Trompettes folâtres

par
Jevtic
Ivan JEVTIC (° 1947) Que le jour est beau !–Concerto pour trompette et orchestre n° 1–Concerto pour trompette et orchestre n° 2–Thème et trois variations pour trompette et deux quintettes de cuivre Dimitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975) Concerto n° 1 pour piano, trompette et orchestre à cordes op. 35 Éric AUBIER (piano), Roustem SAITKOLOU (piano), Orchestre Philharmonique de Belgrade, dir. : Ola RUDNER, Orchestre de chambre de Novi Sad, dir. : Vesna SOUC, Quintette de cuivres Vertige & Feeling Brass, Orchestre des Pays de Savoie, dir. : Nicolas CHALVIN DDD–2017–78’ 05’’–Textes de présentation en français, anglais et allemand–INDESENS INDE089 Ivan Jevtic, qui est né à Belgrade, a beaucoup composé pour la trompette. « La trompette, a-t-il déclaré, symbolise à mes yeux la vision de la lumière et de la force terrestre, et c’est cette idée forte qui m’a incité au fil des années à écrire les nombreuses œuvres à cet instrument. Depuis ma première jeunesse, et dès que j’ai connu l’art de la trompette de Maurice André, mon œuvre n’a cessé de s’élargir, passant par des formes de compositions, de formations et de caractères différents. » Le présent CD illustre fort bien ces propos car les quatre partitions qu’elle regroupe sont autant d’approches distinctes de la trompette, quand bien même leur registre ressortit au néoclassicisme. Il y a toutefois chez Ivan Jevtic une constante recherche de nouveaux sons, et c’est particulièrement le cas dans Thème et trois variations pour trompette et deux quintettes de cuivre, en grande partie, il est vrai, en raison du fait qu’on se trouve ici en présence d’une formation très originale, pour ne pas dire unique en son genre. Avec cette œuvre, tout se passe comme si la trompette se régénérait et s’aventurait sur des voies et des chemins de traverse encore peu explorés à ce jour. Depuis sa création en 1993, Thème et variations a d’ailleurs été joué de nombreuses fois par des trompettistes actuels, à commencer par Éric Aubier, qui n’avait que quatorze ans quand il est entré dans la classe de Maurice André et qui en propose une interprétation qu’on qualifiera de solide. Ce terme convient aussi à celle du célèbre Concerto n° 1 pour piano, trompette et orchestre à cordes op. 35 de Dimitri Chostakovitch, quoique le dernier des quatre mouvements, l’allegro con brio, ne soit pas assez… brio. Jean-Baptiste Baronian Son 8 – Livret 7 – Répertoire 7 et 9 – Interprétation 8

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>