En direct de 1836…

par

A Paris
L’Ambassadrice (Auber)
Auber a écrit 48 ouvrages lyriques : quatre grands opéras (dont La Muette de Portici), quelques collaborations et, pour le surplus, un formidable corpus d’opéras-comiques. Il est resté le maître absolu du genre, au milieu du XIXème siècle, en en fournissant quasi un chaque année. Le public attendait d’ailleurs sa nouvelle production avec impatience. C’était ce qu’on appellerait aujourd’hui un auteur à succès. Certaines oeuvres sont plus ou moins restées au répertoire, comme Fra Diavolo, Le Cheval de bronze ou le plus célèbre de tous, Le Domino noir (1837). D’autres sont tombées dans l’oubli, après un total de représentations honorables (en moyenne une quarantaine), la plupart sans reprises. Quelques exceptions cependant, dont cette Ambassadrice qui en compta 417.  Si l’oeuvre n’était pas inconnue des spécialistes, on peut avouer que cette initiative du Théâtre de l’Alhambra avait tout d’une première mondiale, d’où son grand intérêt. Composé en 1836, cet opéra-comique est donc contemporain des Huguenots de Meyerbeer, de La Vie pour le tsar de Glinka, du Postillon de Longjumeau d’Adam, ou de la… très aubérienne Défense d’aimer de Wagner. Musicalement, il est l’exemple parfait du genre à son apogée. D’abord grâce à un livret habilement ficelé par Scribe : L’ambassadeur de Prusse courtise la diva Henriette, qui, après son arrivée à Berlin,  se rend compte des futilités et des intrigues de la cour. Elle décide alors de revenir à ses premières amours, dont le ténor Benedict qui l’aimait depuis le début. Airs, duos, trios et ensembles joliment troussés s’enchaînent pour le plus grand plaisir de l’auditeur. Quelques airs à cocotte, comme la leçon de chant au deuxième acte, rappellent que l’oeuvre a été composée pour la célèbre cantatrice Cinti-Damoreau. Il faut aussi citer le ravissant duo amoureux entre Henriette et Benedict, le trio final au même acte II, avec ses étonnantes fluctuations de tempi, ou l’adorable air de l’amie Charlotte qui ouvre l’acte III, perle mélodique au léger parfum néo-classique. Une particularité : l’absence totale de choeurs. Par contre, les dialogues sont très abondants, surtout au premier acte. Heureusement, les solistes disposaient d’un solide bagout théâtral et Charlotte Loriot, responsable de la « mise en scène », dirigeait parfaitement leur jeu. Mme Loriot se basait uniquement sur les didascalies, car il n’existe aucune trace de décors ni livret de scène pour L’Ambassadrice. Il s’agissait donc plus d’une “mise en place”, retrouvant les codes du temps, ce qui peut nous paraître étrange, dans un XXIème siècle habitué aux pires dérives dramaturgiques. En ce sens, l’orchestre de quelque vingt musiciens mélangeant instruments modernes et d’époque (clarinette, ou véritable ophicléide), ajoutait encore à cette impression de “recréation” de l’ambiance d’une soirée de l’an 1836… L’équipe des “Frivolités parisiennes” veut rendre ses lettres de noblesse au patrimoine lyrique français. Les chanteurs/acteurs étaient épatants, à commencer par la brillante Magali Léger dans le rôle-pivot d’Henriette, aussi à l’aise dans le charme désarmant de son personnage que dans la tessiture périlleuse qu’il exige. Son amie Charlotte, chantée par Estelle Lefort, a fait fondre tous les coeurs, et la comtesse, soeur péteuse de l’ambassadeur de Prusse, a joyeusement déridé le public. Dans le même genre très théâtral, il faut accorder une mention spéciale à la tante d’Henriette, un peu meneuse de jeu, incarnée par une Laure Hef très en verve. Les hommes n’étaient pas en reste, du charmant amoureux Benedict de Jean-François Novelli, pourtant annoncé souffrant, au très habile duc – l’ambassadeur – de Christophe Crapez ou à l’impayable impresario italien de Guillaume Paire. Mathieu Romano menait tout ce petit monde tambour battant, et ce spectacle a passé comme un éclair brillant, frivole sans doute, mais si charmant et tellement représentatif de l’esprit français tel qu’on le concevait sous la Monarchie de Juillet. Un instant d’Histoire a resurgi soudain durant ces deux heures et demie, par la grâce d’une équipe fantastique !
Bruno Peeters
Paris, Théâtre de l’Alhambra, le 5 janvier 2012

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>