Une nouvelle réussite du Quatuor de Jérusalem

par read here

Ludwig
van BEETHOVEN
(1770-1827)
Quatuors à cordes opus 18 n° 1 à 6
Jerusalem Quartet
2015-DDD-2h33'24-Textes de présentation en français, anglais et allemand-Harmonia Mundi HMC 902207/08 (2 cd)

Le talentueux Quatuor de Jérusalem s'attaque, avec cette parution, à l'alpha du corpus que Beethoven dédia au quatuor à cordes, un alpha d'une incroyable maîtrise mais qu'il n'aborda toutefois qu'à l'âge de 30 ans, à la fois inspiré et rendu prudent devant les cimes atteintes par Haydn et Mozart dans ce domaine. Nos musiciens ont choisi d'enregistrer les six oeuvres dans leur ordre probable de composition qui, on le sait, ne correspond pas à celui de leur publication. C'est ainsi que le premier disque s'ouvre sur le 3e quatuor, suivi respectivement par les 1er et 2e. Le second cd, cependant, reprend l'ordre numérique alors que, chronologiquement, le 5e devrait précéder les deux autres. La notice ne s'en explique pas mais ce n'est là que détail. Aujourd'hui encore, ces six pièces sont toujours considérées comme relativement faibles par rapport aux sommets à suivre, en particulier le 4e, jugé trop « facile » de nos jours alors qu'il fut, du temps du compositeur, le seul à avoir été réellement apprécié précisément pour son côté plus abordable, au grand dam du maître. Les autres déconcertèrent et agacent encore un peu au 21e siècle par leur profusion d'idées ingénieuses, voire géniales, mais jamais exploitées en totalité et se télescopant de manière un peu brouillonne. Il n'empêche: de nombreux ensembles ont su y déceler toutes les innombrables beautés, à commencer par les Végh, Berg et Amadeus (2 versions chacun), les Budapest (4 au moins) etc. Le Quatuor de Jérusalem vient à son tour apporter sa pierre à l'édifice, une pierre de belle taille qui brille des mille feux produits par des archets toujours virtuoses mais justes, dans des lectures sans cesse proche de la perfection. On ne s'ennuie pas un instant dans cette vision qui toujours relance le discours et passionne par une très judicieuse variation des climats et une dynamique en tous points réjouissante. Nerveuses sans être crispées, denses mais jamais lourdes, ces interprétations respirent une parfaite maîtrise d'un monde où les quatre artistes se meuvent avec aisance: sans doute le fruit d'une longue fréquentation. Nous pourrions citer nombre de moments magnifiques dans cette intégrale mais nous nous contenterons de relever l'ultime mouvement du 6e quatuor, la célèbre Malinconia, étrange et fascinante, qui virevolte ici avec une facilité confondante, pour notre plus grand bonheur. Un très bel album.
Bernard Postiau

Son: 10 Livret: 10 Répertoire: 10 Interprétation: 10

Les commentaires sont clos.