Violoncelle solo

par
Clein
Ernst BLOCH (1880 - 1959) Trois suites Luigi DALLAPICCOLA (1904 – 1975) Ciaccona, intermezzo e adagio György LIGETI (1923 – 2006) Sonata for cello solo Natalie Clein, violoncelle 2017-DDD-64’29-Livret anglais, français, allemand-Hypérion CDA 68155 Si vous avez aimé récemment le violoncelle (concours oblige), ce CD est fait pour vous … mais aussi pour ceux qui savaient déjà quel bel instrument il est. Natalie Clein, excellente violoncelliste anglaise, nous propose trois œuvres passionnantes. Après son disque Schelomo de Bloch, remarqué par la critique (« An outstanding release ») et Kol Nidrei de Bruch sur le même CD (Hyperion CDA 67910), voici les trois Suites de Bloch, écrites dans l’Oregon au printemps 1956 et au début de l’année suivante. Naturellement, la première suite est fort influencée par Bach, dont les six Suites sont des modèles incontournables. La deuxième Suite est plus étendue et la structure plus rhapsodique. Quant à la troisième, elle répond bien à l’idéal de Bloch : composer une musique typiquement juive. L’Allegro giocoso qui termine cette troisième suite est en même temps une bonne conclusion aux trois œuvres. Ciaccona, Intermezzo e Adagio de Dallapiccola a été composée en 1945, en trois mouvements comme l’indique son titre. C’est une musique assez noire, mais comment pourrait-il en être autrement dans ces années de guerre et dans l’Italie fasciste ? Au milieu de la chaconne, il y a un très beau passage en harmoniques et en pizzicati glissandi. Mais le calme n’est que momentané, car la violence reprend jusqu’au surprenant Do majeur final. L’Intermezzo, « Avec une expression drastique », est torturé, tandis que l’Adagio final apporte une certaine sérénité. Les dernières phrases sont à jouer « comme un soupir » par un violoncelle frissonnant de désolation. Quant à la sonate de Ligeti, un chef d’œuvre de jeunesse de plus en plus enregistré, son premier mouvement, Dialogue, fut écrit en 1948 pour une jeune fille qui n’en avait rien à faire et qui ne l’a jamais joué (et cela rappelle le jeune Bartok dans une même situation), tandis que le second mouvement viendra compléter la sonate en 1953. Comme pour les autres œuvres, l’interprétation en est très convaincante. Le Ligeti de Natalie Clein égale sinon dépasse celui de Matt Hainowitz chez DG. Un superbe album donc, déjà récompensé en France et en Angleterre. Dominique Lawalrée Son 10 - Livret 9 - Répertoire 10 - Interprétation 9

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>