A l'aune d'Alfred Deller ?

par
Dowland
John DOWLAND (1563 - 1626) Lute songs Damien GUILLON (contre ténor), Eric BELLOCQ (luth) 2009-DDD-60'17-Textes de présentation en français, anglais et allemand-Alpha 334 Publié pour la première fois en 2009, ce florilège de chansons de John Dowland, agrémenté de quelques pièces pour luth, pourrait n'être qu'un récital de plus à écouter à l'aune de l'immortel Deller, gravé à tout jamais dans notre mémoire une fois entendu. Pourtant, lorsqu'on écoute Damien Guillon aborder le célébrissime Flow my tears, on ne peut qu'être ébranlé: l'immatérialité de la voix y rejoint celle du grand Alfred, la grâce quasi surnaturelle de cette pièce est rendue avec autant de magie que chez le glorieux aîné. Rarement, je l'avoue, je n'ai entendu, depuis Deller, cette pièce unique entre toutes si bien servie. La même impression, quoique dans un climat tout différent, se dégage de l'air Fine knacks for ladies, autre page magnifiée par l'Anglais: à aucun moment Guillon n'essaie de le copier mais on nage bien dans le même univers, fait de liberté interprétative et de sentiments et d'émotions qui vont bien au-delà des règles et des notes. Tout coule de source, avec grâce, naturel et souplesse. Un des buts poursuivis par le contre-ténor et son luthiste est d'effacer l'idée que Dowland est le compositeur univoquement élégiaque, triste et désespéré que l'on a toujours décrit. Leur programme est donc intelligemment agencé entre pièces mélancoliques et joyeuses, pour un résultat très varié et contrasté. L'une des autres ambitions du duo est de proposer un style interprétatif qui rejette la vision opératique de ces airs que certains ont pris l'habitude de leur donner. D'autre part, ils avouent ne pas chercher l'authenticité à tout prix mais privilégier une esthétique naturelle et personnelle. A l'évidence, ils y parviennent avec brio. Mais n'était-ce pas, déjà, la démarche d'Alfred Deller? Sans doute tenons-nous là la clé de la réussite dans l'interprétation de Dowland: laisser parler son coeur, s'affranchir des conventions, vivre avec intensité les situations mises en musique. Il n'est pas étonnant, dès lors, pour l'auditeur, de revenir encore et encore auprès de ceux chez qui la magie opère. Il ne fait aucun doute que Damien Guillon en fait partie. A conseiller donc à tous les amateurs de Dowland... et de Deller. Un très beau disque, à garder sur sa table de chevet. Bernard Postiau Son 10 - Livret 8 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>