Danse

Où es-tu mon Roméo ? Il a rendez-vous avec la mort !

par

Parmi les ouvrages que nous pourrions emmener sur une île déserte, l’œuvre de William Shakespeare Roméo et Juliette figurerait en bonne place. Elle garderait en nous le souvenir de ce qui fait une partie de notre humanité à savoir l’amour et la passion. Mythique et adaptée sous toutes les formes possibles, il fallait bien le génie de Sergueï Prokofiev pour se lancer dans l’adaptation pour ballet d’un tel jalon de la culture occidentale.

Dire que la naissance de cette commande du Kirov (1934) a été un long accouchement est un doux euphémisme. Thème rejeté, changement de troupe (Bolchoï contre Kirov), danseurs grognons à cause de la complexité rythmique de l’œuvre, … Et pourtant ces années - malgré un contexte politique et artistique complexe - sont une période prolifique pour le compositeur. Finalement la mise en musique du ballet est achevée en 1935 avec une chorégraphie de Léonid Lavrovski. En 1936 il en découlera deux célébrissimes suites pour orchestre. Il faudra tout de même attendre 1938 pour assister à la création de l’œuvre… Tchécoslovaquie. Pour la première russe l’attente se prolongera jusqu’en 1940 et bien plus encore pour la France !

À la Scala, une splendide Belle au Bois Dormant 

par

Pour la Scala de Milan, Rudolf Nureyev avait conçu sa première production de La Belle au Bois Dormant en septembre 1966, en remaniant la chorégraphie originale de Marius Petipa dans des décors et costumes de Nicholas Georgiadis. Mais depuis octobre 1993, le cadre scénique a été modifié ; et Franca Squarciapino a recouru, pour le fond de scène, à la toile peinte imitant le ‘sfumato’ d’un Fragonard qui nimbe d’une lumière dorée d’antiques ruines devant lesquelles se dresse une salle de palais baroque avec portiques à chambranle, escalier circulaire à colonnes torses encadrant le berceau d’apparat d’Aurore. Après la scène de chasse dans un sous-bois automnal, l’on retrouvera la structure initiale où s’encastrera un trône à baldaquin tributaire de l’esthétique du Bernin. Et ses costumes, d’un goût irréprochable sous les lumières de Marco Filibeck, proscrivent le bariolage auquel l’on est accoutumé pour prôner une harmonie chromatique vêtant de pastel le cortège des fées, alors que les habits de cour étincellent de brillants coloris sans être surchargés. Et même Carabosse, flanquée de ses bouquetins, arbore la sombre crinoline à panier d’une souveraine déchue face à une Fée des Lilas échappée d’une estampe du XVIIIe.

À Genève, une Belle au Bois Dormant par de jeunes Russes 

par

Pour achever sa saison, le Grand-Théâtre de Genève invite le Ballet Yacobson de Saint-Pétersbourg pour quatre représentations de l’un des grands chefs-d’œuvre de Tchaikovsky, La Belle au bois Dormant.

Fondée en 1969 par le chorégraphe Leonid Yacobson, cette compagnie est totalement indépendante d’un théâtre et regroupe de jeunes danseurs constituant en fait le Ballet Académique National de Saint-Pétersbourg, avec actuellement à sa tête Andrian Fadeev, ex-danseur étoile devenu son directeur artistique depuis 2011. Elle est accompagnée par la formation qui collabore régulièrement à ses spectacles, l’Orchestre Symphonique National de Saint-Pétersbourg, placé sous la direction d’un chef chevronné, Alexander Titov.

La chorégraphie a été confiée à Jean-Guillaume Bart qui avait été promu danseur étoile à l’Opéra de Paris le 5 janvier 2000 lors d’une représentation de La Belle au Bois Dormant ; et maintenant c’est lui qui élabore sa propre version d’après celle de Marius Petipa qui en est la base historique. S’y dégage aussi l’influence de la production parisienne de Rudolf Nureyev que Jean-Guillaume Bart a dû danser maintes fois, en incorporant certaines de ses trouvailles comme la scène des tricoteuses du premier acte, l’intermède dansé dans la partie de chasse ou le voyage de la Fée des Lilas et du Prince dans une nacelle en forme de cygne. Dans le dernier tableau, il rétablit même, lors de l’évocation des contes de Perrault, la rencontre de Cendrillon et du fils du roi en quête de la pantoufle de vair. Et sa relecture est développée avec fluidité dans un décor sobre utilisant les intérieurs de palais et sous-bois tirés des cartons des Galli-Bibiena et des costumes tout aussi simples élaborés par Olga Shaishmelashvili sous de beaux éclairages dus à Evgeny Ganzburg.

A la Scala, un Casse-Noisette selon Balanchine

par

En ouverture de sa saison 2018-2019, le Corps de ballet du Teatro alla Scala et son directeur, le niçois Frédéric Olivieri, se parent de couleurs festives en assumant la première représentation italienne d’un Casse-Noisette que George Balanchine avait conçu en 1954 pour le New York City Ballet et que, selon une tradition immuable, la compagnie reprend chaque mois de décembre depuis sa création. Pour ma part, j’ai eu l’occasion de voir quatre fois la production originale au New York State Theatre sis au Lincoln Center. Et c’est donc avec une extrême curiosité que j’attendais cette présentation milanaise.

Casse-Noisette par le Ballet de l’Opéra de Kiev

par

Pour la première fois à Paris depuis sa dernière tournée en 1964 (cela fait 54 ans !), le Ballet de l’Opéra National de Kiev, également appelé l’Opéra National d’Ukraine, présente au Théâtre des Champs-Elysées l’un de ses spectacles phares : Casse-noisette de Tchaïkovski.

L’Opéra de Kiev, qui a fêté ses 150 ans, fut conçu en 1867 avec un ballet qui y était attaché. Une modeste troupe régionale au débuit, mais elle s’est progressivement professionnalisée pour devenir ce qu’on connaît aujourd’hui.

Quant à la troupe du ballet, c’est au début du XXe siècle qu’elle s’est réellement développée, en s’inspirant des danses occidentales et grâce à des figures de la danse ukrainienne, à l’image de Mikhail Mordkin (1880-1944), soliste des Ballets Russes.

Une CENDRILLON à vous faire rêver

par

Tandis que l’Orchestre Pasdeloup, remarquablement dirigé par le chef estonien Vello Pähn, nimbe d’une indicible tristesse l’Andante dolce qui sert d’introduction à Cendrillon, le ballet en trois actes que Sergey Prokofiev élabora entre 1940 et 1944, le spectateur découvre le décor habile de Petrika Ionesco consistant en une véranda délabrée avec quelques tabourets et une mauvaise copie de la Statue de la Liberté, jouxtant une imposante cheminée dont le rebord comporte nombre de pendules. Fichu grisâtre noué sur ses cheveux, revêtant des hardes usagées sous tablier à rayures selon les dessins d’Hanae Mori, la pauvre Cendrillon «rêve de robe blanche teintée d’un peu de rose… légèrement argentée, en ne songeant qu’à une chose : devenir une star ». C’est ce que déclarait, en octobre 1986, Rudolf Nureyev, à propos de sa conception chorégraphique.

Mon Casse-Noisette, selon Béjart

par

Sur la gauche se dresse un sapin de Noël maigrichon, avec quelques boules et guirlandes éparses, qui semblent avoir survécu aux années précédentes ; un enfant est assis tristement devant l’arbre, car sa mère est morte quand il avait sept ans. Miracle : sous les traits d’Elisabet Ros, elle réapparaît tout à coup en déposant à ses pieds un petit cadeau. C’est ainsi que se présente ce Casse-Noisette revisité par Maurice Béjart qui le produisit pour la première fois au Teatro Regio de Turin le 4 octobre 1998, et que reprennent, vingt ans plus tard, Gil Roman et le Béjart Ballet Lausanne au Théâtre de Beaulieu.