Un autre éventail des pièces pour piano de Sibelius !

par
Sibelius Tong

Jean SIBELIUS
(1865-1957)
Piano Works Vol. 2
Valse triste op. 44 n°1 - Sonatines op. 67 n°1 en fa dièse mineur, n°2 en mi majeur, n°3 en si bémol mineur - Six bagatelles op. 97 - Cinq impressions caractéristiques op. 103 -  Quatre pièces lyriques op. 74 - Sonate en fa majeur op. 12
Joseph Tong, piano
2017- DDD-73'22"-Textes de présentation en anglais - Quartz QTZ 2123

On ne sait si le pianiste britannique Joseph Tong envisage de publier l'intégrale des pièces pour piano de Sibelius. Håvard Gimse l'avait réalisé en cinq CDs pour Naxos ; son compatriote Leif Ove Andsnes vient de nous en donner une anthologie chez Sony Classical. Il n'hésite pas à déclarer : Je suis le premier à admettre que la musique pour piano de Sibelius est d'une qualité inégale. On n'en voudra comme preuve que la Sonate en fa majeur op. 12 que Tong a mise à son programme. Sibelius ne parvient pas à réconcilier le caractère de sa musique avec les particularités de l'instrument. Ce n'est par contre pas le cas des trois sonatines op. 67. Comme Gould le faisait remarquer la tonalité annoncée est totalement absente du premier mouvement. C'est un choix délibéré du pianiste de mettre en évidence ce contraste. Il le précise dans le livret bien détaillé (malheureusement unilingue anglais) : son souhait est de présenter une combinaison intéressante et variée de pièces qui représentent toutes les périodes principales de création du compositeur depuis les début des années 1890 jusqu'au milieu des années 1920 (On sait que le compositeur garda un silence total pendant les trente dernière années de sa vie). A côté de la sonate de 1893 et des sonatines de 1912, on entend donc la transcription originale faite par le compositeur lui-même de la valse triste de 1903, les quatre pièces lyriques de 1914, les six bagatelles de 1920 et les cinq impressions caractéristiques de 1924. Un bel éventail donc ! Joué par un pianiste spécialiste de Sibelius qui nous donne une interprétation objective, élégante et délicate de ces miniatures reflets d'un caractère introverti et torturé. À côté de son premier volume d'œuvres pour piano, Joseph Tong avait déjà exploré le corpus pour piano et violon avec sa compatriote Fenella Humphreys. De beaux compléments au Sibelius de Leif Ove Andsnes !
Jean-Marie André

Son 8 – Livret 9 –  Répertoire 8 – Interprétation 9

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>