Le Journal

Prix Belmont pour la musique contemporaine 2022

par

La Fondation Forberg-Schneider décernera le Prix Belmont pour la musique contemporaine 2022, doté de 20.000 euros, à la soprano franco-chypriote Sarah Aristidou.

Sarah Aristidou est née en 1991 à Paris. Elle a commencé sa formation musicale au sein de la Maîtrise de Radio France. Elle a obtenu un diplôme de musicologie à la Sorbonne et un diplôme de théorie musicale au Conservatoire de Paris, avant d'étudier le chant lyrique à l'Université des Arts de Berlin et de terminer en 2016 ses études de master à la Hochschule für Musik und Theater de Munich et à la Theaterakademie August Everding avec Christiane Iven (chant).

Créée en 1997, la Fondation Forberg-Schneider encourage les performances exceptionnelles dans le domaine de la musique contemporaine. Parmi les précédents lauréats du Prix Belmont pour la musique contemporaine figurent Milica Djordjevic, Sabrina Hölzer, Alex Ross, Marino Formenti, Bruno Mantovani, le Quatuor Ebène, Carolin Widmann, Florent Boffard, Jörg Widmann, Eamonn Quinn et Florian Weber. Le prix est décerné à intervalles irréguliers de trois ans au maximum.

La Fondation Gran Teatre del Liceu honorée

par

La Fondation Gran Teatre del Liceu (Barcelone) recevra la Creu de Sant Jordi décernée par le gouvernement de Catalogne. Ce prix est l'un des plus importants décernés par la Generalitat depuis 1981. Cette année, 30 Creus de Sant Jordi seront décernés à des personnes et des organisations spécialisées dans différents domaines et représentant l'ensemble du territoire catalan, et qui ont défendu l'identité catalane en termes civiques et culturels.

La Generalitat distingue le Gran Teatre del Liceu car elle le considère comme un symbole unique de la culture catalane tout au long de ses 175 ans d'histoire. Dans cette trajectoire, le gouvernement considère que le Liceu a promu avec passion et enthousiasme le genre lyrique dans la société et est devenu une référence et un point de rencontre au niveau international . Elle valorise également le fait que sa consolidation témoigne de sa capacité à s'adapter à son environnement et aux circonstances culturelles, économiques, politiques et sociales qui se sont produites au cours de sa longue histoire. Il apprécie également l'engagement du Gran Teatre del Liceu et la façon dont il s'identifie aux valeurs les plus représentatives de l'identité catalane, toujours tournée vers l'avenir.

 

Création à Turin

par

Ce mardi aura lieu à Turin la première mondiale, en version concert, de l'opéra Davide e Gionata, écrit pour célébrer les 50 ans des mouvements lgbtq en Italie. Le livret et la musique sont de Marco Emanuele.

Celui-ci explique : Davide et Gionata s'aiment. Il s'agit d'un grand amour comme ceux représentés dans de nombreux opéras et il se termine de façon tragique, car il est contré par Saul, le Père, la famille, la société, le pouvoir. Jonathan est un personnage complexe, qui tente de se libérer du réseau des relations familiales : il ne veut pas décevoir le père, il pense ne pas être à la hauteur de ses exigences et tente de prouver à tous qu'il est un "vrai homme". L'intrigue est très librement inspirée du chapitre 31 du premier livre de Samuel dans l'Ancien Testament, qui parle de l'amitié de David avec Jonathan, le fils du roi Saül. Le livret est composé de récitatifs et de pièces fermées, comme dans les livrets de Metastasio, et comme dans les livrets de l'opéra italien du début du XIXe siècle. J'utilise librement d'autres textes : quelques strophes de Pietro Metastasio ; le Saul de Felice Romani (1824, mis en musique par Nicola Vaccaj à Naples et en 1843 par Ferdinando Ceccherini à Florence). La structure de l'opéra est composée de symphonies, arias, duos, trios reliés par des récitatifs : une sorte d'hommage à l'opéra baroque, mais avec des références à des formes (cavatine, cantabili et cabalette) typiques des mélodrames du début du XIXe siècle. 

Concours Kodaly 2022

par

Le violoncelliste espagnol Carlos Vidal Ballester a remporté le 1er Prix du Concours international Kodaly qui s'est tenu à Debrecen (Hongrie) du 17 au 26 juin. Ce prix, d'une valeur de 15 000 euros, est le deuxième prix international remporté par Vidal Ballester  après le 2e prix du 28e Concours Johannes Brahms l'année dernière.
Le concours Kodaly est parrainé par la Philharmonie Kodály de Debrecen.
La violoniste russe Valeria Abramova a reçu le 2e Prix, tandis que la violoniste française Marie-Astrid Hulot et le violoncelliste polonais Kzysztof Michalsk ont emporté le 3e Prix. Le quatrième prix n'a pas été attribué. Le 5e Prix a été attribué au violoncelliste hongrois Bence Temesvari et le 6e Prix à l'altiste coréen Yoon Yury.
Le jury était composé de György Pauk, Kristóf Baráti, Vladimír Bukač, Anne Shih, Denis Severin, Wilfried Strehle, Máté Szűcs, István Várdai, Dániel Somogyi-Tóth et Imre Kollár.

Le Français Sylvain Gasançon au Mexique

par

La Direction générale de la musique et de la culture de l'Université nationale autonome du Mexique [UNAM] a annoncé que le chef français Sylvain Gasançon sera le directeur musical titulaire de l'Orchestre Philharmonique de l'UNAM [OFUNAM] pour la période allant de janvier 2023 à décembre 2025.

Herbert Blomstedt doit annuler

par

Le chef d'orchestre suédois (95 ans le mois prochain), a fait une chute et doit annuler les prochains concerts d'abonnement de la Staatskapelle Berlin ces 27 et 28 juin : il doit rester en observation à l'hôpital.

C'est Christian Thielemann qui le remplace au Staatsoper Unter den Linden et à la Philharmonie. La Symphonie n° 7 en mi majeur d'Anton Bruckner reste au programme. Au lieu de la Symphonie n° 34 en do majeur, KV 338 de Mozart, il dirigera le Prélude et Liebestod de Tristan and Isolde de Wagner.

Leopold Antonin Kozeluch, 275 ans

par

Le 7 mai 1818 décédait à Vienne le compositeur tchèque Leopold Antonin Kozeluch.
Il est né le 26 juin 1747 à Velvary et a été initialement baptisé Ioannes Antonius. Pour éviter toute confusion avec son cousin du même nom, également compositeur, il s'est rebaptisé Leopold en 1773.
Kozeluch a fréquenté le lycée de Prague et a ensuite étudié le droit. En 1771, il a commencé à écrire des musiques de ballet pour le Théâtre national de Prague, ce qui lui a valu suffisamment de succès pour abandonner ses études et se consacrer entièrement à la musique. Au cours des sept années suivantes, il écrivit quelque 25 oeuvres pour le Théâtre national de Prague.
En 1778, il s'installe à Vienne, métropole culturelle, où il devient en peu de temps un pianiste célèbre. Il obtient un poste à la Cour impériale, succédant à Georg Christoph Wagenseil, en tant que professeur de musique de l'archiduchesse Elisabeth.
En 1781, on lui propose le poste d'organiste de la Cour, succédant ainsi à Mozart. Il le refuse cependant, car il veut s'épargner un traitement aussi mauvais que celui dont Mozart avait été victime. En revanche, il devient en 1792, après la mort de Mozart, Maître de Chapelle et compositeur de la Cour à vie.
Kozeluch jouissait d'une grande réputation non seulement en tant que pianiste et professeur de piano, mais aussi comme compositeur, non seulement à Vienne mais dans toute l'Europe. Au tournant du siècle, la qualité musicale de ses compositions s'est toutefois affaiblie, car il était très occupé par ses tâches à la Cour et par l'enseignement. De plus, il s'est fortement orienté vers l'adaptation de chansons écossaises, irlandaises et galloises pour l'éditeur George Thomson -qui étaient très lucratives à l'époque.
Sa réputation d'"auteur prolifique", que Mozart et Beethoven critiquèrent également, contribua finalement à ce que ses œuvres tombent majoritairement dans l'oubli après sa mort.
Koželuch a laissé environ 400 compositions, dont 30 symphonies, 22 concertos pour piano, deux concertos pour clarinette, un concerto pour trompette, 24 sonates pour piano et violon, 63 trios pour piano, deux oratorios, neuf cantates et quelques œuvres de musique sacrée. Ses six opéras et ses ballets ont tous disparu, à l'exception de Gustav Wasa.

Jonas Kaufmann doit annuler

par

Le Royal Opera House a annoncé que Jonas Kaufmann s'est retiré des représentations de Cavalleria rusticana / Pagliacci : le Covid impacte toujours sa voix.
C'est la première fois qu'on évoqie de longues séquelles du Covid chez un chanteur de premier plan.

SeokJong Baek chantera le rôle de Turiddu dans Cavalleria rusticana, faisant ses débuts dans le rôle aux côtés d'Aleksandra Kurzak (Santuzza), Dimitri Platanias (Alfio) et Aigul Akhmetshina (Lola), sous la direction d'Antonio Pappano.

L’Opéra de Sydney rouvre ses portes

par

 Après une rénovation de deux ans, l’Orchestre Symphonique de Sydney en Australie retrouve sa résidence dès le 20 juillet. Le chantier qui a débuté en février 2020 a été la plus grande rénovation depuis sa création : meilleure acoustique, meilleur accès pour les personnes à mobilité réduite et lieu plus sûr pour le personnel qui travaille dans les coulisses, machinerie et système de mise en scène conçus pour que le lieu puisse présenter le large éventail de performances du 21e siècle.

Avec leur cheffe d’orchestre nouvellement nommée, Simone Young, l’OSS reviendra avec la Symphonie n° 2 « Résurrection » de Mahler et une œuvre commandée par William Barton. Parmi les autres performances, citons The Four Seasons de Max Richter, A Midsummer Night’s Dream de Mendelssohn et une version de concert de Fidelio de Beethoven.

Alors que nous revenons aux spectacles en direct en 2022 et avec la réouverture de la salle de concert de l’Opéra de Sydney, c’est un moment extraordinaire pour commencer ce partenariat, a déclaré Simone Young, première femme cheffe à occuper ce poste avec l’orchestre.

 

A Malte, un nouveau festival sous la direction artistique d'Oliver Diaz

par

Le Malta Summer Festival, nouveau festival de musique dont la première édition aura lieu cet été sous la direction artistique du chef espagnol Óliver Díaz, débute le 13 juillet avec un spectacle destiné au jeune public, intitulé L'Opéra des trois petits cochons, basé sur la musique des opéras de Mozart. José García Gutiérrez, directeur musical de l'Orchestre des jeunes de Malte, dirigera le spectacle.
L'un des temps forts du festival, le gala lyrique mettant en vedette Vittorio Grigolo, Marina Monzó et Nicola Said avec le Malta Philharmonic dirigé par Óliver Díaz. Autre temps fort, la visite de Celso Albelo accompagné de la soprano Tatiana Lisnic pour une soirée consacrée à Donizetti.