Un duo de charme

par

Claude DEBUSSY
(1862 - 1918)
Sonate pour violon et piano
Karol SZYMANOWSKI
(1882 - 1937)
Mythes op. 30
Reynaldo HAHN
(1874 - 1937)
Nocturne en mi bémol majeur
Maurice RAVEL
(1875 - 1937)
Sonate pour violon et piano n° 2
Fanny ROBILLIARD (violon), Paloma KOUIDER (piano)
DDD–2017–55’ 58’’–Texte de présentation en français et anglais–Evidence EVCD039
Cela fait des lustres qu’on couple sur un disque l’unique Sonate pour violon et piano de Claude Debussy et la Sonate pour violon et piano n° 2 de Maurice Ravel. Désireuses de sortir des sentiers battus, la violoniste Fanny Robilliard et la pianiste Paloma Kouider – un duo de charme ! – les ont enregistrées avec deux autres œuvres beaucoup moins populaires : Mythes de Karol Szymanowski et Nocturnes en mi bémol majeur de Reynaldo Hahn. Cette dernière partition prouve une fois encore que l’auteur de Ciboulette n’est pas aussi léger ni aussi superficiel qu’on a pris la mauvaise habitude de le prétendre : moins de six minutes lui suffisent pour faire passer une petite musique gracieuse et d’une subtile « profondeur éphémère », comme le dit si bien Paloma Kouider. Quant aux Mythes, il s’agit d’un triptyque inspiré de la mythologie grecque et composé en 1915. Il frappe par sa densité d’écriture, un peu comme si Karol Szymanowski avait voulu concentrer dans le violon et le piano les vibrations multiples d’un orchestre de chambre. C’est fort beau. Et c’est joué avec une grande maîtrise. Laquelle maîtrise affleure aussi dans l’interprétation de la Sonate de Claude Debussy. On aurait aimé, en revanche, une Sonate de Maurice Ravel plus énergique, plus enlevée, et même plus jazzique dans le deuxième mouvement, qui n’est pas intitulé « Blues » par hasard.
Jean-Baptiste Baronian

Son 8 – Livret 7 – Répertoire 10 – Interprétation 8

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>