Le Journal

Décès du baryton italien Gianni Maffeo

par

Le baryton italien Gianni Maffeo est décédé à l'âge de 85 ans.
Né à Vigevano, il a étudié le chant à Vercelli avec Zita Fumagalli et Joseph Robbone et a mené une importante carrière dans des théâtres italiens tels que Venise, Ravenne, Piacenza, Palerme, Naples et Vérone, ainsi que dans de nombreuses salles internationales dont celles de Madrid, Bilbao, Oviedo et Las Palmas de Gran Canaria.

De nombreux mélomanes se souviennent surtout de lui pour avoir été le choix d'Herbert von Karajan dans ses deux enregistrements de La bohème. En vidéo, on le retrouve aux côtés de Mirella Freni et Gianni Raimondi, et au disque, dans l'enregistrement le plus légendaire de l'histoire, aux côtés de Freni, Luciano Pavarotti et Nicolai Ghiaurov.

Martin Grubinger se retire

par

Le percussionniste autrichien Martin Grubinger mettra fin à sa carrière l'année prochaine. J'ai épuisé mon talent, dit-il.

Né à Salzbourg en 1983, il commence les percussions à 4 ans avec son père et apprend ses premières partitions par cœur. A 5 ans, il est déjà sur la scène et, à 8 ans, il accompagne la Philharmonie autrichienne des jeunes. Il est soliste avec un grand orchestre à 10 ans tandis qu'il travaille avec Leonhard Schmidinger et Bogdan Bacanu.

En 1999, à 16 ans, il participe à la seconde "World Marimba Competition" d'Okaya, au Japon, et y devient le plus jeune finaliste.
En 2010 et 2011, il mène le projet "The Percussive Planet", pour des concerts de quatre heures, avec un ensemble instrumental international de 28 personnes.
En 2015, il joue lors de l'entracte du Concours Eurovision de la chanson 2015 à Vienne.
En 2016, il est en concerts avec la pianiste chinoise Yuja Wang.
En 2020, au Festival de Salzbourg, avec The Percussive Planet Ensemble, il interprète "The Big Three" : Tutuguri VI (Kreuze, 1982) de Wolfgang Rihm, Pléïades (1978) de Iannis Xenakis et Drumming (Part One, 1974) de Steve Reich.

A l'Opéra de Vienne

par

Ingo Metzmacher étant malade, c'est Marc Albrecht qui dirigera, à partir du 18 janvier, la nouvelle Tosca du Theater an der Wien.

Haendel, enfants non admis

par

Ce sont nos confrères de Scherzo qui le rapportent :

"Théodora est l'un des titres emblématiques parmi les oratorios de Georg Friedrich Haendel. Sur un livret de l'un de ses collaborateurs réguliers, Thomas Morell, le compositeur saxon traite de l'histoire de la martyre chrétienne Théodora, exécutée à Antioche pendant les persécutions de Dioclétien, et des tentatives désespérées de la sauver par un soldat romain, Didymus, qui est déchiré entre l'obéissance qu'il doit à l'autorité en tant que soldat et ses propres convictions. Loin de raconter les grandes histoires de l'Ancien Testament, Haendel se concentre dans Thedora sur l'exploration des sentiments humains et l'éternel conflit entre la foi et le pouvoir civil.

L'intrigue ne semble pas laisser beaucoup de place aux digressions, mais, bien sûr, tout cela est fonction de l'imagination parfois excessive d'un metteur en scène donné. Le Royal Opera House de Londres a programmé une Theodora mise en scène du 31 janvier au 16 février (ce qui est une contradiction dans les termes, car l'oratorio est en soi un genre musical dramatique sans mise en scène, costumes ou décors). Il s'agit d'une coproduction avec le Teatro Real de Madrid, sous la direction de la metteuse en scène Katie Mitchell. Sous la direction musicale de Harry Bicket, il réunit, entre autres, la mezzo-soprano Joyce DiDonato et le contre-ténor Jakub Józef Orlinski.

Jusqu'ici, tout est normal. La surprise vient du fait que sur le site du Royal Opera House, on trouve cette recommandation : Convient aux plus de 16 ans. Cette production présente des scènes de violence explicite et de harcèlement sexuel, des scènes de violence sexuelle et d'exploitation sexuelle, et contient des thèmes liés au terrorisme."

Gustav Leonhardt, 10 ans déjà

par

Le claveciniste et organiste néerlandais Gustav Leonhardt aurait eu 90 ans le 30 mai 2018. Il fait partie de la première génération de représentants de la pratique musicale dite historiquement orientée : manière de jouer la musique ancienne, son des instruments originaux de chaque époque.
Il entretient pendant des décennies un partenariat artistique intense avec Frans Brüggen et les frères belges Kuijken, ainsi qu'avec le violoncelliste néerlandais Anner Bylsma, ce qui se traduit par de nombreux enregistrements discographiques.
Gustav Leonhardt a également exercé une grande influence sur les générations suivantes de musiciens en tant que pédagogue.
La ville de Leipzig lui a rendu hommage en 2003 en lui décernant la première Médaille Bach dans le cadre du Bachfest Leipzig.
Gustav Leonhardt est décédé le 16 janvier 2012 à Amsterdam, à l'âge de 83 ans.

Francesco Mancini, 350 ans

par

Né en 1672, Francesco appartient à l'illustre famille Mancini. Il a étudié l'orgue pendant six ans au Conservatoire de la Pietà dei Turchini à Naples où il est entré en 1688. Il a été élève de Francesco Provenzale et de Gennaro Ursino.
Ses études terminées, il entre au service du Vice-Roi. En 1704, il devient organiste à la Chapelle Royale napolitaine. Il a été un professeur dont l'influence a été très marquante.
Il a obtenu ses postes les plus importants pendant l'absence d'Alessandro Scarlatti de la cour napolitaine, entre 1702 et 1708. Pendant cette période, il a été Directeur du Conservatoire de Santa Maria di Loreto et est devenu premier organiste et maître de la Chapelle Royale. Son assistant était Giuseppe Porsile.
On lui doit une trentaine d'opéras, des oeuvres vocales sacrées -cantates, messes, motets, Magnificat, vêpres et psaumes- des cantates profanes et de la musique instrumentale.

La Zarzuela est en deuil

par

Le baryton madrilène Antonio Blancas, un grand nom de la Zarzuela, est décédé à l'âge de 82 ans.

Après avoir fait ses débuts dans Don Giovanni en Uruguay -où il a vécu dans sa jeunesse- il s'est surtout consacré au répertoire lyrique espagnol avec des enregistrements et des représentations de zarzuela et d'opéras espagnols tels que Curro Vargas, Pepita Jiménez, Luisa Fernanda, La del soto del parral, La del manojo de rosas, Katiuska et Maruxa,...

Lauréat de plusieurs concours internationaux, il a fait ses débuts à la Fenice de Venise en 1968, et il a interprété des rôles tels que Scarpia, Escamillo, Simone et Giorgio Germont. Il a participé à la première mondiale d'Œdipe et Yocaste de Josep Soler en 1986. En 1974, il était de la Madama Butterfly produite par le Teatro de la Zarzuela, avec Raina Kabaivanska et Gianni Raimondi.
Professeur à l'Escuela Superior de Canto de Madrid depuis 1983, il en était aussi le directeur. Il a été directeur artistique de l'Association du genre lyrique de Madrid.

Il était marié à la soprano Angeles Gulín et ils étaient les parents de la soprano Ángeles Blancas.

Emily Daggett rejoint le Quatuor Vega

par
Emily Daggett Smith remplacera l’ancienne première violoniste Elizabeth Fayette qui a quitté au printemps 2020 pour poursuivre d’autres opportunités.

Entretemps, le violon solo de l’Orchestre Symphonique d’Atlanta, David Coucheron, a été invité au poste de premier violon.
Les autres membres du Quatuor Vega sont la violoniste Jessica Shuang Wu, l’altiste Yinzi Konget le violoncelliste Guang Wang. Ils sont en résidence à l’Université Emory d’Atlanta depuis 2006 et ont remporté des prix à divers concours internationaux, notamment le Concours de quatuor à cordes de Bordeaux, le Concours d’ensemble de chambre Coleman, le Concours de musique de chambre Carmel et le Concours de quatuor à cordes de la National Society of Arts and Letters.

Diplômée de la Juilliard School et de l’Université de Stony Brook, Emily Daggett Smith a été violon solo du Juilliard Orchestra où elle a travaillé avec les chefs Michael Tilson-Thomas et Leonard Slatkin. Elle s’est produite en soliste avec l’Iris Orchestra, le Festival Mozaic Orchestra, le New Amsterdam Symphony Orchestra et les New York Classical Players, et comme violon solo invitée de l’Orlando Philharmonic et des Knights.

Emily Daggett a également été professeur de violon au Bard College Conservatory Pre-College et à la Juilliard School, où elle est assistante de Laurie Smukler. Elle a également siégé au corps professoral du département de premier cycle de Stony Brook.

 

Le programme d’échange Sir Elton John

par

La Royal Academy of Music lance le programme d’échange Sir Elton John : à partir de septembre 2022, des étudiants de douze des meilleurs conservatoires du monde participeront à des échanges éducatifs.

Ce sont jusqu’à 20 participants par an de la Royal Academy of Music de Londres et de ses conservatoires partenaires qui bénéficieront d’échanges de durée variable -projets collaboratifs courts, un seul trimestre ou une année complète de cours dans leur établissement d’accueil. Le programme Global Exchange est porté par un fonds créé par Elton John pour offrir des bourses d’études à des musiciens talentueux.

Les institutions participantes sont la Juilliard School (New York), le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, le Conservatoire de Musique de Shanghai, l’Académie Sibelius de l’Université des Arts d’Helsinki, l’Université de Musique et des Arts du Spectacle de Vienne, l’Académie Hanns Eisler de Berlin, l’Académie des Arts de Hong Kong, le Conservatoire de Musique de Sydney, l'Université de musique et des arts de la scène de Munich, École de musique Reina Sofía (Madrid), École Glenn Gould du Conservatoire royal de musique de Toronto et Faculté de musique et École supérieure de musique de l’Université des arts de Tokyo.

Ma passion est d’aider à nourrir la prochaine génération d’artistes mondiaux, a déclaré Elton John. La musique peut et doit transcender les frontières, et je suis ravi de soutenir un programme qui offre des opportunités tangibles de haut niveau à de jeunes musiciens talentueux venant de nombreux pays différents.

Un concert de 24 heures

par

Le London Contemporary Orchestra assure un concert de 24 heures ce week-end au Barbican Hall de Londres.
À partir de samedi soir, le programme proposera une série d’œuvres allant de la musique classique moderne à la musique électronique, de compositeurs tels que John Cage, Éliane Radigue, Mica Levi, Alvin Lucier, Michael Gordon et James Tenney.
Les temps forts comprendront la pièce de six heures de Morton Feldman, le Quatuor à cordes n ° 2, ainsi que de nouvelles performances de musiciens électroniques KMRU, Actress et Powell, accompagnés de musiciens acoustiques.

La musique sera offerte sur fond de projections visuelles méditatives en constante évolution de László Zsolt Bordos.
Le public est libre d'aller et venir à sa guise pendant la période de 24 heures.

Robert Ames,le chef du LCO, est un grand fan de ne pas dicter le comportement du public, mais de créer un espace où il est confortable de se comporter d’une certaine manière. Il précise : Je suis super intéressé de voir si quelqu’un va tenir le coup pendant 24 heures et de voir s’il y a des points de rupture pour les gens, s’il y a un exode massif à certains moments ou des tas de gens qui viennent à d’autres moments. [...] l’esprit est de donner aux gens l’occasion de voir les choses qu’ils veulent vraiment voir ou les moments où ils veulent vraiment venir, mais cela devrait fonctionner comme un récit de 24 heures.