Un voyage avec Schubert

par
Schubert Perianes
Franz SCHUBERT (1797 – 1828) Sonates pour piano D.960 en Sib majeur et D. 664 en La majeur Javier Perianes, piano 2017 DDD 62’50 Livret en français, anglais et espagnol (trois textes différents) HM 902282 Javier Perianes choisit son répertoire avec soin. Lorsqu’il interprète Mompou, Mendelssohn, Grieg ou… Blasco De Nebra (à découvrir absolument), il joue plus en poète du piano qu’en simple virtuose. C’est encore manifeste dans ce nouveau CD, son deuxième album Schubert. Il a choisi deux célèbres sonates, la D.664 (1819) et la D.960, la dernière (1828). La sonate D.960 en Sib majeur est celle que tout le monde connaît, car elle est enregistrée par quasi tous les grands pianistes. Et pourtant, sait-on bien qu’il a fallu attendre l’aube des années soixante, 150 ans après la mort du compositeur viennois, pour avoir une première intégrale des sonates au disque (par Friedrich Würhrer) ? Dès les premières secondes, on reconnaît le toucher particulier du pianiste espagnol, porteur d’un lyrisme onirique. Dans la D.960, après la première phrase, la musique s’arrête, puis fait retentir un trille énigmatique dans les basses, un des endroits clés pour juger d’une interprétation de cette sonate. Souvent, il tombe “comme un cheveu dans la soupe”. Ce n’est certainement pas le cas avec Perianes, lequel réussit à l’intégrer parfaitement, tel un grondement de tonnerre dans le lointain qui revient treize fois au cours de ce premier mouvement. L’Andante qui suit est une sorte de prière avec une éclaircie centrale. Le Scherzo est comme une danse joyeuse. Le final continue et clôt cette promenade sonore, avec ses “divines longueurs” (selon le mot de Schumann, critique avisé). Il commence par un arrêt sur image, un sol qui revient encore onze fois, telle des interruptions dans notre promenade pour contempler la création. Le jeu de Perianes personnalise merveilleusement cette musique, et nous flânons délicieusemnt en sa compagnie, tout au long de ce “Voyage d’hiver” instrumental. Quant à la Sonate en La majeur, en trois mouvements dont un sublime mouvement central, d’inspiration mozartienne, elle complète bien ce CD au sens où le printemps succède à l’hiver. Amateurs de bon piano, écoutez Javier Perianes, auteur d’une dizaine de disques chez Harmonia Mundi depuis 2006; son jeu convient bien à la musique de Schubert : intime et qui fait chaud au coeur, comme une soirée feu de bois en plein hiver. Et si vous aimez le piano de Schubert, écoutez Jean-Claude Pennetier chez Mirare (MIR 119) : une expérience inoubliable ! Dominique Lawalrée Son 10 - Livret 10 - Répertoire 10 - Interprétation 9

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>