Des joyaux de la musique anglaise pour violoncelle

par
Lyrita
John IRELAND (1879 - 1962) Sonate pour violoncelle et piano Arnold BAX (1883 - 1953) Sonate pour violoncelle et piano Frederick DELIUS (1862 - 1934) Sonate pour violoncelle et piano (transcription de la sonate pour violon et piano n° 3) Lionel HANDY (violoncelle), Jennifer HUGHES (piano) 2017-DDD-70'52-Textes de présentation en anglais-Lyrita SRCD 361 La sonate de John Ireland n'est pas inconnue des mélomanes. Dès 1928, le compositeur la gravait en accompagnant au piano Antoni Sala (Dutton), tandis que le grand André Navarra et Erik Parkin en donnaient leur vision au début des années 1970 (Lyrita). Enfin, dans le 2ème volume de son anthologie dédiée aux oeuvres pour violoncelle de compositeurs britanniques, le label Chandos la propose également, cette fois interprétée par Paul et Huw Watkins. Ecrite en 1923, créée par Béatrice Harrison, celle-là même qui enregistrera la première version, toujours admirée, du concerto d'Elgar avec ce dernier au pupitre, cette page peut être qualifiée de post-brahmsienne. L'archet voyage sur tout l'ambitus de l'instrument et demande une technique consommée. Au premier mouvement, très tumultueux, succède un poco largamente très lyrique, dans lequel le violoncelle de Lionel Handy fait merveille. Le finale, capricieux, a peut-être été inspiré à Ireland par un groupe de tumuli datant de l'âge du bronze situé dans le West Sussex, un des paysages favoris de Ireland. Arnold Bax est surtout connu pour ses splendides poèmes symphoniques, dont le célèbre Tintagel, et ses symphonies qui comptent au nombre des plus belles écrites au 20ème siècle. Il ne faut pourtant pas négliger sa musique de chambre, pas plus que sa musique pour piano, car l'une et l'autre recèlent des merveilles. C'est le cas de sa sonate pour violoncelle et piano, laquelle a connu, à l'instar de celle de Ireland, plusieurs très belles gravures. Tout amateur de ce bel instrument ne pourra que tomber sous le charme de cette splendide composition qui en exploite avec un art consommé toutes les possibilité expressives dans une atmosphère qui rappelle parfois Debussy, voire Ravel dans le 2ème mouvement. Enfin, notre artiste nous surprend en nous proposant sa propre transcription de la 3ème sonate pour violon et piano de Frederick Delius alors que ce dernier a bel et bien écrit une fort remarquable sonate pour violoncelle. Page majeure de la musique de chambre anglaise du 20ème siècle, elle s'accommode très bien de l'arrangement, lequel lui confère des couleurs plus sombres qui conviennent à l'univers introspectif du plus français des compositeurs anglais. Ici aussi, l'intensité lyrique est palpable et l'interprète ne se prive pas pour nous la faire vivre. Indispensable à tout amateur de beau violoncelle. Un fort beau disque. Bernard Postiau Son 10 - Livret 10 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>