Un voyage dans l'Italie du 18ème siècle

par
Bella Immago
BELLA IMMAGO Oeuvres d'Alessandro Scarlatti, Giovanni Bononcini, Carlo Caproli, Salvatore Lanzetti et Giovanni Zamboni Amaryllis DIELTJENS (soprano), Ensemble Capriola di Gioia 2017-DDD-74'30-Textes de présentation en anglais, allemand et français-Aeolus AE 10093 Les richesses que recèle notre petit pays sont parfois insoupçonnées. Ainsi en est-il d'un recueil de 44 oeuvres du baroque italien qui appartint à notre musicologue et critique national François-Joseph Fétis et conservé aujourd'hui à la Bibliothèque Royale de Bruxelles. Comment cet ensemble fut-il conçu et échoua-t-il dans les mains de notre homme, nul ne le sait. Mais nous ne saurions nous plaindre de cette aubaine. En effet, si on en juge par la sélection faite par Amaryllis Dieltjens et ses compères de l'ensemble Capriola di Gioia, il s'agit de pièces très variées – airs, cantates, sonates, pièces pour clavecin – d'une exceptionnelle qualité et où se côtoient des noms tels que Alessandro Scarlatti, Giovanni Bononcini, Carlo Caproli ou Giovanni Zamboni. La majorité des douze oeuvres retenues fait la part belle aux deux premiers d'entre eux. Leur écoute à la suite est une plongée, trop courte hélas, dans l'atmosphère d'une époque au parfum très particulier. Les airs de Scarlatti sont de véritables dentelles de légèreté et de délicatesse tandis que le divertimento de Giovanni Bononcini avec violon principal est intéressant car il permet de nous aventurer hors de l'opéra, le genre auquel on l'associe le plus souvent. C'est aussi chez Bononcini que nos artistes sont allés chercher trois des pièces vocales sélectionnées dont l'une est extraite de l'opéra Il trionfo di Camilla Regina de' Volsci. Voici en tout cas un petit florilège qui devrait convaincre le mélomane à pousser plus loin sa connaissance d'un compositeur trop souvent réduit au niveau de musicien académique et ennuyeux, idée que combattent avec succès « nos Belges ». Begl'occhi de Carlo Caproli est une petite merveille de subtilité, très intimiste, absolument charmante. Les trois cantates d'Alessandro Scarlatti, La nel bel sen della regal Sirena, Pria che desto ai nitriti et Cara sempre a gl'occhi miei qui constituent l'ossature du disque sont typiques de celui qui s'illustra si souvent dans ce genre qui lui va comme un gant: de petits joyaux où l'on se délecte de la fraîcheur d'une ligne mélodique pleine de charme et d'inventivité. L'étonnante Toccata settima du même prouve que le fils aux 555 sonates savait de qui tenir. Ce cd très riche est complété par des pièces de deux petits maîtres qui ne sont pas passés à la postérité. La Sonate V de Salvatore Lanzetti est toute empreinte de l'esprit rococo, pleine de ce caractère « capriccioso » qui mène l'auditeur de surprise en surprise, où l'imagination semble sans cesse prendre des chemins différents. Enfin, la chaconne de Giovanni Zamboni apporte une touche supplémentaire d'élégance à une réalisation qui en regorge. En résumé, un disque d'une très grande qualité, très bien enregistré de surcroît. Bernard Postiau Son 10 - Livret 9 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>