Le Journal

Récital de Kamil Ben Hsaïn Lachiri à l’IMEP

par

Ce 3 février à 20H, dans la grande salle de l’Imep, Kamil Ben Hsaïn Lachiri proposera une soirée en compagnie de Mozart, Borodine, Poulenc, Wolf, Lully et Verdi.
Il sera accompagné au piano par Daniel Thonnard.
Kamil Ben Hsaïn Lachiri
débute le piano à 4 ans auprès de Cristina Todea avant de rejoindre la classe de Stéphanie Salmin au Conservatoire de Namur puis l’IMEP quand, à 15 ans, il peut intégrer la classe de Fabian Jardon avec le statut de Jeune Talent. Aujourd’hui, il y poursuit son master en chant avec Françoise Viatour et de Benoît Giaux. Licencié en piano classique, Maître en Economie (UCL) et en Finance (Univ. de Genève), il vient d’être admis dans la section MMSoloist de La Monnaie et à l’EVD de l’Imep.
Il a récemment assumé le rôle-titre de Gianni Schicchi (Puccini) à Namur et la cover du Comte Almaviva (Nozze di Figaro, Mozart) aux Mozartiades de Bruxelles. En janvier 2016, il interprétait Il Ballerino dans l’Opera Seria de Gassmann à La Monnaie sous la direction de René Jacobs. C’est là aussi qu’en 2015, il avait débuté en cover du messager d’Achille dans la création mondiale Penthesilea de Pascal Dusapin.
Sa saison 2016-17 est marquée par trois Papageno : à l’Opéra Royal de Wallonie, en tournée en Belgique et à la Chapelle Musicale Reine Elizabeth. Il fait aussi ses débuts à l’Opéra Garnier dans Eliogabalo sous la direction de Leonardo Garcia Alarcon, il sera Pisandre (Pénélope de Fauré) à La Monnaie sous la direction de Michel Plasson et Mazetto (Don Giovanni de Mozart) au Théâtre Royal du Parc.
Choriste avec le Chœur de Chambre de Namur (Versailles, Paris, Lyon, …) et au Chœur de La Monnaie (Vestale de Spontini, Alcina de Haendel et Grande Messe des Morts de Berlioz), basse soliste au National Opera d’Amsterdam (Alcina de Haendel), le jeune homme complète son apprentissage avec des chefs et pédagogues tels Christophe Rousset, Guy Van Waas, Leonardo Garcia Alarcon, Pascal Dusapin, Elise Gäbele, Ana Camelia Stefanescu, Patrick Leterme, Daniel Thonnard, Benoît Mernier et David Miller.
Kamil Ben Hsaïn Lachiri est lauréat d’un certain nombre de concours de piano et de chant : 1er Prix du Concours Summerfest de Maastricht (2014); 1er Prix des Concours « CNTAL » à Liège (2016), et «Voices of Shakespeare» à Metz (2016).
Actuellement, Kamil Ben Hsaïn Lachiri compte parmi les trois finalistes du Honda Competition for Classical Music destiné aux étudiants et jeunes diplômés des institutions supérieurs de formation musicales en Belgique. La finale se déroulera au Conservatoire de Bruxelles le 19 février prochain.
Entrée gratuite. A vos agendas !

Capitale Culturelle en Suisse

par

Un témoin s’en est allé

par

Nous venons d’apprendre le décès vendredi de Max Wilcox, la mémoire d’une époque.
En effet, Max Wilcox a travaillé pendant 50 ans dans l’industrie du disque. C’est dire qu’il a connu des gens, des événements, des bouleversements.
Max Wilcox, c’est aussi le producteur d’Arthur Rubinstein pendant 17 ans chez RCA.
A 88 ans, Max Wilcox s’en est allé avec ses 17 Grammy Awards.

Décès d’une personnalité musicale en Estonie

par

Le compositeur estonien Veljo Tormis est décédé ce vendredi 21 janvier 2017 à l’âge de 86 ans. Ce fils de chef de chœur et professeur de musique a été initié très jeune au chant choral et, à 13 ans, il débute sa formation musicale à Tallinn et, après la Seconde Guerre mondiale, au Conservatoire de Moscou.
Son parcours n’a pas été simple et il s’en était ouvert dans une interview : d’abord, je voulais être organiste mais en ’48, la classe d’orgue était fermée pour des raisons idéologiques. C’était Staline. J’ai dû choisir un autre métier ! J’ai essayé la direction chorale, mais cela ne marchait pas parce qu’il il n’y avait pas d’églises et mon professeur m’a dit: ‘Choisissez une autre profession « .  La composition, c’est mon troisième choix !
De 1969 à sa retraite en 2000, Veljo Tormis a composé quelque 500 pièces chorales généralement a cappella et d’après des chants traditionnels nordiques (les regilaul, chansons runiques balto-finnoises), principalement estoniens : une volonté manifeste de sauvegarder la richesse du patrimoine musical traditionnel de son pays et de l’inscrire dans le présent. Son leitmotiv est devenu célèbre : « Ce n’est pas moi qui utilise la musique folklorique, c’est la musique folklorique qui m’utilise ».
Il a aussi été le compositeur de pièces instrumentales et vocales et de quelques bandes originales de films.
Compositeur majeur du 20e siècle en Estonie, son travail a néanmoins traversé les frontières: il a été joué dans toute l’ex-URSS, en Europe de l’Est et jusqu’aux Etats-Unis. Il a aussi été largement récompensé : Prix Staline en 1974, Prix de l’artiste populaire de l’URSS en 1987 et, en 2010, Ordre du Blason national d’Estonie pour services rendus par un citoyen.

Deux lauréats des ICMA réunis à Genève

par

Avec le rôle-titre de l’opéra Il Giasone de Francesco Cavalli, le contre-ténor Valer Sabadus (*) fera ses débuts au Grand Théâtre de Genève et dans le rôle ce 25 janvier.

Il Giasino, œuvre écrite en 1649 pour le Teatro San Cassiano et son public festif, contient tous les ingrédients pour une expérience sensuelle et impressionnante du théâtre musical. A Genève, c’est Leonardo Garcia Alarcon (**), spécialiste de la musique baroque et de la pratique historique d’exécution, qui sera au pupitre pour une version remaniée de la partition de Cavalli. Parmi les autres exécutants, on compte la mezzo-soprano Kristina Hammarström, la soprano Kristina Mkhitaryan et le ténor Raúl Giménez ainsi que la Cappella Mediterranea et le chœur du Grand Théâtre de Genève.

(*) Young Artist of the Year, ICMA 2013
(**) Early Music Award, ICMA 2017

Retour triomphal à Milan

par

Riccardo Muti était ce week-end à Milan avec « son » Chicago Symphony Orchestra : une première à La Scala depuis sa démission en 2005.
Dès son entrée sous une ovation, il a pris le micro pour dédier le concert aux victimes des récents tremblements de terre et leur consacrer une minute de silence.
La fin du concert marquait le début d’une ovation qu’il a interrompue après 5 minutes pour annoncer le bis : en 1986, j’ai commencé mes merveilleuses années dans ce théâtre avec Nabucco. Nous allons en jouer l’ouverture.
Une ovation debout a couronné la soirée.

Le harcèlement scolaire à l’Opéra Bastille

par

Du 21 au 28 janvier, à l’Opéra Bastille, une comédie musicale abordera le thème du harcèlement à l’école avec humour et gravité.
Rose et Rose est une création du CREA, le centre de création vocale et scénique d’Aulnay-sous-Bois et de la librettiste Valérie Alane, et elle est interprétée par une quarantaine de jeunes mettant en scène le calvaire d’une adolescente de 13 ans.
Avec chansons, danse, et vidéos, les scènes évoquent la détresse de la jeune fille, la cruauté de ses bourreaux, l’indifférence complice des autres élèves mais aussi l’aveuglement des adultes.
Le spectacle ne souhaite pas véhiculer de message moralisateur : adultes et jeunes doivent « être attentifs » et les victimes « ne pas avoir peur de parler »,
Les représentations accueilleront de nombreux scolaires, mais le fondateur du CREA regrette le manque de contact avec l’Education Nationale : le spectacle « aurait pu être filmé et projeté dans des écoles ». Selon plusieurs études, 7% des 3,2 millions de collégiens français se disent victimes de harcèlement « sévère ».

Alerte VOL !

par

Une alerte internationale vient d’être lancée : un violon moderne Luc Deneys a été volé sur la ligne 8 du métro de Madrid le 19 décembre dernier.
Fabriqué en Belgique en 2014, l’instrument porte le numéro 14.02 et le nom de Luc Deneys. L’étui est noir et contient un archet.
Les informations sont à communiquer au +34 615 153 265.

Nuages sur Montpellier…

par

Le Festival Radio France Montpellier Occitanie pourrait subir une coupure budgétaire initiée par la Région.
Lors du dernier conseil d’administration, l’annonce d’une baisse de 200 000 euros de la subvention du conseil régional a jeté un froid. Le budget 2017 n’a pas été voté, ni le renouvellement de la convention liant pour trois ans le festival avec ses tutelles : l’Etat, la Métropole de Montpellier et le Conseil régional. Ce dernier qui allouait jusqu’à présent une subvention de 2,5 millions d’euros (65% du budget global) est la principale tutelle.
Et Mathieu Gallet, Président de Radio France, se dit d’autant plus « surpris » que le programme de la prochaine édition est déjà finalisé : faudra-t-il être l’amputer ?

Au Conseil régional, on est très prudent : « La baisse de 200 000 euros préjugerait du budget régional qui n’a pas encore été voté » (la séance est fixée au 2 février).
Le Conseil régional explique que la Région travaille à la définition d’une politique culturelle globale, juste, et qui maille l’ensemble des territoires. Des réunions de travail sont en cours entre les différents partenaires du festival y compris au niveau financier […] Il y aura probablement une modification dans les interventions de la Région sur le festival  mais nous ne pouvons pas, à ce stade, confirmer le montant définitif de l’aide totale qui ne se résume pas à la seule subvention ».

Mais à la direction du Festival, Jean-Pierre Rousseau plane au-dessus de tout ça : « Tout devrait rentrer dans l’ordre lors du prochain conseil d’administration […] Il n’est pas question de toucher au programme. Il a d’ailleurs reçu l’approbation de tous les partenaires. Si des économies doivent être réalisées, elles ne se feront pas sur la partie artistique. […] Une diminution des ressources du festival placerait la présidente de la Région en situation schizoprénique car elle est aussi co-présidente du festival. Et dans le même temps, il évoque le coût prohibitif de la location du Corum géré par Events (société mixte où cohabitent la Métropole de Montpellier et le Conseil régional) et il annonce trois opéras parmi les têtes d’affiche.

Francisco Vinas 2017

par

Le jeune ténor Petr Nekoranec (Tchéquie, 24 ans) vient de remporter le Premier Prix du Concours International de Chant Francisco Vinas à Barcelone qui comptait cette année 511 candidats de 62 pays.
Le 2e Prix va à la soprano guatémaltèque Adriana González et le 3e au baryton catalan Carlos Pachón.

Page 1 / 2901231020Dernière page »