Un contemporain accessible

par https://bonjourbarcelone.fr/

Frederic RZEWSKI (°1938)
Oeuvres pour piano : Four Pieces (1977) - Hard Cuts (2011) - The Housewife's Lament (1980)
Ralph van Raat (piano), Ensemble Lunapark sous la direction d' Arnold Marinissen
2014 - DDD - 62'13'' - Texte de présentation en anglais - Naxos 8.559756

La Belgique a la chance d'accueillir un des compositeurs contemporains les plus intéressants. Il est difficile de mettre Frederic Rzewski dans une case. Les musiciens aiment se rassurer et mettre des étiquettes sur les compositeurs. Boulez - sérialisme intégral ; Glass - minimaliste ; Connesson - nouvelle école française etc. La musique de Rzewski est insaisissable. Elle couvre tous les styles mais elle est reste unique. Âgé de plus de 70 ans, cet Américain acclimaté à Bruxelles reste toujours actif ; on se souvient de l'oeuvre qu'il avait composée pour la demi-finale du Concours Reine Elisabeth en 2013, oeuvre riche de contrastes et d'effets propres au compositeur. Le pianiste hollandais Ralph van Raat n'en est pas à sa première tentative de graver au disque l'oeuvre de Rzewski. On se souvient notamment d'une belle version du grand cycle de variations The People United Will Never be Defeated, une de ses oeuvres emblématiques. Les pièces réunies ici datent de différentes périodes de sa vie. Une oeuvre récente pour piano et petit orchestre à cordes, vents et percussions (Hard Cuts) et deux oeuvres pour piano solo datant de la fin des années septante. La musique de Rzewki se base souvent sur des thèmes populaires américains parfois explicitement comme The Housewife's Lament qui est une chanson populaire anonyme et d'autrefois. Au milieu d'une oeuvre, on voit surgir de très loin une chanson qu'on croit connaître et qui nous ramène à un langage plus simple voire enfantin mais toujours touchant. L'art de Rzewski est de savoir mêler des techniques d'écriture très complexes durant un certain temps puis, subitement, l'écriture se simplifie et un thème en apparence anodin apparaît et prend tout son sens entouré de toutes ces complexités. Exemple frappant : la quatrième pièce tirée des Four Pieces. Le piano gronde dans les graves et petit à petit un semblant de thème émerge pour ensuite prendre plus d'importance que ces grondements assourdissants et devenir l'élément principal. Ces quelques secondes de musique résument parfaitement le style de Rzewski. Les trois pièces constituant Hard Cuts montrent à quel point le langage de Rzewski se renouvelle mais reste fondamentalement le même. Mêmes traitements pianistiques, même aisance mélodique et même univers. Avoir ajouté un petit orchestre qui accompagne le piano enrichit le jeu des sonorités et contrastes. Ralph van Raat défend parfaitement bien cette musique, la comprend et l'aime. Il sait que Rzewski est un admirateur profond et sincère de Beethoven et parvient à montrer les parallèles entre ces deux compositeurs apparemment si opposés. Comme chez Beethoven, la musique de Rzewski se nourrit de contrastes, de couleurs et de brusques changements d'atmosphères. Rzewski est un caractère et sa musique l'illustre bien. Disque intéressant pour tout mélomane cherchant un compositeur contemporain accessible et intelligent mais surtout plein de sentiment.
François Mardirossian

Son 8 - Livret 6 - Répertoire 9 - Interprétation 10

Les commentaires sont clos.