Bilan des Festivals de Wallonie 2017

par casual hookup san francisco

Plus de 36.000 auditeurs et spectateurs (dont 3.200 pour la seule production à destination des familles) ont suivi, sur l’ensemble du territoire de la Wallonie et à Bruxelles, de juin à octobre, la variété, la qualité et l’originalité des 140 concerts et spectacles programmés par les sept branches des Festivals de Wallonie !
De quoi témoigner une fois de plus, si besoin était, de la vitalité (avec un taux global de fréquentation de 81% !), de l’utilité et de la nécessité d’une telle fédération dans le paysage musical actuel.
En 2017, les Festivals de Wallonie se lançaient le défi (mesuré) de construire l’ensemble de leur programmation autour d’une seule famille d’instruments : les claviers !
Loin de se limiter au seul piano, A vos claviers ! a permis d’ouvrir les programmes et de puiser dans une incroyable manne de partitions pour clavecin, orgue, pianoforte, orgue, accordéon, bandonéon… Jusqu’à inviter sur scène des marimba (à Bruxelles, Saint-Hubert…), clavicythérium (à Namur), carillon (à Florenville), vibraphone, voire même des instruments « historiques », rares et précieux, comme l’organetto ou la viola organista (à Liège).
Cette année, trois artistes étaient plus particulièrement associés à cette thématique A vos claviers ! : l’accordéoniste et bandonéoniste belge Manu Comté (membre fondateur du groupe Soledad qui célébrait cette année ses 20 ans), le bandonéoniste français William Sabatier et le pianiste, compositeur et chef d’orchestre Pierre Bartholomée.
Chacun d’entre eux a été présent dans la quasi totalité des sept festivals, au travers de concerts avec différentes formations, mais aussi de rencontres avec le public, colloques, master classes… Le focus Pierre Bartholomée, clôturé en point d’orgue par une journée complète de concerts et colloque à la Ferme du Biéreau à Louvain-la-Neuve, fut remarquable de par la richesse des propositions artistiques et la très forte adhésion du public.
Mais les Festivals de Wallonie, c’est aussi un soutien affiché aux jeunes musiciens et compositeurs. En 2017, deux projets en particulier caractérisaient cette volonté.
Le premier est dévolu à la diffusion et la sensibilisation du public à la musique contemporaine. MusMA (Music Masters on Air) réunit, depuis près de dix ans, cinq festivals belges (Klara Festival et Les Festivals de Wallonie), suédois, polonais et italien, associés à leurs chaînes de radios nationales respectives. En 2017, c’est le quatuor à cordes belge Amôn qui a été sélectionné pour assumer la tournée des concerts MusMA à travers l’Europe et donner à entendre, parmi d’autres, l’œuvre de Guillaume Auvray.
Le second, Supernova, initié en 2014 par différents opérateurs flamands et inscrit cette année dans la programmation des Festivals de Wallonie, a pris une ampleur nationale de par la participation des Festivals de Wallonie. Les lauréats du concours Supernova 2017, Maya Levy (violon) et Matthieu Idmtal (piano) d’une part et l’Ensembl’Arenski (trio à clavier) d’autre part ont d’ailleurs tourné un peu partout en Wallonie devant une audience totale de plus de 1.000 auditeurs.
Quant à la création des Festivals de Wallonie à destination des familles, Momo ou l’étrange histoire des voleurs de temps et de la jeune enfant qui rendit aux hommes le temps volé (textes, musiques et direction artistique de Patrick Leterme), elle a été jouée sept fois cet été et cet automne, réunissant à elle seule un public de 3.200 personnes. Deux représentations supplémentaires sont déjà programmées le 28 et 29 avril 2018 (La Louvière et Walkenraedt) avant une possible reprise à l’automne.