L'homme de génie

par
Haydn

Joseph HAYDN
(1732 – 1809)
Symphonies N°80, 81 et 19 
Joseph Martin KRAUS (
1756 – 1792)
Symphonie en Do mineur
Kammerorchester Basel, dir. Giovanni Antonini
2017 DDD 78’25 Livret anglais, français, allemand CD Alpha 676

Parmi les intégrales des 107 symphonies de Haydn, celle d’Antal Dorati est restée dans toutes les oreilles. Malgré son âge (début des années '70) et une interprétation assez classique, elle est encore tout à fait audible aujourd’hui. D’autres tentatives ont avorté, par exemple celle très prometteuse de Derek Solomons avec son Estro Armonico (Sony). Christopher Hogwood est allé très loin dans son projet, mais a été stoppé pour raisons financières. Heureusement ses symphonies viennent d’être rééditées dans un très beau coffret, complété par les enregistrements de Frans Brüggen et d’Ottavio Dantone. Une intégrale à conseiller vivement. Il existe aussi beaucoup de versions des symphonies parisiennes et des londoniennes. Pour ces dernières, on écoutera attentivement le petit coffret de Marc Minkowski avec ses musiciens du Louvre (Naïve 2009). Saluons donc la nouvelle tentative d’intégrale chez Alpha par Giovanni Antonini, un projet baptisé Haydn 2032, l’année qui devrait le voir aboutir à l’occasion du 300e anniversaire de la naissance du grand compositeur. Commencé il y a trois ans, le volume 5 vient de paraître. Chaque disque présente trois symphonies, groupées non pas chronologiquement ou par numéro, mais autour d’un thème : successivement La Passion (1, 39, 49, Alpha 670), Le Philosophe (22, 46, 47, Alpha 671), Solitaire et pensif (4, 42, 64, Alpha 672), Le Distrait (12, 60, 70, Alpha 674) et à présent L’homme de génie (19, 80, 81, Alpha 676). En outre, chaque volume est complété par une œuvre d’un compositeur contemporain du grand maître autrichien, et est illustré par de splendides photos en partenariat avec la célèbre agence Magnum. D’un point de vue éditorial, ce projet ambitieux est tout à fait intéressant. Souhaitons qu’il arrive au bout (on sait les difficultés d’un projet similaire, celui des manuscrits de Turin de Vivaldi). Des cinq volumes parus, celui-ci est le plus réussi. Peut-être est-ce dû au fait que l’orchestre est différent : Il Giardino Armonico pour les quatre disques précédents, et l’orchestre de chambre de Bâle pour ce nouvel album. La direction d’Antonini est fraîche, rythmique et lyrique tout à la fois, l’idéal pour rendre justice au génie de Haydn, un homme éminemment spirituel, pas seulement dans le sens philosophique ou religieux, mais surtout capable de traits d’esprit, ce qui se traduit par de multiples surprises et par une finesse qui frise parfois l’espièglerie. C’est ce que beaucoup appellent son soi-disant humour. Ainsi, rien de tel que d’écouter une symphonie de « papa Haydn » (encore un cliché) au réveil : bonne journée garantie ! Cinq volumes : le projet n’en est qu’à son début. A bon entendeur, il n’est pas trop tard pour prendre le train en marche.
Dominique Lawalrée

Son 10 - Livret 10 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>