Le Journal

George Szell (1897-1970)

par

Il y a 50 ans disparaissait l'un des très grands chefs d'orchestre du XXe siècle.
George Szell est né le 7 juin 1897 à Budapest et il a grandi à Vienne. A 11 ans, il est déjà sur scène comme pianiste et à 14 ans, il signe un contrat d'exclusivité pour dix ans avec la maison d'édition viennoise Universal Edition.
Il fait ses débuts de chef deux ans plus tard avec l'Orchestre Symphonique de Vienne et, l'année suivante, il dirige l'Orchestre Philharmonique de Berlin.
De 1914 à 1917, il est répétiteur à l'Opéra de Berlin sous la direction de Richard Strauss, puis chef principal de la Philharmonie de Strasbourg pendant deux ans, succedant à Otto Klemperer.
On le retrouve à Prague, Darmstadt, Düsseldorf et Berlin, puis aux États-Unis en 1939. Il y enseigne d'abord mais, rapidement, il est appelé à diriger les grands orchestres : NBC Symphony Orchestra, New York Philharmonic,...  En 1942, il fait ses débuts au Metropolitan Opera qu'il dirige régulièrement pendant les quatre années suivantes. En 1946, il arrive la direction du Cleveland Orchestra auquel il confère une envergure mondiale et qu'il dirigera jusqu'à sa mort le 30 juillet 1970.

450 ans

par

La Staatskapelle de Berlin célèbre cette année son 450e anniversaire : elle apparaît en effet pour la première fois dans un document en 1570.
Pour la circonstance, elle donnera le 11 septembre prochain un concert réunissant des oeuvres de compositeurs qui ont marqué son histoire : Richard Strauss, son directeur musical général de 1908 à 1920, et Beethoven qu'elle fréquente assidûment  depuis 1816.

De Genesis à Verdi

par

L'ancien Circus Maximus romain, foyer des grands événements populaires, accueillera bientôt l'Opéra de Rome. Avec une scène de 1 500 mètres carrés, il peut rassembler sans risque un public de quelque mille personnes par représentation.
Au programme, Rigoletto suivi du Barbier de Séville puis de la Veuve joyeuse. Dont une représentation réservée au personnel médical.

Comme son nom l'indique, le Circus Maximus était le plus grand cirque de la Rome antique, avec une longueur de 600 mètres, une largeur de 225 mètres, et une capacité de 250 000 places assises.
Cadre de compétitions au VIe siècle avant J.-C., il est doté de tribunes de pierre par Jules César, agrandi déjà par Auguste, et ajusté aux besoins au cours des siècles suivants : courses de chars, combats de gladiateurs,... Le temps est passé et il ne reste de l'édifice que des vestiges mais sa forme originale a survécu.

Prix de Rome 2020

par

C'est l'Américaine Katherine Balch remporte le Prix de Rome de composition 2020
pour son œuvre Kalesa Ed Kaluca.

Katherine Balch s'inscrit dans une esthétique hétérogène qui se distingue par le souci du détail, le lyrisme des textures et la recherche sonore ludique. Un propos qui séduit, suscitant des commandes de l'Orchestre symphonique de Tokyo, les Symphoniques du Minnesota, de l'Oregon, d'Indianapolis et d'Albany, le London Snfonietta, l'Ensemble Intercontemporain ou l'Orchestre Philharmonique de Radio France.

 

Le Musiktheaterpreis 2020

par

Plácido Domingo vient de se voir attribuer le Musiktheaterpreis décerné par un jury de journalistes autrichiens, hommage à sa longue carrière et ses plus de 4 000 représentations.
Neil Shicoff en 2015, Zubin Mehta en 2016, Grace Bumbry en 2017 et René Kollo en 2019 l'ont précédé au palmarès.
Le prix lui sera remis le 6 août à Salzbourg où il avait fait ses débuts en août 1975 dans Don Carlo (Verdi) sous la direction d'Herbert von Karajan.

Décision radicale

par

Déjà en grande difficulté avant l'épidémie, l'Orchestre symphonique d'Indianapolis vient d'annoncer l'annulation de la saison prochaine.

 

Découverte à Bad Ischl

par

Kai-Uwe Garrels a découvert dans la ville autrichienne un enregistrement de la marche Jetzt geht's los ! de Franz Léhar par la fanfare militaire de la k. u. k. Régiment d'infanterie, pour la Emil Berliners Grammophone Society.
Datant de 1901, c'est probablement Léhar qui dirige puisqu'il était à l'époque à la tête de la formation.
La numérisation est prévue.

Ennio Morricone à Rome

par

La municipalité de Rome a annoncé que le Parco della Musica -qui accueille les grands concerts de la ville- portera le nom d'Ennio Morricone, en l'honneur du compositeur italien décédé le 6 juillet dernier.

Elle donnera aussi le nom de Morricone à une rue et à un "espace culturel".

Le Festival de Namur, c'est pas fini !

par

L'édition très spéciale du Festival de Namur 2020 a été celle de l'utopie, de l'imagination, de l'ingéniosité, du pragmatisme et de toutes les ressources humaines et techniques disponibles.
Cette alchimie-là a eu raison -et de quelle manière !- de toutes les entraves et déjoué le virus.

Et elle ne s'arrêtera jamais !
Car vous pouvez voir et revoir, à votre guise, tous les concerts de cette édition virtuelle sur You Tube, notamment le replay du direct du 8 juillet, l'Arche de Noé.
Le programme de tous les concerts avec les textes chantés est consultable et téléchargeable sur le site du Festival.
Les enregistrements réalisés le 9 juillet dernier, avec Les Agrémens et de jeunes membres du Chœur de Chambre de Namur, du Stabat Mater de Pergolesi et des Leçons de Tenèbres de Couperin sont disponibles sur RTBF AUVIO où vous retrouverez également L'Arche de Noé, mais aussi des archives audios de quelques concerts enregistrés au Festival de Namur : un concert du Huelgas Ensemble en 2015, La Maddalena de Scherzi Musicali en 2016, Saül de Handel, et le concert de Stylus Phantasticus avec Pablo Valetti en 2019.

De quoi tenir jusqu'à l'année prochaine...

 

 

Le feu à la Cathédrale de Nantes

par

Ce samedi matin, la cathédrale de Nantes a été fortement endommagée par un incendie. La présence de trois foyers évoque une origine criminelle et le parquet a ouvert une enquête
Le feu est désormais circonscrit mais le grand orgue serait entièrement détruit et les pompiers sont toujours sur place : les opérations se poursuivent pour préserver les œuvres d'art et s'assurer qu'il n'y a pas de foyer résiduel.