Le Fauré de Michel Dalberto

par
Fauré Dalberto
Gabriel FAURE (1845 - 1924) Ballade en fa dièse majeur, Op. 19 – Impromptu n°3 en la bémol majeur, Op. 34 – Nocturnes n°6 en ré bémol majeur Op. 63, n°7 en ut dièse mineur Op. 74, n°9 en si mineur Op. 97, n°11 en fa dièse mineur Op. 104 n°1, n°13 en si mineur Op. 119 – Thème et variations en ut dièse mineur, Op. 73 Michel Dalberto, piano Bechstein 2017-Live-73’49-Textes de présentation en français, anglais et japonais-Aparté-AP150 Le label Aparté fait paraître fin de semaine un enregistrement, particulièrement attendu des amoureux de la musique française, dédié à Gabriel Fauré par le pianiste Michel Dalberto. Dans ses « réflexions personnelles sur Gabriel Fauré », Dalberto admet et assume avec simplicité que durant ses études, la musique de Fauré ne figurait d’abord pas au centre de ses préoccupations et que ce n’est que lentement et par le biais de la musique de chambre qu’il goûta à la richesse de cette musique. La musique pour piano de Fauré, notamment ses derniers opus où le matériau polyphonique se veut de plus en plus complexe, témoigne d’une haute maturité d’esprit et de recherches sonores, rendant parfois son approche difficile. Michel Dalberto le signale avec clairvoyance : « Si on comprend la polyphonie fauréenne, le sens caché de sa musique apparaît soudain beaucoup plus clair et ce qui semblait au début incompréhensible devient comme évident ». Après un Debussy unanimement salué par la presse en 2015, nul doute que le Fauré de 2017 recueillera les mêmes éloges. Sur un piano Bechstein clair et précis, Michel Dalberto donne à savourer une très large palette de couleurs en harmonie avec un jeu à la fois délicat, brillant et précis. Deux pièces s’imposent ici : la Ballade Op. 19 d’une part, où le matériau complexe se dote d’une très belle visibilité contrapuntique tandis que la ligne mélodique ne souffre à aucun instant des arabesques virtuoses de chaque épisode, et les Thème et variations Op. 73 d’autre part, où la lucidité de son interprète offre un propos limpide, tantôt délicat, tantôt vif. C’est aussi le sens de la ligne, de la direction et de la compréhension formelle qui frappe ailleurs. Le Troisième Impromptu se verra presque improvisé alors que la rondeur du son et la pédalisation exposeront beaucoup d’âme dans les différents Nocturnes sélectionnés. Michel Dalberto n’a incontestablement pas choisi les pièces de Fauré les plus faciles et les plus accessibles. Mais force est de constater que par son expertise et son discernement de la musique française, tout devient évident et transparent. Une référence ! Ayrton Desimpelaere Son 10 – Livret 10 – Répertoire 10 – Interprétation 10  

2 commentaires

  1. masters education

    Have you ever thought about writing an e-book or guest authoring on other websites? I have a blog based upon on the same subjects you discuss and would love to have you share some stories/information. I know my viewers would appreciate your work. If you are even remotely interested, feel free to shoot me an e mail.

  2. jobs at home

    Howdy! This post couldn't be written any better! Looking through this article reminds me of my previous roommate! He continually kept talking about this. I'll send this post to him. Pretty sure he's going to have a good read. Thanks for sharing!

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>