L'orgue du Sablon fête son premier quart de millénaire!

par doing your homework for you

Un anniversaire peu banal. Cette année, l’orgue du Sablon fête son (premier) quart de millénaire ! C’est en effet en 1764 que Jean-­Baptiste Bernabé Goynaut installe l’orgue de tribune toujours en place actuellement. Cet instrument a fait l’objet d’une importante rénovation en 1989 -soit il y a 25 ans- par le facteur luxembourgeois Georg Westenfelder (allemand d’origine) qui lui a fait retrouver un style classique français teinté d’accents brabançons…
Les multiples facettes de cet orgue conviennent donc particulièrement bien à la musique
de toute l’Europe baroque de son temps.
L’instrument a fait l’objet cette année d’un dépoussiérage rendu nécessaire par le récent
chantier de restauration de l’église ; il a retrouvé toute sa justesse, toute sa poésie, toute sa
force. Le double jubilé (250 - 25) issu de ce hasard de calendrier sera dignement fêté le vendredi 13 juin 2014 à 20 heures, au cours d’un concert donné conjointement par les trois organistes titulaires : Benoît Mernier, Roland Servais et Arnaud Van de Cauter,
qui feront entendre des oeuvres de Bach, Bruna, Cornet, Marchand, et Raison.

La musique à l’église du Sablon
Dans les débats qui se tiennent autour de l’avenir de nos églises, on établit souvent une
distinction entre « le cultuel et le culturel ». Et à juste titre, on plaide pour l’ouverture de
ces édifices à des activités extérieures de qualité, tout en concédant une primauté accordée
à une pratique religieuse statistiquement décroissante. Depuis quelques années, ce qui s’est mis en place à l’église Notre-Dame au Sablon est quelque peu différent. En effet, située au coeur historique de Bruxelles, cette église accueille chaque jour un nombre
considérable de visiteurs de tous les pays et de toutes les cultures, pour lesquels une église
gothique peut paraître aussi exotique qu’un temple sumérien pour l’occidental moyen…
Ce qui attire ces visiteurs de toutes origines et de toutes cultures, c’est la beauté qui se
dégage de l’architecture, des sculptures, peintures, vitraux, et ornements de toutes
espèces. C’est le calme et la sérénité de l’espace intérieur. Et c’est aussi la magie de l’acoustique qu’ils goûtent en franchissant le seuil de l’édifice lorsque de la musique y
résonne... Partant de ce constat, l’équipe en place à l’église du Sablon (clergé, fabrique
d’église, musiciens) a décidé de mettre l’accent sur la qualité des activités musicales intégrées au culte, de telle manière qu’elles y retrouvent du sens. Portée au niveau de
l’écrin qui l’enveloppe, la musique interpelle alors le visiteur, quelles que soient ses
convictions… Les musiciens du Sablon ont ainsi la chance de pouvoir développer une
part musicale importante et de qualité pour toutes les liturgies qui s’y déroulent, grâce
à l'utilisation de deux orgues remarquables, mais aussi et surtout par l’apport de chanteurs
et instrumentistes professionnels qui interprètent durant les offices les chefs-­d’oeuvre de
musique sacrée retrouvant là leur fonction d’origine qui fait si souvent défaut au concert.
Un livret disponible à l’entrée replace les oeuvres dans le contexte du jour et donne des
explications historiques et musicales permettant d’enrichir leur écoute, ceci en dehors de
toute logique marchande, et sans que les célébrations dégénèrent en concerts déguisés…
Souvent, les musiciens -et parmi les plus célèbres- se plaignent du peu de place laissé à
l'orgue et à la musique dans la liturgie catholique et aussi de la médiocrité de ce que l'on
peut y entendre. Les musiciens qui oeuvrent au Sablon ont la chance de pouvoir témoigner
du contraire, grâce à la conjonction de toutes ces heureuses énergies. Et bien souvent, l’assistance croît au fur et à mesure que l’office se déroule…