Tamis orchestral

par hwayoung dating

Dimitri CHOSTAKOVITCH
(1906-1975)
Symphonie de chambre op. 73a–Symphonie de chambre op. 83a
The Re-Orchestra, dir. : Roberto BELTRÀN-ZAVALA
DDD–2015–72’ 32’’–Texte de présentation en anglais, allemand et français–Bis 2227

Les deux œuvres enregistrées sur ce disque sont hybrides : elles sont dues à Dimitri Chostakovitch et, en même temps, elles ne le sont pas. Il s’agit en l’occurrence des Quatuors n° 3 et n° 4 composés en 1946 et en 1949 et orchestrés pour une formation de chambre par Rudolf Barchaï (1924-2010). D’où   la présence de la petite lettre a accolée au numéro d’opus. En d’autres mots, deux quatuors passés par un tamis orchestral. Fallait-il le faire ? Ce qui est sûr, c’est que Dimitri Chostakovitch, lui, a donné son accord à Rudolf Barchaï et que, pour sa part, ce dernier s’est très consciencieusement attelé à cette tâche et qu’il a veillé à respecter les tessitures orchestrales que le compositeur soviétique a souvent utilisées dans la plupart de ses partitions symphoniques et de ses concertos. On n’est pas ainsi étonné d’entendre une harpe dans la Symphonie de chambre op. 73a – une harpe qui, comme le dit le chef mexico-néerlandais Roberto Beltrán-Zavala, « apporte une couleur éthérée » soulignant le caractère étrange, et même ambigu, de l’œuvre. Il n’empêche ! Bien qu’ils soient devenus populaires, ces deux opus n’ont rien d’exceptionnel, et aucun mélomane ne s’indignerait s’ils n’étaient pas disponibles sur un CD. À ce propos, on a du mal à comprendre pourquoi ils sont accompagnés ici par trois morceaux dits « traditionnels » : Turceasca si hora de la Goicea (Danse turque et danse de Goicea), Suite de mélodies roumaines et Danse klezmer russe. Trois morceaux complètement dénués d’intérêt.
Jean-Baptiste Baronian

Son 8 – Livret 7 – Répertoire 6 – Interprétation 7

Les commentaires sont clos.