Bruckner boréal

par
Bruckner Saraste
Anton BRUCKNER (1824 - 1896) Symphonie n°8 WAB 108. WDR Sinfonieorchester Köln, dir.: Jukka-Pekka Saraste DDD-2016-74’38. Notice de présentation en anglais et allemand. Profil Hänssler PH16061 Les chefs finlandais s’aventurent assez peu dans l’univers de Bruckner, comme si les développements contrapuntiques du maître de Saint-Florian intimidaient ces natifs des terres nordiques plutôt habitués aux peintures symphoniques de paysages battus par les vents froids. Il faut donc saluer le panache de Jukka-Pekka Saraste qui prend à bras le corps la plus longue des symphonies de Bruckner. Biberonné à Sibelius et à la musique moderne dont il a laissé tant d’enregistrements majeurs, le chef finlandais impose une lecture (très) rapide -il passe sous la barre des 75 minutes !- et très minérale dans ses effets granitiques abrasifs. La masse orchestrale est traitée par blocs se juxtaposant dans des tempi vifs, c’est souvent éruptif et jubilatoire ! L’Orchestre radio-symphonique de la WDR de Cologne connaît son Bruckner pour en avoir livré des interprétations légendaires sous la baguette du regretté Günter Wand. La phalange rhénane sait arrondir par ses timbres un geste directionnel plutôt unilatéral. Certes, il existe de très grandes interprétations de cette partition unique, mais cette belle lecture finno-allemande est digne d’intérêt pour les options d’un chef qui ne se contente pas d’un Bruckner lent et méditatif comme c’est trop souvent la règle. Pierre-Jean Tribot Son 8 – Livret 7 – Répertoire 10 – Interprétation 8

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>