Chopin, un poète moderne ?

par
0126_JOKERFrédéric Chopin (1810-1849) : Le piano poète Ballade n°1 en sol mineur, op. 23 - Ballade n°2, en fa majeur, op. 38 - Prélude en ut dièse mineur, op. 45 - Ballade n°3 en la bémol majeur, op. 47 - Ballade n°4 en fa mineur, op. 52 - Scherzo n°4 en mi majeur, op. 54 - Barcarolle en fa dièse majeur, op. 60 Philippe Bianconi, piano 2014-DDD-63'56''-Texte de présentation en français, anglais, japonais et allemand - 1 CD La dolce volta LDV 14 Dans cette succession des quatre ballades entrecoupées chronologiquement du Prélude op. 45 et suivies par le dernier Scherzo et par la Barcarolle, il n'y a pas de doute : Bianconi a structuré son programme. Des sept années qui, de 1831 à 1842, séparent la Première de la Quatrième Ballade à la Barcarolle de 1846 en passant par le Quatrième Scherzo de la même année 1842 , on a ici un parfait tableau de l'évolution artistique du compositeur polonais au nom si français. Dans le livret, Philippe Bianconi précise son approche de l'interprétation inspirée de celle de son professeur Simone Delbert-Février (1912-1988) : la sobriété du style, le rejet de toute ostentation et une intensité du sentiment qui correspondent à la vraie nature du compositeur. La rigueur du pianiste et le sens inné de la construction que l'on a déjà constatés dans le choix du programme nous révèlent un piano plus français que polonais. Les gènes français de Chopin renforcés par les nombreuses années qu'il a passées dans cet hexagone qui lui était si cher s'expriment à merveille sous les doigts de Bianconi. Débarrassé d'un romantisme trop accentué, cette version a l'avantage de nous montrer la modernité de Chopin qui culmine dans la Barcarolle. Quand on entend ce sommet, on ne peut que regretter qu'un troisième concerto n'ait pas vu le jour après l'esquisse inaboutie qu'était l'Allegro de concert en la majeur op. 46 de 1841. Cet enregistrement est un modèle pour les pianistes qui abordent pour la première fois le corpus des quatre Ballades. Ajoutons un superbe livret qui résume judicieusement toutes les pièces. (Il est quelque peu cocasse de voir que le dernier plat de couverture signale en chinois la notice intérieure en japonais !). Une belle leçon de musique ! Jean-Marie André Son 7 – Livret 10 –  Répertoire 10 – Interprétation 10

Les commentaires sont clos.