Un Meyer à découvrir !

par
Krzysztof Meyer (né en 1943) Sonates pour piano n°4 op. 22, n°5 op. 32, n°6 "sonata breve" op. 104 - Six intermezzi op. 121 Marek Szlezer, piano 2013/2014-DDD-78'51''-Texte de présentation en polonais et anglais - 1 CD Dux 0505 Le compositeur polonais Krzysztof Meyer n'a rien à voir avec ses homonymes, les clarinettistes allemande, Sabine Meyer, et français, Paul Meyer. Il a étudié la composition avec Stanisław Wiechowicz et Krzysztof Penderecki en Pologne et Nadia Boulanger à Paris. On lui doit 8 symphonies, plusieurs concertos (2 pour flûte, 2 pour violon, pour piano, pour violoncelle, pour hautbois, pour clarinette, pour saxophone ...), de la musique de chambre (dont 13 quatuors), 6 sonates pour piano... Dans un premier volume d'œuvres pour piano, son compatriote, le pianiste Marek Szlezer, avait déjà enregistré les trois premières sonates, les aphorismes op. 3 et la quasi una fantasia op. 104. Il nous livre ici les trois sonates suivantes (les n° 4 de 1968, n°5 de 1997 et n°6 de 2005) ainsi que les récents intermezzi op. 121 de 2014. Si l'influence de Bartok était évidente dans les premières sonates, elle s'estompe ici pour laisser place à une densité et une concision remarquables. On découvre une alternance de périodes de calme et d'éruptions virtuoses. Ainsi, la sonate n°4 comporte 6 mouvements de durées variant de 1' à 4'. La sonate n°5, la sonate des sons rayonnants module les variations d'atmosphère en 4 mouvements : dolente, prestissimo furioso, lento monto cantabile et ossessivo. La sixième sonate sonata breve d'un peu plus d'un quart d'heure est écrite en un seul mouvement qui développe une vaste cantilène. La recherche de la beauté sonore est également parfaitement menée à bien dans les 6 intermezzi (semplice ma espressivo, con moto, con grazia ed intimissimo sentimento, delicatissimo, lento, agitato) qui referment ces près de 80 minutes d'écoute bien contrastées. Un contemporain passionnant que l'on écoute avec plaisir. Jean-Marie André Son 9 – Livret 7 –  Répertoire 9 – Interprétation 9

Les commentaires sont clos.