Mots-clé : Dominique Corbiau

La fleur dans la cantate baroque italienne : un récital forcené

par

Vaghi Fiori. Alessandro Scarlatti (1660-1725) : Voi giungeste o vaghi fiori ; Sonate pour violoncelle no 1 en ré mineur. Giovanni Zamboni (1650- ?) : Arpeggio ; Ceccona [Sonates pour luth no 8 & 11]. Giovanni Bononcini (1670-1747) : In siepe odorosa fiorisce la rosa ; Il Giglio amante e sposo. Nicolo Porpora (1686-1768) : Senza il misero piacer [Or che una nube ungrata] ; Più della rosa e’l giglio [Dalla Reggia di Flora] ; La Viola che languiva. Giovanni Battista Pescetti (1704-1766) : Spiritoso [Sonate pour clavecin no 7]. Francesco Mancini (1672-1737) : D’un bel fior, pianta vezzosa [Allor ch’il dio di Delo]. Dominique Corbiau, contre-ténor. La Camerata Sferica. Édouard Catalan, violoncelle. Raphaël Collignon, clavecin. Pieter Theuns, luth. Fabrice Holvoet, théorbe, guitare baroque. Arianne De Bièvre, Cyril Orcel, percussion. 2023. Livret en anglais, français, néerlandais, allemand (paroles en italien et traduction quadrilingue). TT 62’44. Sonamusica SONA2306

Rencontre avec Dominique Corbiau 

par

Le contre-ténor Dominique Corbiau fait paraître un album consacré à la Cantate baroque italienne (Sonamusica). Ce programme explore la cantate pastorale avec un programme original mais fédérateur. Pour cet album, il est aux côtés de l’Ensemble La Camerata Sferica qu’il a fondé. Dominique Corbiau répond aux questions de Crescendo Magazine. 

Votre album met en avant la cantate baroque italienne. Le répertoire baroque est d’une richesse presque sans fin, dès lors, pourquoi avoir opté pour ce genre musical de la cantate baroque ?

J'ai conçu ce programme pour des concerts d'été qui ont finalement été annulés à cause du Covid. On m'avait demandé de proposer quelque chose sur le thème de la nature et avec un effectif instrumental restreint pour faciliter les déplacements. La cantate pastorale m'a donc semblé une évidence par son format chambriste (voix soliste et continuo) et par l'omniprésence de la nature comme sujet ou décor de l'action dramatique. En faisant quelques recherches pour choisir les œuvres, j'ai remarqué que la symbolique et le sens poétique des fleurs avaient souvent inspiré les compositeurs italiens du début du 18ème siècle (mon répertoire fétiche). De là m'est venue l'idée d'élaborer une sorte de bouquet floral et musical. J'ai par ailleurs décidé de ne pas toujours enregistrer l'intégralité d'une cantate mais de parfois choisir un air en particulier, qui collait parfaitement avec la thématique et dont je savais qu'il conviendrait idéalement à ma voix.

À la lecture du programme, il y a des œuvres de compositeurs connus comme Alessandro Scarlatti et Nicola Porpora, mais aussi d’autres de compositeurs moins connus comme Giovanni Zamboni ou Giovanni Battista Pescetti. Je présume que c’est un choix délibéré de mettre en avant des compositeurs encore peu connus ?

Les pièces vocales sont effectivement de compositeurs plus connus mais n'ont que peu (voire jamais) été enregistrées. L'aspect "découverte" est donc bien présent tant pour les parties chantées que pour les interludes instrumentaux qui sont eux de compositeurs plus rares. Comme vous le faisiez remarquer, le répertoire baroque est d'une grande richesse, alors autant s'aventurer dans des contrées moins explorées.

Outre les cantates, l’enregistrement alterne les pièces vocales avec des partitions instrumentales. Pourquoi cette optique d’une sorte de pause instrumentale entre les cantates ?

Je conçois toujours mes programmes (concerts ou disques) en étant attentif à l'enchaînement des pièces. Que ce soit la tonalité, le tempo, le caractère ou l'orchestration, tous ces éléments doivent selon moi être agencés soigneusement pour apporter la fluidité nécessaire à une écoute agréable. Dans le même ordre d'idée, je reprends la recette de mon prédécesseur, le contre-ténor Gérard Lesne qui a toujours inséré des pièces instrumentales dans ces albums de cantates baroques italiennes (des enregistrements de référence pour moi !). Ces quelques "respirations" musicales permettent de casser le côté un peu monolithique et répétitif propre à la structure de ces œuvres qui sont basées sur l'alternance systématique entre récitatifs et arias da capo. On peut ensuite retrouver la voix avec un intérêt renouvelé.