Une merveilleuse introduction à l’univers musical de Kodály

par
Koda

Zoltán KODÁLY
(1882 - 1967)
Sonate pour violoncelle seul en si mineur op. 8 -  Sonatine pour violoncelle et piano - Capriccio pour violoncelle seul - Adagio pour violoncelle et piano -  Sonate pour violoncelle et piano op. 4
István Várdai (violoncelle), Klára Würtz (piano)
2017 – DDD - 70’45 – Livret de présentation en anglais – Brilliant Classics 95574Le nom de Kodály est généralement associé à sa méthode de formation musicale. À travers ce spectaculaire programme d’œuvres pour violoncelle du compositeur hongrois, on découvre toutes les autres facettes de son univers musical.
D’abord, le romantisme de l’Adagio pour violoncelle et piano, le premier opus du compositeur, alors seulement âgé de 23 ans. Ce n’est qu’une miniature sans grande envergure, mais elle charme par son lyrisme post-brahmsien ! Ensuite, en 1905, Kodály s’intéresse à l’ethnomusicologie et parcourt les villages ruraux hongrois avec son ami Béla Bartók pour enregistrer les chants populaires du pays. L’année suivante, il publie conjointement avec son compatriote un premier recueil de chants populaires hongrois, ainsi que sa thèse de doctorat « Structure strophique dans le chant traditionnel hongrois ». Dès lors, les mélodies folkloriques magyares influenceront considérablement son œuvre. Sur un autre front, entre 1906 et 1907, Kodaly étudie à Berlin et Paris où il intègre le modernisme de Debussy. La Sonate pour violoncelle et piano op. 4 est née de cette juxtaposition entre le langage traditionnel hongrois et les avancées debussystes. Écrite entre 1909 et 1910, l’œuvre comportait d’abord 3 mouvements, mais Kodály rejeta ensuite le premier mouvement (permettant toutefois la performance de l’œuvre sous forme de diptyque)Onze ans plus tard, lors de la publication de la Sonate, il aurait tenté de remplacer le mouvement rejeté. Malheureusement, entre temps, son écriture avait trop changé pour assurer la cohérence d’un « collage ». Il conservera tout de même cette superbe nouveauté – la Sonatine pour violoncelle et piano. On ne serait pas surpris qu’il se soit inspiré de la Sonate pour violoncelle de Debussy lors de l’écriture de la nouvelle Sonatine, on y retrouve de nombreux points de comparaisons entre les deux.
Depuis les Suites de Bach, hormis quelques essais de petite envergure des violoncellistes virtuoses du 19ème siècle (Piatti, Klengel, Servais, Popper) et Jean Sibelius, aucun compositeur ne s’était encore attaqué à l’écriture pour violoncelle seul. Suit la monumentale Sonate pour violoncelle seul de Kodály. Plus encore que dans ses œuvres précédentes, Kodály fait une synthèse magistrale entre le caractère hongrois et l’inventivité harmonique française. L’utilisation judicieuse du scordatura (Si – Fa# - Ré – La ou lieu de Do – Sol – Ré - La) élargit toutes les possibilités harmoniques et dynamiques de l’instrument, tandis que la difficulté phénoménale pousse le violoncelliste dans ses retranchements. Ce chef-d’œuvre est visionnaire – la preuve, de nombreux compositeurs se sont inspirés de cette sonate. L’espagnol Gaspar Cassadó la citera dans sa Suite aux allures ibériques tandis que Ligeti reprendra les pizzicatos glissandos dans sa Sonate en 1948. L’utilisation du scordatura sera reprise par Dutilleux, Saariaho…
Inventif, vigoureux, et puissant, le hongrois István Várdai est le violoncelliste idéal pour ce répertoire exigeant. Sa version rugissante de la Sonate pour violoncelle seul ne rivalise peut-être pas avec la clarté et l’articulation précise de Starker chez Delos (DE1015), mais dans les trois œuvres avec piano, il égale sans aucun doute les autres versions de référence de Queyras et Perényi. Klára Würtz a un toucher fin qui fait bien ressortir toutes les influences qui épicent la musique de Kodály. István Vardái, trop peu connu en Belgique sera de passage à Namur et Liège les 12 et 13 mai respectivement pour y jouer le Double Concerto de Brahms avec Marc Bouchkov et l’Orchestre Philharmonique de Liège. Un rendez-vous à ne pas manquer !
Pierre Fontenelle, Reporter de l’IMEP

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>