A Rochefort, un soir à l'opéra

par link

Giovanni Gabrieli (1555-1612) Canzon XIV, Samuel Scheidt (1587 – 1654) Nun komm, der Heiden Heiland, Henry Purcell (1659 – 1695) Sound The Trumpet, Jean-Baptiste Lully (1632-1687) Marche pour la céérmonie turque, Georg Friederich Haendel (1685 – 1759) La giustizia ha gia sull'arco ; V'adoro, pupile, saette d'amore ; La réjouissance, Wolgang Amadeus Mozart (1756-1791) Apreti presto (Le nozze di Figaro), Gioacchino Rossini (1792-1868) Di tanti palpiti (Tancredi), Duetto buffo di due gatti, Gioacchino Rossini (1792-1868) Ouverture (Guillaume Tell), Giuseppe Verdi (1813-1901) Volta la terra ; saper vorreste (Un ballo in maschera) ; Stride la vampa (Il trovatore) ; Libiamo (La traviata), Georges Bizet (1838-1875) Prélude (Carmen) ; Séguedille (Carmen) ; Jacques Offenbach (1819-1880) Belle nuit (Les contes d'Hoffmann), Léonard Bernstein (1918 – 1990) Maria ; I feel pretty (West Side Story)
Julie Bailly (mezzo-soprano), Sophie Dury (Soprano), The South Belgian Brass
Le centre culturel de Rochefort fête cette année ses 20 ans d'existence. Et pour ce faire, quoi de mieux que vingt joyaux d'airs d'opéra. La direction a décidé de faire confiance à une jeune chanteuse lyrique originaire de la région (Marche-en-Famenne) qui est en train de développer une carrière intéressante tant sur les scènes belges qu'internationales. Au Vlaams Opera elle a incarné Glesha (Kat'a Kabanova), Schwerleite (Die Walkürie) ou soeur Mathilde (Dialogues des Carmélites). Après un passage sur la scène du Théâtre Royal de la Monnaie, elle enchaîne les rôles à l'Opéra Royal de Wallonie (Liège) dont le très remarqué rôle de Féodor (Boris Godounov), repris au festival de Santander. Elle se distingue aussi au festival de Wallonie avec Benoît Mernier et les Agrémens. Pour ce concert à Rochefort, elle était accompagnée d'une jeune soprano, Sophie Dury, formée à l'Imep. Membre du Choeur de Chambre de Namur, elle fera ses premiers pas sur la scène de l'ORW dans la prochaine production de Aïda. L'accompagnement instrumental a été assuré par le South Belgian Brass sous la direction du corniste Paul Maron, renforcé par un quintette à cordes. On doit à Paul Maron l'ensemble des arrangements bien équilibrés. Un programme très varié et « grand public »: la salle était comble. Les deux solistes ont proposé une prestation haute en couleurs et pleine de caractère. On sent déjà toute l'expérience de Julie Bailly qui incarne directement et par des attitudes simples les différents personnages. Séguedille mais surtout Stride la vampa seront de grands moments de la soirée ! On apprécie la complicité des deux jeunes femmes dont les timbres de voix sensiblement différents se marient très bien tout comme les personnalités différentes. Les grandes pages se sont succédé dans une ambiance très festive : un brillant Libiamo, Belle nuit toujours aussi touchant et un jeu plein d'humour dans I feel pretty ou Le duo des chats.
Une « soirée à l'opéra » bien réussie. Pour la prolonger, on pourra entendre Julie Bailly dans Zémir et Azor de Grétry (Lisbé) et dans La Gazzetta de Rossini à l'Opéra Royal de Wallonie.
Michel Lambert

Rochefort, Centre Culturel des Roches, le 15 février 2014

Un commentaire

  1. Ping : A Rochefort, un soir à l’op&eacute...