Musique de chambre de Kalevi Aho, un panorama de quarante ans

par

Kalevi AHO (1949) : Prélude, Toccata et Postlude, pour violoncelle et piano ; Lamento, pour deux violons ; Halla, pour violon et piano ; Sonate pour violon seul ; In memoriam Pehr Henrik Nordgren, pour violon seul : Sonate pour piano n° 2 « Hommage à Beethoven ». Samuli Peltonen, violoncelle ; Sonja Fräki, piano ; Jaakko Kuusisto et Pekka Kuusisto, violons. 2020.  SACD. Livret en anglais, en allemand et en français. 80’43. BIS-2186.

Né en 1949 à Forssa dans le sud de la Finlande, à une bonne centaine de kilomètres d’Helsinki, Kalevi Aho est l’un des compositeurs vivants les plus importants de son pays. Il entame l’étude du violon dans sa ville natale et compose dès l’âge de dix ans. Il poursuit son cursus dès 1968 dans la capitale à l’Académie Sibelius, où il est dans la classe d’Einojuhani Rautavaara pour la composition. On le retrouve ensuite à Berlin auprès de Boris Blacher. De retour au pays, il s’adonne à la pédagogie tout en composant. Son catalogue est riche d’une importante musique orchestrale, dont dix-sept symphonies, cinq opéras, une trentaine de concertos pour divers instruments, de la musique instrumentale et de chambre. Fortement influencé par les compositeurs russes à ses débuts, notamment par Chostakovitch et son côté tragique, il se construit très vite un style personnel fait de néoclassicisme, de construction mélodique teintée d’atonalité, mais aussi de postmodernisme. En Finlande, il occupe des fonctions à responsabilités dans les milieux culturels, où il est très respecté.

Le présent CD BIS propose un éventail de la musique de chambre de Aho sur une période de quarante ans, permettant de saisir l’évolution et la maturation d’une démarche musicale qui se nourrit aussi bien chez les grands classiques que dans l’observation de la nature, la connexion avec d’autres cultures ou les problèmes sociaux de notre temps. La notice du livret lui laisse la parole. Aho présente lui-même chacune des six œuvres du programme, qui privilégie le violon pour quatre d’entre elles. Il s’ouvre néanmoins sur une page pour violoncelle et piano de 1974, Prélude, Toccata et Postlude, d’un peu moins de dix minutes. Il s’agit d’une pièce virtuose au cours de laquelle un tempo modéré initial se prolonge dans une Toccata très technique pour les instrumentistes, avant de se conclure dans la sérénité. Un an auparavant, Kalevi Aho, qui a, rappelons-le, une formation de violoniste, proposait sa Sonate pour violon seul. Aho explique que son inspiration vient à la fois de Bach et, à un degré moindre, de Bartok et qu’ils lui ont tous deux servi de modèles. La vaste partition repose sur le motif B-A-C-H, dans un climat à la fois austère puis brillant, avec un registre aigu qui culmine en plein milieu de l’œuvre de manière paroxystique avant un Andante songeur et une Fugue pleine de noblesse. Partition fascinante s’il en est, fortement concentrée, qui exige de l’interprète un grand investissement technique et émotionnel. Aho s’inscrit ici nettement dans une forme classique. En 2009, il écrit une autre page pour violon seul, In memoriam Pehr Henrik Nordgren, un ami compositeur (1944-2008), dans un climat nostalgique et méditatif. 

En 1992, Aho compose une page pour violon et piano en vue d’un concours qui sera en fin de compte annulé. Le titre Halla, qui signifie « givre » en finlandais, correspond à l’atmosphère de cette pièce en deux parties, la première, puissante, s’effritant peu à peu au point d’en devenir « friable », selon l’explication de Kalevi Aho, d’où l’intitulé. On retrouve ce procédé dans certaines de ses symphonies. Une pièce pour deux violons honore la mémoire du jeune violoniste Sakari Laukola, décédé en 2001, avec lequel Aho a eu l’occasion de jouer ; sous la forme d’un Lamento, ce bref hommage, composé pour les obsèques de l’artiste à la demande de ses parents et bâti sur un motif issu des notes du nom de l’en-allé, s’abandonne dans un registre aigu plaintif. Ce programme diversifié et attachant s’achève par la Sonate pour piano n° 2 « Hommage à Beethoven » de 2016. Aho fait ici référence à la tradition des paraphrases pianistiques du XIXe siècle, illustrées notamment par Liszt, le matériel étant emprunté aux thèmes de la Sonate n° 29 du maître de Bonn. Aho précise cependant qu’« il s’agit plutôt ici d’un commentaire sur la sonate « Hammerklavier » où les motifs de Beethoven sont souvent mal cités et développés dans une direction différente ». Le compositeur a écrit cette sonate de plus de vingt-cinq minutes pour féliciter la pianiste Sonja Fräki de l’obtention de son doctorat dont le sujet était la musique pour piano de Kalevi Aho. La jeune virtuose a créé cette page en août 2018 lors d’un festival ; elle en est l’interprète en studio deux mois plus tard. Cette sonate en cinq mouvements, qui déclare se situer dans l’esprit de Beethoven, déploie une grande rigueur stylistique, semée de difficultés techniques, notamment dans une grande fugue double lovée en plein sommet du premier mouvement. Un Tranquillo recueilli précède un Allegro molto qui s’inspire du thème du second mouvement de la Hammerklavier. Dans les deux dernières parties, Aho s’écarte de Beethoven à travers un rappel de sons de cloches, comme un geste mémoriel, puis, en rassemblant divers motifs, dans un Allegro avec une imitation de chants d’oiseaux, qui se dilue dans le silence. La Finlandaise Sonja Fräki s’investit dans cette œuvre qui lui est dédiée, avec beaucoup de rigueur et de maîtrise technique. Les trois autres interprètes sont également finlandais : Samuli Peltonen est au violoncelle ; Pekka Kuusisto est le partenaire de son frère Jaakko dans le Lamento, le même Jaakko Kusisto se chargeant des pièces solistes pour le violon, dont la Sonate. Cet habitué de Bach, dont il a enregistré l’intégrale des sonates et partitas, était tout désigné pour rendre l’esprit de la page de Kalevi Aho rendant hommage au Cantor. Ce beau disque de musique de chambre résume de façon bien diversifiée la création chambriste d’un excellent compositeur de notre temps.  

Son : 9  Livret : 9  Répertoire : 9  Interprétation : 10

Jean Lacroix 

2 commentaires

Laisser une réponse à Robert von Bahr Annuler la réponse

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.