Un Sacre pas tout à fait sacré

par
Sacre

Igor STRAVINSKY
(1882 – 1971)
Le Sacre du Printemps
NDR Elbphilarmonia Orchestra, dir. Krzysztof Urbanski
2017 DDD 35’58 Livret allemand, français, anglais CD ALPHA 292

Et un sacre de plus. Chaque exécution fait revivre le caractère novateur de cette musique. Nul n’échappe à la violence brute du langage musical de Stravinsky. En 1913, tout y était nouveau : pas de développement, mais une juxtaposition de blocs sonores dialoguant entre eux, construits avec des motifs qui tournent autour de trois ou quatre notes plutôt que des mélodies, et qui de ce fait donnent la priorité au rythme. Ces blocs “fauves” forment une succession de moments, et l’oeuvre avance en basculant abruptement d’un moment à un autre, en une expression sauvage, mais domptée. Ce chef-d’oeuvre remue l’auditeur à chaque audition, comme au premier jour. Bien sûr, il y a des interprétations essentielles, comme par exemple la récente version de Riccardo Chailly. Mais aussi les intemporelles comme celles de Friscay, de Markevitch, Karajan 1, Boulez (toutes) ou Rattle. Celle d’Urbanski, sans être mauvaise, ne se classe pas parmi les meilleures. C’est simplement une de plus, sans plus, jusqu’à la prochaine…
Dominique Lawalrée

Son 9 - Livret 9 - Répertoire 10 - Interprétation 7

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>