Retour aux sources pour le Collegium Vocale Gent

par more

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Ich elender Mensch - Leipzig Cantatas
Collegium Vocale Gent, dir.: Philippe Herreweghe
2013 - 68'30'' - Livret trilingue : anglais, français, allemand par Christoph Wolff - PHI LPH 012
Le Collegium Vocale Gent a maintenant plus de quarante ans et il n’a pas pris une ride. Au contraire, l’ensemble fondé par Philippe Herreweghe en 1970 compte désormais près de 80 enregistrements et offre un nouvel album qui témoigne d’une grande maturité. Le Collegium Vocale Gent a, au cours des dernières années, exploré plusieurs styles, époques et genres très variés. Toutefois, il revient ici à l’essentiel de sa production, soit la musique baroque du nord de l’Allemagne et plus particulièrement celle de Johann Sebastian Bach. Cet album propose quelques cantates d’une des périodes les plus faste de la vie de Bach, soit celle de Leipzig. En effet, ce dernier compose pendant ses premières années en cette ville quatre passions, plusieurs oratorios et près de trois cent cantates sacrées. Ceci n’est cependant pas étonnant puisque Bach était Thomaskantor et Director Musices de Leipzig. Ainsi, il était appelé à composer une nouvelle cantate à chaque dimanche de même que pour les jours de fêtes, à l’exception des dimanches de l’Avent et de la Passion, exempts de musique. Bach détenait alors un poste influent, impliqué dans l’éducation des chantres et responsable des quatre églises de Leipzig : Saint-Nicolas, Saint-Thomas, Saint-Mathieu et Saint-Pierre. Le besoin annuel de musique était important, soit environ une soixantaine de pièces, principalement des cantates. Ce sont celles des première années de Bach à Leipzig (1723-1724) qui ont attiré l’attention de Herreweghe pour le présent album. Celles-ci sont d’autant plus intéressantes qu’elles offrent un instrumentarium plus riche que celui de la période de Weimar de Bach, mettant en scène une plus grand virtuosité et exigeant davantage de qualités musicales aux interprètes. La première cantate de l’album, Ich elender Mensch, wer wird mich erlösen (BWV 48), est écrite pour le 19ème dimanche après la Trinité (créée le 3 octobre 1723). L’effectif instrumental est constitué d’une trompette, de deux hautbois, deux violons, alto, basse continue, deux voix solistes (alto, ténor) et un choeur à quatre voix. L’interprétation qu’offre le Collegium Vocale Gent est raffinée, juste, et elle met de l’avant une caractéristique qui a fait la renommée de l’ensemble, soit une intonation et une articulation suivant de près les inflexions du texte et sa rhétorique. Nous retenons également la clarté de la voix de Damien Guillon à la partie d’alto. Herr, wie du wollt, so schick’s mit mir (BWV 73) annonce le cycle des cantates-choral qui commence en juin 1725. Cette période est marquée d’une exploration des différentes possibilités offertes par les sections chorales des cantates chez Bach. Le tissu orchestral est plus dense et laisse ici une large place au hautbois, très bien rendu par la sonorité riche du hautboïste Marcel Ponseele. Sie werden euch in den Bann tun (BWV 44) est l’ultime composition de la première année à Leipzig dans laquelle brille ici la soprano Dorothe Mields. Cette dernière cantate ainsi que Ich glaube, lieber Herr, hilf meinem Unglauben! (BWV 109) viennent conclure la sélection de l’album auquel s’ajoute un aria à cinq voix de Johann Schelle (1648-1701), compositeur également important de l’histoire musicale de la ville de Leipzig. Cet album rend honneur à la haute réputation de l’ensemble, de son directeur et de ses solistes qui ont de toute évidence encore beaucoup à apporter à ce vaste répertoire.
Hubert Bolduc-Cloutier

Son 9 - Livret 8.5 - Répertoire 8 - Interprétation 10

 

 

2 commentaires

  1. Ping : Retour aux sources pour le Collegium Vocale Gen...
  2. Ping : Retour aux sources pour le Collegium Vocale Gen...