Le Journal

Kirill Petrenko annule à son tour

par

Kirill Petrenko a annulé ses prochaines représentations avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin. Le chef doit faire l'objet d'une intervention chirurgicale de routine suite à une précédente blessure au pied.
Daniel Harding le remplacera pour les concerts d'abonnements et le concert pour les familles.

La création de Superorganisms de Miroslav Srnka, dédié à Kirill Petrenko et à l'Orchestre Philharmonique de Berlin, est reportée à la saison prochaine.

Maria de Rudenz, 185 ans

par

Maria de Rudenz est un melodramma tragico ou opéra tragique en trois actes de Gaetano Donizetti.
Le 
livret en italien est de Salvadore Cammarano et s'inspire d'un roman gothique intitulée La Nonne sanglante de Anicet-Bourgeois et Julien de Mallianainsi que de l'épisode de la nonne sanglante dans le chapitre IV du roman Le Moine de Matthew Gregory Lewis. La première a été donnée le  au théâtre La Fenice à Venise.

Au xixe siècle
Les premières représentations de Maria de Rudenz à Venise n'ayant eu que peu de succès, Donizetti les considérant comme un fiasco, l'opéra a été retiré de l'affiche. Quatorze représentations ont ensuite eu lieu à Rome en 1841, mais n'obtenant, à nouveau, qu'un accueil tiède. Enfin, une excellente production avec des chanteurs de très bon niveau a permis à l'œuvre de convaincre le public à Rome en 1841, puis à Naples en 1848 au Teatro Nuovo, puis trois ans plus tard au Teatro San Carlo.

Au xxe siècle et au-delà
Maria de Rudenz n'est que rarement produit de nos jours. La première représentation au Royaume-Uni était celle de Opera Rara, en version de concert à Londres le . La première production avec mise en scène au xxe siècle a été montée à La Fenice, dès le 21 décembere 1980 avec Katia Ricciarelli dans le rôle-titre1. Les deux productions ont été enregistrées.

Synopsis
Maria de Rudenz tombe amoureuse de Corrado contre la volonté de son père et s'enfuit à Venise avec lui. Corrado soupçonne Maria de lui être infidèle, l'abandonne et revient au château de Rudenz où il tombe amoureux de Mathilde, la cousine de Maria.
Maria revient au château de ses ancêtres pour y découvrir non seulement que son amant est sur le point d'épouser sa cousine, mais qu'il est aussi le fils d'un assassin. Elle est prête à garder le secret, à condition que Corrado revienne vers elle. Celui-ci refuse et, dans sa colère, la blesse avec son épée. Tout le monde croit que Maria est morte.
Le jour du mariage de Mathilde et de Corrado, Maria réapparaît. Elle dévoile le secret de Corrado à toute l'assistance, tue Mathilde puis se suicide.

Francis Poulenc, 60 ans

par

Francis Poulenc faisait partie des fameux "Six", ce groupe français de six compositeurs (Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre) placé sous la "férule" intellectuelle du poète Jean Cocteau, qui s'était formé davantage par affinité amicale que dans l'intention de postuler un style esthétique musical particulier. Tous les membres avaient leurs propres idées, mais ils étaient unis par l'idée commune d'une nouvelle clarté, d'une simplicité, par opposition aux harmonies et orchestrations excessives. Le groupe se réunissait régulièrement et organisait également ses propres manifestations. L'idée de base était simplement celle d'une musique divertissante.

Au sujet de ses principes de composition, Poulenc disait : "Je n'ai pas de principes, mon credo est l'instinct". Nombre de ses œuvres sont caractérisées par la "Clarté" et l'"Elégance", tout en étant pleines de charme et d'humour avec des emprunts au jazz, à la variété et au cirque, mais aussi marquées par la littérature musicale "sérieuse".
Poulenc s'est surtout inspiré de Stravinsky, "toujours présent dans ma musique", d'Eric Satie, auquel il "devait beaucoup", de Moussorgski, qui fut son "maître" "dans le domaine de la mélodie". Il vénérait Chabrier et admirait Rameau, Couperin, Bach, Mozart et Schubert. Poulenc était, comme l'a bien décrit le critique Claude Rostand, "un mélange de moine et de loustic".

Il est né le 7 janvier 1899 à Paris. Son père était un riche industriel et un catholique profondément croyant, sa mère était une pianiste accomplie. C'est elle qui a donné à Francis ses premières leçons de piano. À l'âge de 15 ans, il a suivi pendant trois ans les cours du célèbre pianiste espagnol de l'époque, Ricardo Viñes, un ami et interprète des œuvres de Debussy et Ravel. Lors d'une interview en 1953, Poulenc dit de Ricardo Viñes : "Je lui dois tout" - je lui dois tout. En 1918, Viñes assura également la création des Trois Mouvements perpétuels de Poulenc, qui attirèrent l'attention d'Eric Satie.

Poulenc lui-même était un excellent pianiste. Ses premières compositions étaient donc également des œuvres pour piano. À la fin de la Première Guerre mondiale en 1918, Poulenc fut appelé sous les drapeaux. A partir de 1921, il prit des cours auprès de Charles Koechlin. Dans le cercle des "Six", Poulenc entretint également des contacts avec des poètes de Montparnasse, entre autres Guillaume Apollinaire et Paul Éluard. Poulenc était particulièrement attiré par les poèmes de ce dernier. En 1926, il fit la connaissance du baryton Pierre Bernac. Il en résulta une amitié de toute une vie : pendant 25 ans, il fut son accompagnateur au piano (de 1934 à 1959) et écrivit pour lui de nombreuses chansons.
Comme Poulenc était en grande partie autodidacte - il n'avait pas réussi l'examen d'entrée au Conservatoire de Pairs - il fut au début souvent rejeté comme "amateur". La reconnaissance définitive dans le milieu des artistes et des mécénes  de la société parisienne en 1923 avec le ballet Les Biches.

En 1936, un événement tragique a donné un tournant décisif à la vie et à l'œuvre de Poulenc. La nouvelle de la mort accidentelle de son ami et collègue compositeur Pierre Octave Ferroud l'ébranla profondément et provoqua en lui un retour à la foi catholique dont il s'était distancié depuis la mort de son père en 1917. Il entreprit un pèlerinage à la "Vierge noire" de Rocamadour. Les expériences qu'il en tira se traduisirent par une série d'œuvres religieuses importantes, alors qu'il n'avait jamais montré d'intérêt pour la musique sacrée auparavant. Les Litanies à la Vierge Noire furent composées une semaine seulement après son retour, et d'autres œuvres sacrées virent le jour, entre autres en 1936 (Messe en sol majeur, dédiée à son père), 1950 (Stabat Mater), 1959 (Gloria) et 1961 (Sept Répons des ténèbres).

En 1947, le premier opéra de Poulenc, Les mamelles de Tirésias, fut créé sur des textes d'Apollinaire. En 1957, l'opéra Dialogues des Carmélites fut créé pour la Scala de Milan sur commande de Ricordi et le 6 février 1959, son troisième et dernier opéra La voix humaine -une tragédie en un acte- fut créé à l'Opéra Comique de Paris.
Poulenc a également écrit un concerto pour orgue, un pour clavecin, un pour piano et un pour deux pianos, ainsi que d'autres œuvres de musique de chambre et des messes.

Poulenc est mort le 30 janvier 1963 à Paris d'un arrêt cardiaque. Ses œuvres sont regroupées depuis 1995 dans le Francis Poulenc Werkverzeichnis.

Un jeune Australien à la Philharmonie de Berlin

par

Le jeune violoniste australien Harry Ward a obtenu un poste de premier violon de l'Orchestre Philharmonique de Berlin.

Harry Ward a acquis une belle expérience en tant que soliste et musicien de chambre dans toute l'Australie et à l'étranger. Il s'est notamment produit en solo avec l'Orchestre Philharmonique de Xiamen, l'Orchestre Philharmonique de Hangzhou, l'Orquesta Sinfónica de Michoacán, l'Apex Ensemble et l'Orchestre Symphonique de Tasmanie.

Passionné de musique de chambre, il est membre fondateur du Quatuor Rathdowne. En 2017, il a été invité à se produire au Festival de musique de chambre de Rome, où il a joué le quintette à cordes de Meyer et donné des concerts avec l'Orchestre baroque de Venise. En 2019, il a été choisi comme artiste émergent de l'Orchestre de Chambre australien.

Pourla saison  2020-21, il a été sélectionné comme "Futuremaker Artist" par Musica Viva : en plus des concerts, il a reçu le mentorat d'artistes de premier plan, de directeurs, de consultants et de représentants d'un large éventail de secteurs artistiques et professionnels.
Au milieu de l'année 2021, Harry a déménagé à Berlin pour occuper un poste à l'Académie Karajan du Berliner Philharmoniker où, en plus de ses nombreuses prestations avec le Philharmoniker, il travaille en étroite collaboration avec leur maître de concert Noah Bendix-Balgley.

Harry Ward a remporté des prix dans de nombreux concours nationaux et internationaux. De 2018 à 20, il a travaillé avec le Dr Robin Wilson à l'Académie Nationale Australienne de Musique (ANAM) après avoir étudié avec Boris Kuschnir à la Kunstuniversität de Graz et Amy Schwartz-Moretti et David Halen au Robert McDuffie Center for Strings.

L’orgue à l’honneur

par

En février, un week-end dédié à l’instrument à la Philharmonie de Paris.
Depuis son inauguration en 2016, le grand orgue Rieger a résonné de nombreuses fois déjà dans la Grande salle Pierre Boulez.
Le Week-end Orgues sera l’occasion d’entendre (ou de réentendre) les sonorités de ses 6000 et quelques tuyaux. Cette série de concerts autour de l’instrument permettra aussi de profiter des orgues dans l’Amphithéâtre et la Salle des concerts de la Cité de la musique, ainsi que des instruments du Musée de la musique, dans toutes les configurations possibles.

C'est Lahav Shani qui succède à Gergiev à Munich

par

Le chef d'orchestre israélien Lahav Shani sera le prochain directeur musical du Philharmonique de Munich.
Il quittera le Philharmonique de Rotterdam en 2026, mais pas le Philharmonique d'Israël. Lahav Shani a envoyé un message chaleureux aux musiciens israéliens aujourd'hui, indiquant que son engagement envers eux est absolu et ne sera pas affecté par ses postes en Europe.
Les Néerlandais se sentent légèrement lésés, mais Lahav, 34 ans, aura passé huit ans avec eux avant son départ.

Le pianiste et chef d' orchestre Lahav Shani ( °Tel Aviv, le 7 janvier 1989 ) est, depuis septembre 2018, chef principal de l' Orchestre Philharmonique de Rotterdam pour cinq ans.
Il est le fils d'un chef de chœur. Dès l'âge de six ans, il reçoit des cours de piano de Hannah Shalgi puis du Prof. Arie Vardi à l' école de musique Buchmann-Mehta de Tel-Aviv. Il prend ensuite des cours de contrebasse avec Teddy Kling ( Israel Philharmonic Orchestra). Il a poursuivi ses études à la Hochschule für Musik "Hanns Eisler" de Berlin avec le Prof. Christian Ehwald (direction d'orchestre) et Prof. Fabio Bidini (piano) sous la direction de Daniel Barenboim .

Shani a fait sa percée en tant que chef d'orchestre en remportant le 1er Prix du Concours international de direction Gustav Mahler en 2013. Depuis lors, il a dirigé l' Orchestre Philharmonique d'Israël, l' Orchestre Philharmonique de Los Angeles , l'Orchestre Symphonique de Birmingham , la Staatskapelle de Berlin et l' Orchestre Philharmonique de Vienne.

En juin 2017, il fait ses débuts avec l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam, en tant que chef d'orchestre et soliste au piano. En août 2017, il a dirigé l'orchestre lors du concert Veerhaven . En septembre 2018, il succède à Yannick Nézet-Séguin comme chef permanent douze semaines par saison. L'Orchestre Philharmonique de Rotterdam est son premier « propre » orchestre. Il devient ainsi le plus jeune chef d'orchestre de l'histoire de l'orchestre.
Depuis la saison 2017-18, il est aussi chef invité permanent du 
Wiener Symphoniker et, depuis 2020-21, directeur musical de l' Orchestre Philharmonique d'Israël.
Shanivit à Berlin.

Fin janvier 2023, il a annoncé qu'il ne renouvellerait pas son contrat à Rotterdam, yant été choisi pour le poste au Münchner Philharmoniker 

 

Britten à Garnier

par

Le Peter Grimes de Benjamin Britten, mis en scène par Deborah Warner pour ses débuts à l'Opéra de Paris, réintroduit un compositeur du XXe siècle auprès du public français.

C'est un privilège de faire entrer l'œuvre de Britten davantage dans la conscience française, a-t-elle déclaré dans une interview.
Cette production, qu'elle a également dirigée lors de ses débuts au Teatro Real de Madrid en 2021 et au Royal Opera de Londres l'année dernière, est pour Deborah Warner l'exemple parfait d'un opéra britannique moderne que l'on découvre encore au-delà de la
Grande-Bretagne.

Peter Grimes raconte l'histoire d'un pêcheur exclu d'un village anglais situé au bord de la mer, accusé d'avoir noyé son apprenti mais adopté par la sympathique Ellen qui commence plus tard à soupçonner qu'il pourrait bien être un méchant. Les habitants du village se retournent contre Grimes alors que l'opéra se dirige vers son apogée tragique. La production, avec Deborah Warner à nouveau à la barre, s'appuie sur une distribution légèrement différente, mais le ténor Allan Clayton tient le rôle-titre comme auparavant.

 

Hamlet à Paris

par

Le Hamlet d'Ambroise Thomas disposait de tous les ingrédients pour devenir une superproduction à l'Opéra de Paris au XIXe siècle. Avec une intrigue captivante qui se déroule en cinq actes, un baryton de premier plan dans le rôle-titre et une orchestration novatrice faisant appel à des instruments nouvellement inventés, l'œuvre a connu un succès durable au box-office après sa création en 1868.

Comme tant de "grands opéras" qui sont nés et ont grandi dans un maison, Hamlet a quitté le répertoire au tournant du XXe siècle. Ce n'est que depuis les années 1980 que l'œuvre connaît un renouveau sur les scènes du monde entier.

L'adaptation shakespearienne de Thomas reviendra à l'Opéra de Paris pour la première fois depuis 1938, dans une nouvelle production mise en scène de Krzysztof Warlikowski et interprétée par Ludovic Tézier sous la baguette de Thomas Hengelbrock.

Le directeur général, Alexander Neef, s'est fixé pour objectif de créer une identité plus spécifique pour l'Opéra de Paris, entre autres en programmant le grand opéra français qui s'y épanouissait autrefois. Ayant connu et admiré une production de Hamlet au Metropolitan Opera il y a une vingtaine d'années, il a déclaré que l'œuvre s'est imposée assez naturellement après sa nomination.
Ludovic Tézier, qu'il considère comme non seulement le premier baryton français, mais peut-être le premier baryton de son répertoire, était également un choix naturel. C'est lui qui a suggéré Warlikowski comme metteur en scène après leur collaboration sur une production de 2017 de Don Carlos de Verdi à la Bastille.

Pour l'interprète principal et le metteur en scène, cette production est l'occasion d'approfondir leur interprétation d'une œuvre qui a joué un rôle important dans leurs carrières respectives. M. Tézier a fait ses débuts à Toulouse (France) et à Turin (Italie) dans le rôle-titre d'Hamlet de Thomas il y a une vingtaine d'années, tandis que Warlikowski a mis en scène la pièce originale de Shakespeare à Avignon (France) en 2000.

Mikko Franck fait un don pour sauver un orchestre de jeunes

par

Le chef d'orchestre finlandais Mikko Franck a fait don de 75 000 euros pour permettre à Vivo, le seul orchestre symphonique national de jeunes de Finlande, de fonctionner jusqu'à la fin de l'année.

Mikko Franck a déclaré au radiodiffuseur national YLE qu'il faisait ce don parce que l'orchestre lui avait donné sa première expérience. J'ai acquis de l'expérience en jouant, mais j'ai aussi rencontré des jeunes de différentes régions de Finlande qui partagent les mêmes idées".
Il ne faut pas se laisser bercer par l'idée que la Finlande est un pays de merveilles musicales pour toujours et à jamais, mais il faut travailler (pour cela) constamment.

 

Igor Levit à l'écran

par

Le film-portrait du pianiste Igor Levit sort ces jours-ci au cinéma.
Un film inhabituel sur un artiste hors du commun, fanatiquement engagé sur le plan musical et politique.
Doublement intéressant parce que le documentaire prévu sur la vie d'une star mondiale se transforme, sans que l'on s'en rende compte, en un discours sur une quête de soi humaine et artistique en temps de pandémie.