Des trios méconnus

par
Diego SCHISSI (° 1969) Nene David S. LEFKOWITZ (° 1964) Ruminations Jean SIBELIUS (1865-1957) Korppoo (trio en do majeur)–Havträsk (trio en la mineur)–Lovisa (trio en do majeur) Lotta WENNÄKOSKI (° 1970) Päärme Kaija SAARIAHO (° 1952) Je sens un deuxième cœur Sibelius Piano Trio DDD–2016–54’ 08 et Texte de présentation en anglais–Yarlung Records 52638 Le pianiste Juho Pohjonen, le violoniste Petteri Iivonen et l’altiste Samuli Peltonen, voilà les trois musiciens finlandais qui forment le Sibelius Piano Trio et jouent les sept morceaux de chambre qu’on peut entendre sur ce double CD. Des morceaux rares, y compris les trois trios signés Jean Sibelius, Havträsk, qui date de 1886, Korppoo et Livisa de 1887, c’est-à-dire des morceaux écrits avant les grandes œuvres orchestrales et symphoniques que connaissent tous les mélomanes dignes de ce nom, et même les mélomanes indignes de le porter, une race qui n’est pas du tout en voie d’extinction, Jean Sibelius continuant encore et toujours de diviser les amateurs. Le monumental Korppoo en ré majeur, découpé en trois mouvements, est probablement la meilleure illustration de son écriture à la fin de ces années 1880 : à la fois romantique et abrupte, énergique et hésitante, fortement influencée par celle – triomphante – de Johannes Brahms, comme l’atteste le vivace final, qu’on pourrait presque prendre pour une danse hongroise. À côté des trois trios de l’auteur de La Valse triste, ce double CD fait découvrir Nene de Diego Schissi, Ruminations de David S. Lefkowitz, le très curieux et percussif Päärme de Lotta Wennäkoski et, en dernier lieu, Je sens un deuxième cœur de la grande Kaija Saariaho, une des représentantes majeures de la musique contemporaine. Avec cette œuvre écrite en 2003 et comprenant cinq parties, Kaija Saariaho concentre à merveille d’étranges et envoûtantes couleurs sonores et, dans les parties rapides, arrive à leur donner une pulsion des plus alertes, un peu comme si elle les faisait exploser, le tout s’achevant mezzo voce – la voix d’un cœur battant en sourdine. Un programme peu commun. Jean-Baptiste Baronian Son 8 – Livret 5 – Répertoire 7 – Interprétation 8

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>