Livres

Les Nouveautés du Livre à sujet musical.

Carl Philipp Emanuel Bach dégagé de la tutelle paternelle

par

Carl Philipp Emanuel Bach
par Gilles Cantagrel
Gilles Cantagrel, grand spécialiste de J.-S. Bach signe aux éditions mélophiles, un ouvrage passionnant sur le deuxième fils du grand Cantor de Leipzig : Carl Philipp Emanuel Bach (1714 – 1788). Connu et estimé de son temps, il fut incontestablement le maillon indispensable entre la fin de l’ère baroque magnifiée par J.-S. Bach et le début de l’ère classique (J. Haydn, W. A Mozart).

Pour redécouvrir Rachmaninov

par

Rachmaninov par Damien Top
Damien Top, auteur déjà de plusieurs biographies consacrées à des compositeurs célèbres (Roussel) ou confidentiels (Goué, de Castéra), s'attelle ici à un monument. Rachmaninov, en effet, est une valeur sûre de la musique classique, symbolisant son pays dans le monde entier, tout comme son confrère Tchaïkovski. Voilà un livre remarquable et à conseiller sans hésitation.

Jacques Attali : Histoire de la modernité

par

"Comment l'humanité pense son avenir". Tel est le sous-titre de cet imposant essai de Jacques Attali, extrêmement interpellant. "La modernité désigne implicitement la conception qu'une société se fait de son avenir. (...) penser l'avenir de la modernité, c'est donc penser l'idée qu'on se fera, à l'avenir, de l'avenir".

Amnistie pour Salieri !

par

Antonio Salieri
par Marc VIGNAL
Le trente-neuvième opus de la collection Horizons éditée par Bleu Nuit contribuera-t-il à réhabiliter ce compositeur dont le nom n’est plus inconnu de personne (ou presque), mais dont l’œuvre aurait été enfoui sous la poussière du temps si quelques téméraires interprètes – parmi lesquels la Bartoli – ne s’étaient escrimés à le sortir de l’oubli?

L'écoute active de la musique : mode d'emploi

par

La troisième oreille
Pour une écoute active de la musique
par Jean-Yves Bras
La troisième oreille de Jean-Yves Bras est un livre de haute vulgarisation. Cet ouvrage n'est pas une description physiologique de l'écoute et du cerveau et il n'est pas non plus une méthode de formation de l'oreille dans le cadre d'un cours de formation musicale.

Alkan à la page

par

Charles-Valentin Alkan
par Brigitte FRANÇOIS-SAPPEY et François LUGUENOT
Mis à part quelques compositeurs dont la réputation n'est vraiment plus à faire (Debussy, Ravel, Berlioz, Bizet), la France a tendance à sous-estimer ses nombreux compositeurs qui ont fait l'Histoire de la musique. Quand on demande à un musicien-mélomane qui est Alkan, les réponses sont bien souvent les mêmes : un compositeur pour pianiste, petit maître et misanthrope n'ayant écrit que des oeuvres injouables et sans intérêt.

Chopin et les salons musicaux du 19ème siècle

par

Chopin, âme des salons parisiens, 1830-1848 par Jean-Jacques Eigeldinger
En proposant un nouvel ouvrage consacré à Frédéric Chopin, Jean-Jacques Eigeldinger prend le risque de lasser les lecteurs tellement il existe aujourd’hui d’ouvrages sur ce célèbre pianiste. Le sujet : les salons parisiens de 1830 à 1848. Finalement, la richesse de cet ouvrage surprend le lecteur tant pas l’originalité de la forme et sa construction que par les propos tenus par le professeur émérite de l’Université de Genève.

Deux magnifiques ouvrages pour une passion

par

GalliariFlorosConcerto à la mémoire d'un ange - Alban Berg 1935 par Alain Galliari Sans doute le plus expressif des concertos pour violon du 20e siècle. Ajoutons à cela la dédicace : Manon, un bel ange de 18 ans que l'on a vu rapidement perdre ses atouts -elle avait contracté la maladie l'année précédente à Venise- pour mourir de poliomyélite le 24 avril 1935.

Une monographie de Jacqueline Fontyn

par

Jacqueline, baronne Fontyn (depuis 1993) est non seulement une des personnalités les plus représentatives de la musique belge de la seconde moitié du XXe siècle, elle est aussi l’une des plus singulières par son parcours atypique, sans diplôme au départ, qui la mènera à être reconnue, invitée et honorée dans maints pays étrangers, jusqu’en Corée ou Nouvelle-Zélande, mais aussi par une attitude éthique que l’on rencontre rarement chez des musiciens et que résume bien, en fin d’un interview, une citation de Chamfort  (« la plus perdue de toutes les journées est celle où l’on n’a pas ri ») à laquelle elle associe le titre même du livre : pas de journée sans écrire de la musique.