Le Journal

Vincerò :  Première édition du Concours International d'Opéra en mémoire de Caruso

par

Le concours  International d'Opéra en mémoire de Caruso “ Vincerò” se déroulera à Naples en octobre prochain. Il s'agit du premier concours d'opéra italien dont le but est la diffusion de la culture musicale et la découverte  de nouveaux talents du chant. 

Après les deux premières sélections internationales, la finale aura lieu à Naples le 31 octobre 2021 (grand gala avec orchestre et retransmission en direct), en l'honneur et à la mémoire du grand ténor Enrico Caruso, cent ans après sa mort. 

À Naples, les finalistes seront jugés par un jury d'excellence constitué des directeurs artistiques et les surintendants des onze principaux théâtres du monde : Teatro alla Scala de Milan, Metropolitan Opera House de New York, Festival de Salzbourg, Royal Opera House Covent Garden de Londres, Teatro Real de Madrid, Opéra national de Paris, Teatro de la Monnaie de Bruxelles, Théâtre national de Prague, Deutsche Oper de Berlin, Semperoper de Dresde, Théâtre du Bolchoï de Moscou. En finale, il y aura également le jugement des critiques avec six critiques, référents de magazines et journaux musicaux internationaux dont Pierre-Jean Tribot, Rédacteur en chef de Crescendo Magazine. 

L'inscription au concours, réservé aux chanteurs nés entre 1985 et 2003, est ouverte jusqu'au 20 mai 2021. Toutes les informations et les procédures d'enregistrement sont disponibles sur le site web : www.vincerocompetition.org

 

Un récital de Clara Inglese en direct de Mons

par

La soprano Clara Inglese (qui collabore également à notre média) et le pianiste Charly Delbecq proposent un concert en direct sur le net depuis Mons :  deux cycles de Robert Schumann (Liederkreis, op. 39, et Frauenliebe-und-Leben , op. 42), ainsi qu'une toute nouvelle création d'Adrien Tsilogiannis, sur un poème de Pierre Jean Jouve, Mnémosyne. Rendez-vous le mardi 2 mars à 12h15 sur la toile et aussi sur  Facebook 

 

Alevtina Ioffe, une première en Russie

par

La cheffe Alevtina Ioffe entre dans l'histoire : le Théâtre Mikhailovsky de Saint-Pétersbourg vient de la nommer à sa tête et elle sera la première femme à occuper ce poste dans une grande institution artistique russe.

Alevtina Ioffe dirige actuellement le Théâtre d'opéra et de ballet pour jeunes publics de Moscou et elle est première cheffe invitée du Théâtre d'opéra et de ballet de Saha, en République de Iakoutie (Russie). Plus près de nous, elle a déjà fait ses débuts avec le Deutsche Oper Berlin et le Bayerische Staatsoper.

Pour le directeur artistique Vladimir Kekhman, la carrière d'Alevtina Ioffe est une percée dans le monde "masculin" de la musique russe. Aujourd'hui, le Théâtre Mikhailovsky est confronté à une tâche importante qui consiste à la fois à préserver le répertoire classique et à créer des productions expérimentales. Brillante et inventive, Alevtina Ioffe nous convient parfaitement. Son expérience antérieure au même poste au théâtre musical pour enfants est très pertinente car élever un public d'enfants qui chérira nos traditions culturelles est une tâche importante.

 

Décès d'une pionnière espagnole

par

Nos confrères de Scherzo (Espagne) rendent aujourd'hui un fervent hommage à une pionnière de la musique ancienne dans leur pays.
"[...] Genoveva Gálvez est décédée hier à Madrid, à l'âge de 92 ans. Née à Orihuela, elle a porté en Espagne non seulement la réintroduction du clavecin mais aussi de la musique de Domenico Scarlatti, Antonio Soler, Sebastián de Albero ou, bien sûr, Antonio de Cabezón.
Elle a étudié le piano au Conservatoire supérieur de Madrid où elle a été l'élève de José Cubiles. C'est là qu'elle a obtenu son Premier Prix. Puis elle a obtenu un diplôme de philologie romane à l'Université Complutense de Madrid, dans le choeur de laquelle elle a commencé à chanter comme soprano. En tournée en Allemagne avec le choeur, elle a rencontré à Munich José Luis Delas qui l'a encouragée à entamer de nouvelles études pour compléter ses connaissances. Elle s'est alors engagée là en faculté de musicologie, avec une spécialisation dans la musique ibérique, auprès de professeurs tels que Rafael Puyana et Clemente Terni.

En 1959, retour en Espagne où elle commence à enseigner le clavecin et la musique de chambre à Saint-Jacques de Compostelle. Le succès de ses cours lui vaut de rejoindre le personnel académique des Cours internationaux de musique à Compostelle lorsque Franz Peter Goebbels prend sa retraite. Là elle croise, entre autres, Alicia de Larrocha, Victoria de los Ángeles, Andrés Segovia ou Conchita Badía.

En 1972, elle commence à enseigner le clavecin au Conservatoire de Madrid. Sa renommée grandit au point que plusieurs universités américaines l'invitent à donner des master classes, comme le fait aussi la Schola Cantorum Basiliensis.

Au disque, elle laisse une douzaine d'enregistrements de compositeurs divers tels Bach ou, évidemment, le fameux Scarlatti mais aussi une des Recercadas del Tratado de Glosas de Diego de Ortiz (Hispavox) où elle est accompagnée à la viole de gambe par le jeune Jordi Savall.

Genoveva Gálvez vivait à Madrid dans un appartement rempli d'instruments à clavier anciens d'une valeur inestimable. La nouvelle de son décès a été annoncée par Diego Ares, un de ses derniers élèves qui la considérait comme une seconde mère. Il lui avait proposé en janvier de réaliser un documentaire sur l'histoire du clavecin en Espagne, ce qu'elle a volontiers accepté [...] Trop tard...
Sur sa page Facebook, Ares évoque ses souvenirs : En 2014, j'ai eu la chance de travailler avec elle la technique et l'interprétation. Cette rencontre a marqué un tournant dans ma vie, et mon admiration artistique s'est doublée d'une affection personnelle et d'une amitié sincère. Pour beaucoup, l'étiquette de "pionnier" marquera son souvenir [...] Mais en réalité, la grandeur de Genoveva n'est pas circonstancielle, elle est essentiellement artistique."

Nouvelle direction à l'Opéra de Leipzig

par

Le 1er août 2022, Tobias Wolff prendra la direction de l'Opéra de Leipzig avec sa nouvelle équipe de direction : Cornelia Preissinger pour la double fonction de directrice de l'opéra et d'intendant adjoint, Marlene Hahn qui sera dramaturge en chef, et Christoph Gedschold, Kapellmeister depuis la saison 2015-16, au poste de directeur musical. Jusqu'en mai 2021, Tobias Wolff reste à la direction du Festival international Haendel de Göttingen 2021. Il annoncera le nouveau programme et l'orientation de la saison 2022-23 de Leipzig (Opéra, Musikalische Komödie et Ballet) au cours du premier trimestre 2022.

Qui sont-ils ?

Tobias Wolff a obtenu son diplôme de musique au Trinity College de Cambridge en 1998 et étudié l'alto à la Folkwang Universität der Künste Essen et à la Robert-Schumann Hochschule de Düsseldorf jusqu'en 2002. Ses premiers engagements professionnels ont eu lieu au Festival international de Beethoven à Bonn et au Deutsche Oper am Rhein.
Il vit à Leipzig depuis 2002, où il a travaillé comme musicien indépendant, agent de concert et journaliste musical. En 2006, il est devenu conseiller artistique en chef et directeur du marketing du Theater Altenburg-Gera. En même temps, il a suivi un cours de gestion à la HHL Leipzig Graduate School of Management en 2011, obtenant un MBA international. La même année, il a été nommé directeur général du Festival international Haendel de Göttingen qu'il a repositionné sur la scène internationale. En cette année Corona, Tobias Wolff s'est impliqué dans la politique culturelle comme co-fondateur et porte-parole du Forum Musik Festival, une association regroupant plus de 100 organisations de festivals de toute l'Allemagne.

Cornelia Preissinger a étudié la musicologie, le théâtre et la littérature allemande moderne à l'université Ludwig-Maximilian de Munich. Sa thèse de maîtrise à la LMU a reçu le prix d'encouragement pour jeunes universitaires de la Richard-Strauss-Gesellschaft Munich en 1989. Elle a terminé en 1993 son doctorat sur les principes de conception vocale et instrumentale de Johannes Brahms dans les Vier ernste Gesänge Opus 121.  Son parcours professionnel cumule des expériences diversifiées : directrice d'opéra, planificatrice artistique et dramaturge du Deutsche Oper am Rhein, du Landestheater Linz, du Staatstheater Kassel et, jusqu'en 2019, intendante adjoint de l'Opéra d'État de Hanovre. Comme dramaturge, elle a supervisé de nouvelles productions et des premières mondiales, accompagné des séries de musique de chambre et a lancé de nouveaux projets éducatifs pour les enfants et les adultes. Sans compter ses articles, ses conférences sur la musicologie et l'histoire de la musique et les jurys auxquels elle a participé.

Marlene Hahn a fait ses études à l'Université d'Augsbourg où elle a obtenu des diplômes en allemand, en histoire de l'art et dans le cours interdisciplinaire d'élite "Éthique des cultures textuelles". Elle avait alors déjà travaillé un an à New York (marketing et gestion des ventes). Pendant son cursus universitaire, elle a travaillé au Brechtfestival annuel d'Augsbourg et au Mozartfest de Würzburg. Elle a été assistante à la mise en scène pour diverses productions d'opéra. Dès avant la fin de sa formation, elle a accepté un poste de dramaturge à temps plein au Théâtre d'État d'Augsbourg (théâtre musical et concerts) et elle a assuré la direction artistique du bal de l'opéra d'Augsburg de 2012 à 2016. Elle est dramaturge à l'Opéra de Graz depuis 2015. Outre ses propres oeuvres, elle y a dirigé la production de Hotel Elefant en 2017, un collage d'opéra sur l'histoire culturelle de Graz. En 2021, elle a mis en scène une production de l'opéra moderne The Corridor de Harrison Birtwistle. Elle a monté des programmes éducatifs autour de plusieurs compositeurs pour des concerts d'enfants à Augsbourg, Graz et Bonn. Elle est à l'origine aussi de la série vidéo Klappe auf ! produite par l'Opéra de Graz et assure la direction artistique du spectacle de minuit de l'Opernredoute de Graz.

Pendant ses études de piano et de direction d'orchestre à Leipzig et Hambourg, Gedschold était répétiteur pour le Studio international d'opéra de l'Opéra de Zurich. Il a été nommé Kapellmeister et répétiteur en 2002 au Théâtre de Lucerne et il a travaillé pour Claudio Abbado, Mariss Janssons et Pierre Boulez au Festival de Lucerne. En 2005, il a assisté Ulf Schirmer au Festival de Bregenz et, la même année, il a commencé à travailler au Théâtre d'État de Nuremberg. Il a été nommé premier Kapellmeister au Théâtre d'État de Karlsruhe en 2009. Il a rejoint l'Opéra de Leipzig pour la saison 2015-16 et a depuis dirigé les premières du Freischütz, du Château de Barbe-Bleue, de Rusalka et bien d'autres. Depuis 2015, il a dirigé régulièrement en tant qu'invité dans les plus grandes maisons d'opéra allemandes. Il a dirigé la première de Die Passagierin de Mieczysław Weinberg au Semperoper de Dresde et à l'Opéra de Francfort, Rusalka et La Flûte enchantée à Cologne, la première de Götterdämmerung à Oviedo, en Espagne, repris des représentations de Simon Boccanegra, La Traviata, Katja Kabanova, Manon Lescaut et Die tote Stadt à Hambourg, Ariadne auf Naxos à Francfort et Turandot à Cologne. Outre sa coopération régulière avec le Gewandhausorchester, Christoph Gedschold a dirigé la Staatskapelle Dresden, le Hamburg Philharmoniker, le MDR Sinfonieorchester, la Deutsche Radio Philharmonie Saarbrücken et le Gürzenich Orchester à Cologne, il a été invité par l'Orchestre Symphonique de Montréal, le Sinfonieorchester Basel et le New Japan Philharmonic à Tokyo.

Le piano mexicain est en deuil

par

Luz María Puente, une des plus grandes pianistes mexicaines, est décédée à l'âge de 97 ans.
Née à Los Angeles en 1923, elle s'installe très tôt au Mexique, étudie au Conservatoire National de Musique de Mexico avec Alberto Montero et Angélica Morales, puis se perfectionne avec Jörg Demus, Guido Agosti et Michele Campanella.

On la retrouve au concert dans les principales salles d'Amérique centrale, des États-Unis et d'Europe sous la baguette de chefs tels que Sergiu Celibidache, Lorin Maazel, Carlos Chávez, Eduardo Mata ou Enrique Bátiz. Chambriste aussi, elle a fait partie du Cuarteto México et du Cuarteto Bellas Artes.
Mais elle s'est aussi distinguée par son intense activité pédagogique et, en 2017, elle a été honorée de la Médaille des Beaux-Arts Bellas pour l'ensemble de sa carrière.

Nicole Braunger reste à Karlsruhe

par

Nicole Braunger restera Directrice du Badisches Staatstheater jusqu'à l'été 2024.
Une décision qui va "dans le sens de la continuité, de la poursuite de la construction du profil et du développement artistique de la division opéra de la maison".

Rififi sur la scène tchèque

par

Le directeur de l'Orchestre Symphonique Municipal de Karlovy Vary -fondé en 1835 par Josef Labicky- a été licencié sans motif. Selon les médias locaux, Petr Polivka avait critiqué les mesures d'austérité proposées par la ville en raison desquelles un grand nombre de musiciens de l'orchestre auraient dû être licenciés.
En réaction, le chef d'orchestre Jan Kucera a démissionné de son poste avec effet immédiat, et les pétitions en ligne se multiplient pour obtenir sa réintégration.

 

Kurt Weil revisité

par

Le musicologue Pascal Huyhn vient de republier les écrits de Kurt Weil.
Kurt Weill, de Berlin à Broadway (Éditions de la Philharmonie de Paris, février 2021) démonte les idées reçues sur le compositeur à travers une anthologie de textes, articles, entretiens, correspondances, essais critiques ou biographiques de la plume du musicien.

Musicologue et rédacteur musical à la Cité de la musique, Pascal Huynh est l'auteur de La Musique sous la République de Weimar (Fayard, 1998).
Spécialiste de la musique allemande de l'entre-deux-guerres, Pascal Huynh a publié aussi  Kurt Weill ou la conquête des masses (Actes Sud, 2000) et il a dirigé la publication du livre-catalogue Le IIIè Reich et la musique (Fayard-Cité de la musique, 2004).

Giorgio Ferrara, compétences élargies

par

Après 13 années à la tête du Festiva di Spoleto, Giorgio Ferrara devient, pour 3 ans, Directeur artistique du Teatro Stabile del Veneto qui gère la programmation du Teatro Goldoni à Venise, du Teatro Verdi à Padoue et, depuis 2019, du Teatro Comunale "Mario del Monaco" à Trévise.

Né à Rome en 1947 et formé à l'Accademia Nazionale d'Arte Drammatica "Silvio D'Amico", Giorgio Ferrara a fait ses premiers pas au théâtre comme assistant de Luchino Visconti et Luca Ronconi. Il a été directeur de l'Institut culturel italien à Paris entre 2003 et 2007 avant de prendre la direction artistique du Festival de Spoleto jusqu'à l'été dernier.
Il y a mis en scène Das verratene Meer de Hans Werner Henze, Amelia al ballo de Gian Carlo Menotti et Il giro di vite de Benjamin Britten.