Wiener Volksoper : répertoire varié en allemand

par
Volksoper

Le programme du Volksoper, la deuxième maison d’opéra de Vienne, est toujours très varié et offre opéra, opérette, musical (toujours en allemand) et ballet, répertoire et créations. Deux soirées de suite m’ont donné l’occasion de confronter un musical américain et un opéra italien.  

« Wie man Karriere macht, ohne sich anzustrengen » (Comment on peut faire carrière sans se donner de la peine) est la version allemande établie par Roman Hinze du musical de Frank Loesser de 1961 « How to succeed in business without really trying ». C’est l’histoire de J.Pierrepont Finch, un laveur de vitres qui rêve d’ascension sociale et dans un minimum de temps devient le grand chef de la World Wide Wicket Corporation (dans la version allemande la World Wide Woppel Company). C’est une histoire du « American Dream » qui apparemment était encore possible dans les années cinquante du siècle précédent et en même temps un conte malicieux du monde du « Big Business ». Le metteur en scène Matthias Davids a essayé de récréer ce monde américain dans des décors suggestifs (et manoeuvrés habilement) de Mathias Fischer-Dieskau, les costumes « d’époque » de Judith Peter, les lumières de Michael Grundner et avec la chorégraphie de Melissa King. Le résultat est un spectacle « à l’Américaine », plein d’énergie et de couleur, parfois quelque peu surchargé mais mené plein d’entrain par une large distribution qui se donne à fond et chante et danse avec élan. Si le courant ne passait pas toujours pour moi, la salle au contraire, avec beaucoup de jeunes, réagissait avec enthousiasme. De la nombreuse distribution se détachaient Peter Lesiak comme Pierrepont Finch sympathique malgré tout, Lisa Antoni la jolie secrétaire Rosemary, amoureuse de Finch, Rober Meyer comme le directeur Biggley, débordé par les évènements , Marco Di Sapia comme Bud Frump, l’intrigant neveu de Biggley et Ines Hengl-Pirker comme Hedy LaRue, la sculpturale fiancée de Biggley. Lorenz C . Aichner dirigeait l’ensemble avec enthousiasme.

C’est le chef de chant Felix Lemke qui prenait sa place le lendemain et sauvait ainsi la représentation de « Die Räuber » (I masnadieri de Verdi) puisque les chefs d’orchestre prévus pour différentes raisons n’étaient pas disponibles. L’avantage d’une compagnie avec un large ensemble et des chefs de chant qui préparent les spectacles ! « I masnadieri », créé à Londres en 1847 est le neuvième opéra de Verdi et vient juste après « Macbeth ». Après Shakespeare c’est Schiller qui inspirait Verdi et le comte Andrea Maffei qui écrivit le livret d’après sa pièce « Die Raüber » (Les brigands). C’est un opéra assez inégal mais intéressant qui commence avec un prélude qui est un andante pour violoncelle (solo Ricardo Bru) et orchestre et dans lequel Verdi a su capter l’atmosphère dans des mélodies envoûtantes. Sous la direction de Felix Lemke l’orchestre du Volksoper jouait avec un bel élan dramatique et des chaudes couleurs et le chef dirigeait le spectacle avec autorité. Les chœurs des brigands sonnaient bien et faisaient l’effet voulu. Kurt Rydl donnait présence et humanité à Maximilian (Massimiliano) le père désabusé et trompé mais chantait d’une voix assez rauque. Ses deux fils avaient l’engagement scénique et les interprétations engagées de Mehrzad Montazeri Karl (Carlo) à la voix de ténor souple mais un peu légère de Boaz Daniel (Franz (Francesco) le méchant de l’histoire, avec un baryton robuste et expressif. Anja-Nina Bahrmann était Amalia, la fiancée de Karl, désirée et harcelée par Franz et exprimait ses émotions d’une voix de soprano bien conduite et des coloratures appropriées. Si le spectacle n’accrochait pas vraiment c’était dû à la mise en scène peu convaincante de Alexander Schulin dans le décor impossible mais apparemment plein de signification de Bettina Meyer : une chambre nue mais assez sombre dans un bloc (la maison du père) au milieu de la scène vide mais bien éclairée. La direction des acteurs était peu convaincante et le spectacle n’accrochait pas . Dommage.
Erna Metdepenninghen
Vienne, Volksoper, les 14 et 15 novembre 2017

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>