77’15 Livret allemand, anglais et tchèque CD TYXart TXA 17090

La musique du compositeur bavarois Roland Leistner-Mayer est essentiellement consonante : on pourrait dire tonale, sans les fonctionnalités du système tonal. A l’écoute, on n’a pas l’impression d’une musique harmoniquement tonale. Elle est défendue par le quatuor tchèque Sojka, un quatuor dont la cohésion est favorisée par une écriture à quatre voix de Leistner-Mayer qui fait bloc et ne laisse pas de place à l’individualité de chaque instrument. Son cinquième quatuor, en quatre mouvements, suit des formes classiques, le scherzo en deuxième lieu, suivi d’un adagio et d’une entrée fuguée pour le dernier mouvement. Le sixième quatuor est lui divisé en sept bagatelles sous-tendues par les grandes questions philosophiques : qui sommes-nous? D’où venons-nous? Où allons-nous? Qu’attendons-nous? Qu’est-ce qui nous attend? Sept mouvements courts admirablement joués. Le septième Quatuor, sous-titré Quatuor Ariane, est, dit-il, “Comme un fil d’Ariane musical à travers le labyrinthe fou de la vie”. Le premier mouvement semble être comme un fil qui se déroule. Le scherzo qui suit s’interrompt un moment : la musique énergique fait place à un court moment lyrique. Le mouvement lent est comme une procession, tandis que le dernier mouvement est un rondo Presto precipitando. De très belle facture, j’avoue cependant que la musique de Leistner-Mayer me semble un peu indigeste à la longue. Trois quatuors, cela semble un peu trop en une fois. Cela provient sans doute de la densité de sa musique, et d’un manque de contrastes.
Dominique Lawalrée

Son 9 - Livret 7 - Répertoire 7 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>