Une fiancée idéale

par https://ndwilson.com/

0126_JOKER
Bedrich SMETANA (1824-1884)
La Fiancée vendue

Dana BURESOVA (Marenka), Tomas JUHAS (Jenik), Jozef BENCI (Kecal), Ales VORACEK (Vasek), solistes, BBC Singers, BBC Symphony Orchestra, dir.: Jiri BELOHLAVEK
2012-DDD-2h 16’ 20’’- Textes de présentation en français et en anglais- livret en anglais et en français - chanté en tchèque - Harmonia Mundi HMC 902119.20

Certes, on a connu, par le passé, d’admirables versions du chef-d’oeuvre de Smetana. Kosler et Chalabala en tchèque, ou Kempe en allemand, par exemple. Mais cette nouvelle parution s’inscrit d’emblée au panthéon. D’abord par la battue souple et musicale de Belohlavek, qui dirige un BBC Symphony des grands jours (les cordes !). Avec lui, la musique coule de source, comme dans un opéra mozartien. On retrouve du Mozart, par ailleurs, dans cette partition ravissante, où pas une note ne paraît inutile. Le chef entraîne ses troupes dans une ballade fraîche et joyeuse, dès le choeur d’entrée. Il n’a pas son pareil non plus pour mener à bien les nombreux ensembles qui parsèment l’oeuvre, en particulier les duos. Celui entre Marenka et Vasek, par exemple, ou celui entre Jenik et Kecal, tous deux au deuxième acte, sont d’étincelants petits bijoux ciselés de main d’orfèvre, s’insérant avec une grâce toute naturelle dans le flot musical continu. Que dire alors du grand finale du premier acte ou des quatuor et sextuor du troisième acte sinon qu’ils mènent le lyrisme de Smetana à son comble ? Il faut avouer que Blohlavek dispose des remarquables BBC Singers et d’une équipe de solistes imparable et comme soudée autour de la partition. Le rôle en or, c’est bien entendu celui du marieur du village, l’inénarrable Kecal, interprété par un Jozef Benci truculent. La strette de son duo avec Jenik est ébouriffante ! Mais la sève mélodique la plus pure, Smetana la réserve au couple d’amoureux, Marenka et Jenik, dont les titulaires sont idéals de candeur et de poésie. Chaque air de la Marenka de Dana Buresova procure ainsi l’enchantement le plus pur, jusqu’à ces quelques simples phrases murmurées tout doucement, juste avant la liesse finale. Le même charme inonde aussi les interventions pathétiques et touchantes du bègue Vasek, tel l’air qui ouvre le dernier acte. Tous les autres solistes mériteraient une citation, comme l”Esmeralda mutine de Katerina Knezikova. On sent le travail de toute une équipe : grâces soient donc rendues à Belohlavek pour l’avoir réunie et rendu pareil miracle possible : une Fiancée vendue moderne, idéale.
Bruno Peeters

Son 10 - Livret 10 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Les commentaires sont clos.