Un BA/ROCK surprenant à l’Opéra des Nations

par
Une gigantesque plaque de marbre noir d’où se dégagent de troublantes fumées, de suggestives lumières conçues par Rémi Nicolas, telle est la première image que perçoit le spectateur de BA/ROCK, la nouvelle création du chorégraphe belge Jeroen Verbruggen. Il y a deux ans, le public du Grand-Théâtre de Genève avait découvert ce jeune loup dans une relecture décapante de Casse-Noisette, bousculant tant les numéros de la partition que l’argument d’E.T.A.Hoffmann, production que l’on aurait dû intituler Impressions d’un Casse-Noisette. Avec une certaine appréhension l’on attendait donc ce BA/ROCK, spectacle de ballet articulé en deux parties. La première, Iris, voit sept danseurs, donc trois couples dialoguant avec un personnage isolé en quête d’une destination imaginaire. Alors que le pianiste Aleksandr Shaikin égrène, en bordure de scène, quatre des sonates de Domenico Scarlatti encadrées par deux pages de François Couperin, La ténébreuse et Allemande, hommes et femmes se poursuivent avec véhémence, s’étreignent parfois, courent vers une finitude que personne ne peut cerner, surtout pas le spectateur qui a rapidement la sensation d’être largué. De toute autre consistance est le second volet, Vena amoris, basé sur l’enregistrement de Marc Minkowski et des Musiciens du Louvre dédié à Jean-Philippe Rameau sous le titre Une Symphonie imaginaire. La scénographie d’Emilie Roy se limite à deux ou trois plateformes rouges avec escalier, souvent mises en mouvement, alors que les vingt-deux danseurs arborent combinaison de tricot noir rehaussées de collerettes, genouillères et plaquettes dorées imaginées par Emmanuel Maria. L’Ouverture de Zaïs, l’Orage de Platée, la série de tambourins et gavottes dictent un rythme implacable à une chorégraphie qui laisse une large place à l’ironie sous-jacente, tout en atteignant la réussite dans des pages expressives telles que la Musette en rondeau des Fêtes d’Hébé ou la Danse des Sauvages des Indes galantes. Paul-André Demierre Genève, Opéra des Nations, le 31 octobre

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>