La saison 2017-2018 de l'Opéra Royal de Wallonie

par
ORW

Conférence de presse, ce 18 avril, par Stefano Mazzonis di Pralafera, directeur général et artistique de l'Opéra Royal de Wallonie présentant la saison nouvelle. Mais avant de citer les oeuvres programmées, il a tenu à rendre quelques hommages particuliers. A Paolo Arrivabeni, tout d'abord, le chef d'orchestre en partance, si apprécié (mais qui reviendra fin de saison). Mais aussi à Speranza Scappucci, grandement applaudie dans le récent Jérusalem de Verdi, nommée "chef principal attitré" : elle ne participera pas aux choix des titres et des distributions, mais se concentrera uniquement sur la direction musicale.
Mazzonis di Pralafera annonça ensuite la programmation, alternant grands tubes et découvertes. En fait de découvertes, il n'y en a qu'une, mais de taille. Il s'agit de l'opéra-comique d'Auber Le Domino noir, tube de l'époque mais un peu oublié de nos jours. L'idée est magnifique, car il s'agit d'une oeuvre pimpante, à l'intrigue légèrement coquine bien ficelée (le livret est du grand Scribe), et surtout d'une inépuisable invention mélodique. La distribution comprend de grand noms : Anne-Catherine Gillet, Cyrille Dubois ou Marie Lenormand. Patrick Davin, premier chef invité, dirige. C'est une coproduction avec l'Opéra-Comique de Paris (la salle Favart). La saison comprend huit nouvelles productions sur neuf, l'exception étant la reprise du Rigoletto de 2015. La carte  est très italienne, comme le veut la tradition de l'ORW sous cette direction. Mais les titres choisis sont importants. Manon Lescaut de Puccini cloture la trilogie des Manon, après Massenet et Auber. Suivent deux grands titres du bel canto. Norma tout d'abord, qui verra la prise de rôle de Patrizia Ciofi, avec le Pollione de Gregory Kunde. Puis La Favorite de Donizetti, en version originale française, avec Sonia Ganassi, en coproduction avec La Fenice de Venise. Une nouvelle production de Carmen inaugurera l'année 2018, avec Nino Surguladze, Marc Laho et Lionel Lhote dans les rôles principaux, dirigés par la chef principale attitrée. Année 2018 brillante, puisque poursuivant par de prometteuses Nozze di Figaro dirigées par Christophe Rousset, avec Mario Cassi, Judith Van Wanroij, Leon Kosavic, et Jodie Devos en Susanna. En nouvelle coproduction avec le Rossini Opera Festival de Pesaro, l'ORW présentera La Donna del lago, dirigée par Michele Mariotti. Et la saison s'achève en juin par le retour final du chef Paolo Arrivabeni pour un Macbeth de Verdi avec deux stars : Tatiana Serjan et Leo Nucci, dans une mise en scène de Mazzolis di Pralafera. A l'issue de la conférence de presse, le public eut confirmation, par la bouche de son directeur, de deux éléments essentiels de la politique de l'ORW : le maintien de la tradition  d'un répertoire italo-français, et celui de la mise en scène lisible et traditionnelle. Comme ces éléments soutiennent le succès de son entreprise depuis les débuts de son mandat (100% de taux de remplissage), comment le remettre en question ? Un grand bravo à toute l'équipe, et aussi à l'équipe de communication, responsable des beaux dossiers de presse et des programmes de saison très soignés et hauts en couleurs.
Bruno Peeters

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>